• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Médina

    Définition

    "La médina, en arabe, c'était la ville intégrée et intégrante, unité sociale de référence, habitat exclusif, référence à la consolidation du sédentarisme. espace perméable aux noyaux ruraux environnants qui la nourrissent, et aux activités marchandes qui la soutiennent, malgré les remparts qui la ferment et la protègent de la menace des envahisseurs. A l'intérieur de ses murailles germine un tissu social vivant, avec ses passions d'amour et de guerre, capable de construire, au fil de l'histoire, ses propres signes d'identité et la traduction des modes de vie à travers la création littéraire et artistique, ainsi que par l'expression architecturale et artisanale."

    Médinas: sauvegarde sélective de l'habitat traditionnel?, La Lettre du patrimoine mondial (Centre du patrimoine mondial de l'Unesco), no 9, décembre 1995

    Enjeux

    "Aujourd'hui, la ville fermée n'a plus de sens. La mondialisation de l'économie, l'internationalisation des échanges et l'universalisation du modèle de société de l'information (les autoroutes et les paraboles en sont la preuve !), ont mis fin à l'autarcie, mettant en question les modes de production traditionnels des biens et des services et, en conséquence, le tissu traditionnel des médinas.

    L'approche de la ville comme entité de production dans une économie moderne pour s'efforcer d'assurer, en premier lieu, la survie alimentaire des citoyens, a replacé les médinas dans le jeu de l'offre et de la demande, et pas seulement à cause du prix des sols.

    Ce processus économique, d'inspiration locale ou héritier des anciennes relations coloniales, est accompagné d'un fort processus d'urbanisation. L'exode rural vers la ville, surtout côtière, a traduit un modèle de développement exogène, créant des inadaptations et des fissures importantes dans des sociétés qui avaient des rythmes de développement très ancrés dans le pré-étatique et, surtout, dans le pré-national (tel qu'on l'entend en europe après la création de l'etat moderne et la séparation des pouvoirs).

    Les médinas du désert sont pratiquement abandonnées. Elles n'ont plus de vie et, de plus, sont menacées en profondeur par la désertification et le manque d'eau. Les autres médinas ne sont plus, mais se définissent par rapport et dans une relation socio-économique avec les villes modernes qui ont grandi à leur côté: la médina de Tunis, la médina de Marrakech, la Casbah d'Alger... ou la médina de Tripoli (Jamahiriya arabe libyenne).

    La prise de conscience de la nécessité de sauvegarder des morceaux des mémoires des sociétés est contemporaine des efforts pour mieux saisir et mieux lire le passé. Mais la sauvegarde (études et recherches, restauration et conservation) est soumise aux impératifs budgétaires, alors que le premier critère à appliquer devrait être la priorité à la population dans la mise en valeur d'un habitat traditionnel, y compris le patrimoine culturel immobilier.

    Le sélectif pur et simple, oubliant la participation démocratique des citadins des médinas, aboutirait à une confrontation entre habitant et habitat, entre citoyen et architecture, ce qui amènerait nombre de familles à les milieux de vie traditionnels pour s'installer dans la périphérie de la ville moderne, alimentant ainsi une population péri-urbaine, composante de l'exclusion qui existe aussi dans les régions en développement.

    La sauvegarde des médinas doit s'insérer dans un plan d'ensemble de l'expansion de la ville moderne qui l'englobe. Les constructions faisant l'objet d'actions de conservation ponctuelles et isolées risquent de retourner très vite à la détérioration, soit par les menaces d'un environnement en pleine marginalisation, soit par un manque d'utilité productive qui permettrait le financement de la conservation.

    Les médinas doivent, pour survivre et pour féconder un nouvel élan, devenir productives. Avec la revalorisation de leur fonction commerciale, grâce à la consommation interne et celle du tourisme, elles doivent aussi se doter de structures collectives intégrées, et d'institutions éducatives et de formation professionnelle. Elles peuvent jouer un rôle très important dans la revitalisation des arts et des traditions qui ont modelé un artisanat de grande qualité, en cours de disparition.

    Ce pourrait être une solution pour la réoccupation des anciens palais et immeubles par une bourgeoisie aisée à la recherche d'un environnement plus proche, à visage humain. Un mouvement de retour de cette nature à été constaté dans le centre historique de grandes cités européennes comme par exemple à Barcelone, mais y a été par une intervention très active des municipalités et des administrations publiques, pour assainir et avec d'importantes mesures incitatives (Marrakech se place également dans ce cas).

    Des raisons sociales et économiques paraissent appeler à une prudence raisonnable en ce qui concerne les biens culturels à sauvegarder: la rareté des ressources et les hautes priorités sociales (éducation, emploi, santé notamment) doivent faire réfléchir à l'heure de faire les choix en matière de sauvegarde du patrimoine physique. Il faut que la population et les responsables de la culture (ainsi que les de la sauvegarde des biens culturels) soient conscients du fait qu'ils seront souvent appelés à sacrifier une pierre pour sauver la vie de quelques enfants. Devant des décisions de cette nature, l'esthétisme irresponsable et les états d'âmes sont à exclure."

    Médinas: sauvegarde sélective de l'habitat traditionnel?, La Lettre du patrimoine mondial (Centre du patrimoine mondial de l'Unesco), no 9, décembre 1995
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Documents Associés
    Centre du patrimoine mondial de l'Unesco
    patrimoine, Afrique du Nord, islam
    Centre du patrimoine mondial de l'Unesco
    ville, patrimoine, islam, Maroc, Afrique du Nord
    Centre du patrimoine mondial de l'Unesco
    ville, patrimoine, islam, Tunisie, Afrique du Nord
    Centre du patrimoine mondial de l'Unesco
    ville, patrimoine, islam, Algérie, Afrique du Nord

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.