• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Berzelius Jöns Jacob

    Chimiste suédois.

    "Il fut un des premiers chimistes à accepter la théorie atomique de Dalton. C'est en se fondant sur cette théorie et sur des lois physiques telles que la loi de Gay-Lussac sur les combinaisons des gaz qu'il dressa le premier tableau des masses atomiques, travail immense qu'il publia en 1818. Grâce à ses expériences de grande précision pour déterminer les masses atomiques des éléments chimiques, il avait en 1818 déjà défini la masse atomique de 45 des 49 éléments connus jusqu'alors. Dans le même temps, il simplifia la représentation symbolique des éléments chimiques en introduisant l'usage d'une ou deux lettres tirées de leurs noms latins. En 1817, Berzelius découvrit le sélénium et en 1823 le silicium."

    Inventions et découvertes suédoises - Institut suédois, FD 91c, janvier 2002 (reproduction autorisée par l'I. S.)

    Biographie

    "Chimiste suédois, né le 20 août 1779 à Westerloesa, mort à Stockholm le 7 août 1848. Il perdit son père de bonne heure, fit ses études à Linkoeping, puis à Upsal où il étudia la médecine, puis la chimie, sous la direction de Gahn. Reçu médecin, il publia une étude physiologique intitulée De Electricitatis galvanica in corpora organica effectu, travail qui lui valut le titre de professeur adjoint à l’école de médecine de Stockholm (1802); il obtint en outre une chaire de chimie à l’académie militaire (1806), et fut promu en 1807 professeur de médecine et pharmacie à Stockholm, où il fonda en 1807 la Société médicale de Suède. En 1808, il fut nommé membre de l’Académie des sciences de Stockholm, qu’il présida dès 1810 et dont il fut secrétaire perpétuel pendant 30 ans (1818-1848). En 1819, il vint à Paris, se lia chez Berthollet avec les principaux savants du temps, avec qui il resta en correspondance (Laplace, Gay-Lussac, Arago, Ampère, Dulong, Fresnel, etc.). Quand il fut professeur, il ne s’occupa plus que de chimie et on peut dire qu’il se place au premier rang parmi les chimistes du commencement du [19e]siècle. Son œuvre est considérable et nul savant n’a autant fait pour donner à la chimie la précision qu’elle comporte actuellement.

    Il soumit la plupart des matières minérales à un examen approfondi et détermina les équivalents des corps simples avec une précision inconnue jusqu’alors. On peut dire que ses déterminations sont d’une exactitude telle, que ses successeurs n’ont eu qu’à les confirmer. Il cherche à expliquer les réactions chimiques par une théorie électrochimique : les corps se déplaçant les uns les autres suivant l’ordre de leurs énergies électriques. Tout composé était ainsi regardé comme formé de deux composants, l’un électro-négatif (métalloïde, acide, etc.), l’autre électro-positif (métal, base, etc.). L’union de ces composants donnait lieu aux dégagements de chaleur et d’électricité qui accompagnent les réactions chimiques. Cette théorie, expression incomplète des phénomènes, est maintenant tombée dans l’oubli, la découverte des substitutions, notamment, ayant porté coup mortel à la théorie dualistique en montrant qu’un élément électro-négatif tel que le chlore peut jouer dans ce cas le même rôle que l’hydrogène, élément électro-positif.

    On doit à Berzelius la découverte de plusieurs corps simples : le sélénium, le thorium, le cérium; il a préparé le premier à l’état métallique le silicium et le zirconium. Berzelius a beaucoup écrit et ses ouvrages ont contribué puissamment à la vulgarisation de la chimie. À la demande de l’Académie de Stockholm, il a rédigé pendant 27 ans un Rapport annuel sur les progrès de la chimie et de la minéralogie, recueil qui contient le compte rendu critique de tout ce qui a paru en chimie pendant ce laps de temps (1821-1848). Mais son œuvre capitale, c’est son Traité de chimie (Lareboki Kemien; Stockholm, 1808-1818, 3 vol., et 1817-1830, 6 vol.) traduit en français par Jourdan, puis par Esslinger et dont les éditions sont splendides (de 1829 à 1850). Ce traité retrace le tableau fidèle de la science pour l’époque à laquelle il a paru : les quatre premiers tomes sont consacrés à la chimie minérale; les tomes V et VI traitent de la chimie végétale, et les deux derniers de la chimie animale. Ce qu’il y a de frappant dans l’œuvre de Berzelius c’est moins encore la part qu’il prit par ses découvertes personnelles aux progrès de la chimie, que son esprit de généralisation; ce fut un remueur d’idées, et il exerça ainsi dans toute l’Europe une influence considérable; il eut pour élèves un grand nombre de chimistes distingués : Gmelin, Magnus, Mitscherlich, les deux Rose, Wöhler, Naumann, etc.

    Les honneurs ne lui ont pas manqué : élu secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences de Stockholm dès l’année 1808, il fut nommé correspondant de l’Institut de France en 1822. Le roi Charles-Jean l’anoblit en 1818, le créa baron en 1835, en lui permettant, ce qui était contraire aux usages, de conserver son nom, qui était devenu l’un des gloires de la Suède. Il fut député à la diète suédoise et les gouvernements étrangers se plurent à le combler d’honneurs. Enfin, en 1855, une statue colossale de bronze lui fut érigée sur l’une des places de Stockholm.

    Voici la liste de ses principaux ouvrages : Sur les eaux minérales artificielles (Upsal, 1803); Composition des fluides animaux (1812); Essai sur la théorie des proportions chimiques et sur l’influence chimique de l’électricité (trad. fr., Paris, 1812 et 1835); Coup d’œil sur les progrès de la chimie animale (1815); Nouveau système de minéralogie (1819); Traité du chalumeau (1821); Mémoire de chimie, de physique et de minéralogie (en collaboration […]; Stockholm, 1808, trad. en français en 1829)."

    Ed. Bourgoin, article «Berzelius» de La grande encyclopédie: inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts. Tome sixième (Belgique-Bobineuse). Réalisée par une société de savants et de gens de lettres sous la direction de MM. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus [et al.]. Réimpression non datée de l'édition de 1885-1902. Paris, H. Lamirault, [191-?], p. 178 (domaine public)

    Oeuvres

    En latin

    De electricitatis galvanicæ apparatu cel. Volta excitæ in corpora organica effectu, 1802 (Projekt Runeberg) - mode image

    Nova analysis aquarum Medeviensium (1800) - Nouvelle analyse de l'eau à Medevi (Projekt Runeberg) - mode image


    Traductions en langue française

    Traité de chimie minérale, végétale et animale. Seconde éd. française, traduite avec l'assentiment de l'auteur, par MM. Esslinger et Hoefer. Numérisation de l'édition de Paris, F. Didot (Gallica, BNF, mode image, format PDF):
    Tome premier, 1845, 849 p.-2 dépl.
    Tome troisième, 1847, 621 p.
    Tome quatrième, 1847, 615 p.
    Tome cinquième, 1849, 688 p.
    Tome sixième, 1850, 906 p.

    Essai sur la théorie des proportions chimiques, et sur l'influence chimique de l'électricité. Numérisation de l'édition de Paris, chez Méquignon- Marvis, 1819, XVI-190 p. (Gallica, BNF, mode image, format PDF)

    De l'analyse des corps inorganiques. Numérisation de l'édition de Paris, Méquignon-Marvis, 1827, iii-232 p. (Gallica, BNF, mode image, format PDF)

    Théorie des proportions chimiques, et table synoptique des poids atomiques des corps simples, et de leurs combinaisons les plus importantes. Numérisation de l'édition de Paris, Firmin Didot frères, 1835, 476 p. (2e éd. rev., corr. et augm.) (Gallica, BNF, mode image, format PDF)

    Nouveau système de minéralogie. Traduction du suédois sous les yeux de l'auteur, et publié par lui-même. Numérisation de l'édition de Paris, Mequignon-Marvis, 1819, vi-314 p. (Gallica, BNF, mode image, format PDF)

    Annuaire des sciences chimiques ou Rapport sur les progrès des sciences naturelles: présenté à l'Académie de Stockolm par Berzélius; traduction par H. D. Numérisation de l'édition de Paris, Thomine, 1837, 296 p. (Gallica, BNF, mode image, format PDF)

    Rapport annuel sur les progrès de la chimie: présenté le 31 mars 1846 à l'Académie royale des sciences de Stockholm. Tome 7 par J. Berzelius,...; traduction du suédois par Ph. Phantamour. Numérisation de l'édition de Paris, Masson; Leipzig, chez L. Michelsen, 1847, XIX-532 p. (Gallica, BNF, mode image, format PDF)

    De l'emploi du chalumeau dans les analyses chimiques et les déterminations minéralogiques. Trad. du suédois par F. Fresnel. Numérisation de l'édition Paris, Mequignon-Marvis, 1821, VI-396 p.-IV f. dépl. (Gallica, BNF, mode image, format PDF
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Suède
    Naissance
    20 / 08 / 1779, Väversunda Sögård, Suède
    Déces
    07 / 08 / 1848
    Raccourcis
    Notice de l'Encyclopédie Hachette (Yahoo! France)
    Courte biographie (100 Distinguished European Chemists, Federation of European Chemical Societies Millennium Project)
    Présentation de sa vie
    Brève biographie en anglais (Woodrow Wilson National Fellowship Foundation)
    Berzélius et les symboles des éléments chimiques (Thermicité)
    La découverte du sélénium par Berzélius
    Page en suédois comprenant plusieurs illustrations

      Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.