• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Maupassant Guy de

    "Guy de Maupassant, écrivain français né au château de Miromesnil, près de Tourville-sur-Arques (Seine maritime) le 5 août 1850, mort à Paris le 6 juillet 1893. Oeuvres principales : Contes de la Bécasse (1883), Toine (1885), Bel-Ami (1885), La Petite Roque (1886), Le Horla (1887), Pierre et Jean (1888)..."

    Source : Bibliothèque de Lisieux, sur le site de laquelle on trouve plusieurs oeuvres de l'écrivain

    Biographie

    «Bien qu'en dehors des Soirées de Médan, où figurait sa Boule de suif, il fût peu édité chez Charpentier, Maupassant venait rue de Grenelle. Il était alors de traits réguliers, brun, assez gras, lourd d'esprit comme un campagnard et généralement silencieux. Il ne souffrait pas encore de cette misanthropie, coupée de crises de snobisme, que déchaîna chez lui, quelque temps plus tard, la paralysie générale. Mais déjà il se frottait aux médecins comme à de merveilleux thaumaturges. Il les questionnait longuement dans les embrasures de portes et dans les antichambres. C'était le temps du “document humain”. On disait: “Guy - tout le monde l'appelait Guy - est très consciencieux. Il se renseigne quant à certains cas pathologiques qui seront dans son prochain roman.” Il courait sur lui mainte anecdote scabreuse ou bizarre, et j'ai toujours pensé que son détraquement cérébral avait débuté beaucoup plus tôt qu'on ne l'avait cru. Il canotait, jouait les Hercule, affectait un profond mépris pour ces lettres qui le faisaient vivre et lui donnaient la célébrité. Flaubert, impitoyable bourreau du style et qui passa son existence à se martyriser lui-même dans son sinistre pavillon de torture de Croisset (...), Flaubert guidait les débuts de Maupassant. Il le soumettait à ces vains exercices d'assouplissement littéraire qui ne sauraient former l'écrivain, car les tempéraments sont plus forts que tout, heureusement. Il le contraignait à remettre “cent fois sur le métier” ces histoires normandes, drues et salées, qui firent la première réputation du pauvre Guy. Il l'adorait expansivement comme il faisait tout, mais lui tourneboulait l'entendement de plus d'une manière, l'exhortait à la chasse aux conjonctions et aux mots répétés, à la pêche de la phrase musicale, à l'effort et au supplice grammatical et syntaxique en vue de la perfection. L'autre était un gobeur, un de ces collégiens prolongés, comme il y en a tant, et qui jettent leur gourme jusqu'aux approches de la quarantaine. Les tours que lui jouait son tréponème furent certainement amplifiés par l'absurde discipline de Flaubert, par l'usage immodéré du fameux “gueuloir”.»

    Léon Daudet. Cité d'après : Souvenirs et polémiques, Paris, Robert Laffont, collection «Bouquins», 1993, p. 30.

    Oeuvres

    Maupassant par les textes: l’intégralité de l’œuvre de fiction (les nouvelles et les romans), la poésie, les récits de voyage, extraits de la correspondance, les chroniques

    Documentation

    Publications anciennes

    Thomas, Louis. "La maladie et la mort de Maupassant", Mercure de France, no 191, 1er juin 1905, p. 336-354 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Maynial, Édouard. "Guy de Maupassant et Gabriel d'Annunzio", Mercure de France(série moderne), 15e année, no 179, tome LII, novembre 1904, p. 289-315 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Publications contemporaines

    Bancquart, Marie-Claire. Maupassant, un homme énigmatique, Association pour la diffusion de la pensée française (La Petite Bibliothèque)

    Jean Salem, Philosophie de Maupassant, Paris, Ellipses, 2000, 128 p.: En donnant à penser que l’homme est une «bête à peine supérieure aux autres», que c’est la recherche du plaisir qui nous meut, que la mort est un invraisemblable scandale, que la guerre est infra-humaine et que les hommes se laissent mener par le bout des mots, Maupassant semble – à l’évidence – choisir son parti en philosophie. Ce livre tend à démontrer que l’on trouve chez Maupassant des segments de philosophie, des thèmes hérités des voluptueux inquiets, des inflexions puisées dans une tradition qu’illustrèrent (bien des siècles après Anacréon et Horace) les écrivains libertins du XVIIIe siècle: Crébillon, Prévost, Laclos et le marquis de Sade.

    Jean Salem, « Maupassant, la mort et le problème du mal», Dix-neuf/Vingt, n° 6, octobre 1998, p. 95-110: Maupassant croyait à l’anéantissement définitif de chaque être qui disparaît. Nous mourons à toute heure, et la peur de la mort constitue «la grande gâcheuse de joies sur la terre». Aucun système philosophique ne peut donc résorber le mal radical que constituent notre finitude et la connaissance que nous en avons. Non sans faire quelques emprunts au marquis de Sade, Maupassant fournit dans son œuvre l’essentiel de l’argumentaire permettant de réfuter toute théodicée.

    Document sonore: Remembering Maupassant. Vous pouvez écouter en Real Audio cette émission de la BBC (R.-U.)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-16
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    05 / 08 / 1850, Château de Miromesnil, Seine-Maritime
    Déces
    06 / 07 / 1893
    Documents Associés
    Émile Zola
    Remy de Gourmont
    conte, roman, littérature française
    Raccourcis

    Maupassant par les textes - site de l'Association des Amis de Guy de Maupassant
    Biographie
    Site Maupassantiana: bibliographie, adaptations de ses oeuvres au cinéma, etc.
    Contes et nouvelles
    Photographie de sa sépulture (Find A Grave)
    Maisons et lieux d'inspiration: Fécamp, Étretat; Paris, Chatou; Tôtes (Terres d'écrivains)
    Un dossier du site Etretat.com à l'occasion du 150e anniversaire de sa naissance


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.