• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Swedenborg Emmanuel

    Homme de science, homme politique, philosophe et théosophe suédois.

    "Swedenborg, savant, physiologiste, ingénieur responsable d'inventions multiples, est gratifié en son âge mûr de révélations divines, dont il entend faire bénéficier l'humanité grâce à la publication des secrets qui lui ont été communiqués par les anges du Seigneur. Arcana coelestia (1741-1758) et de nombreux ouvragent exposent la chronique de ses visions, et l'économie du monde surnaturel, aussi familière à Swedenborg que le monde naturel, auquel il avait consacré son Oeconomia regni animalis (1740-1741), bréviaire d'anatomie et de physiologie scientifiques. Les oeuvres eschatologiques de Swendenborg ont connu une considérable diffusion à travers l'Europe, au point que Kant lui-même, riverain de la Baltique, s'est cru obligé de consacrer un livre à la réfutation du Suédois (Les rêves d'un visionnaire élucidés par les rêves de la métaphysique, 1766)."

    Georges Gusdorf, L'homme romantique, Paris, Payot, 1984, p. 210-211 (Les sciences humaines et la pensée occidentale XI)

    Biographie

    "Né à Stockholm en 1688, mort à Londres en 1772. Il était le fils de J. Soedberg, évêque luthérien de Skara (Vestrogothie). Il se distingua d’abord dans la poésie; à vingt ans, il publiait des Carmina miscellanea (Upsal, 1709). En même temps, il étudiait la théologie, les langues, les sciences mathématiques et les sciences naturelles; à vingt-sept ans, il publia Le Dédale hyperboréen, ensemble de dissertations scientifiques qui fut remarqué. En 1716, Charles XII le nomma assesseur des mines; en 1719, Ulrique-Eléonore lui conféra des lettres de noblesse, sous le nom qu’il a illustré. Cet anoblissement lui donnait une place dans les États du royaume. En 1734, parurent ses Opera philosophica et metallurgica (3 vol., in-fol.); en 1738, son Oeconomica regni animalis. Ses écrits sur la métallurgie sont encore estimés aujourd’hui [à tout le moins à la fin du XIXe siècle – note de L’Enc. de l’Ag.]. Il devint membre des académies de Stockholm et de Saint-Pétersbourg. Aux travaux de la première partie de la vie de Swedenborg, mais entachés déjà de spéculations et de mysticités incompatibles avec l’esprit de la vrai science, appartiennent encore les ouvrages suivants : Prodromum principiorum, où il émit ses idées sur la doctrine atomique; Prodromum rerum naturalium; Prodromum philosophiae ratiocinantis. – En 1743, pendant un séjour de Swedenborg à Londres, Dieu lui révéla la mission qu’il lui confiait, et lui dit : « Je suis le Seigneur, Créateur et Rédempteur; je t’ai choisi pour faire connaître aux hommes le sens intérieur et spirituel des Saintes-Écritures. Je te dicterai tout ce que tu devras écrire. » Swedenborg était alors âgé de cinquante-cinq ans. Dès lors, il se sentit en communication avec le monde spirituel; non seulement il conversait avec les anges et même avec Dieu, mais il apercevait directement les choses du monde spirituel. Il les observait et les notait, pour les relater fidèlement. Elles sont exposées dans les Arcana coelestia (Londres, 1749-1757, 8 vol., in-4) et dans deux ouvrages publiés imméditament après : De coelo et inferno ex auditis et visis (1758); De nova Hierosolyma (1758). Autres écrits : De cultu et amore Dei (Londres, 1745, 2 vol.); Sapientia angelica de divino opere (1763); Vera christiana religio seu theologia novae Ecclesiae (1771), résumé de la doctrine de Swedenborg sur la foi.

    Dans l’ensemble de l’univers, dont les savants prétendent déterminer les lois, Swedenborg enseigne qu’un immense domaine échappe à la vue restreinte de l’homme. En dehors et au-dessus du monde matériel, où se poursuivent les recherches de la science profane, il décrit un monde spirituel, qui est, comme le monde entrevu déjà par Platon, un monde des causes, et qui n’est pas moins substantiel, ni moins réel, que celui que nous observons. Dans l’univers, dont une partie reste invisible, tout se tient; et chaque homme est en relations avec des esprits bons ou mauvais, anges ou démons. Suivant qu’il écoute les uns ou les autres, il s’améliore ou se déprave. S’il n’a point toujours connaissance des ces relations, c’est faute d’attention ou de réflexion. L’âme humaine a la forme du corps; elle devient de plus en plus immatérielle, à mesure que l’homme se purifie. – Le monde n’a point été créé de rien, mais il résulte d’une émanation de la substance divine, de Dieu, qui a fait de l’univers visible le dépositaire et le représentant de sa sagesse et de son amour : de sa sagesse, dans l’homme; de son amour, dans la femme. – Le caractère des livres qui contiennent la parole de Dieu est de renfermer, sous l’enveloppe de la signification littérale, un sens spirituel, accessible seulement aux régénérés. La lettre reflète les opinions particulières et les erreurs des époques où elle a été écrite, mais l’inspiration divine qui a présidé à la rédaction des livres, a inséré sous cette grossière enveloppe une révélation continue sur les sujets relatifs au développement de l’être spirituel et moral, soit comme individu, soit comme Église. Le but principal des Arcana caelestia est d’exposer le sens spirituel de la Genèse et de l’Exode. – Dieu est amour et sagesse. Sa providence veille sur toutes ses créatures. Pendant leur existence terrestre, il les entoure de tout ce qui peut préparer pour elles la meilleure éternité; mais il s’abstient de violer leur liberté. Il ne damne aucune d’elles, et il cherche jusque dans l’enfer à adoucir le sort qu’elles se sont fait. Toutefois, les lois de l’ordre divin ne permettent l’entrée du ciel qu’à l’âme repentante et plus ou moins accessible à l’influence céleste. Le germe du salut peut se développer dans l’autre vie; mais si l’homme est confirmé dans le mal, au moment où se termine son épreuve terrestre, le séjour du ciel serait pour lui une cause d’indicibles tortures. – Dieu est descendu sur la terre, en la personne du Sauveur. Il a pris dans le sein d’une vierge une humanité pécheresse; et toute sa carrière a eu pour but de purifier cette humanité, en remplaçant les éléments mondains par une humanité glorifiée. Les tentations qu’il a subies, et dont il a toujours triomphé, ont été le moyen ordinaire de cette purification; mais le plus grand et le dernier a été le supplice de la croix. La mort de Jésus n’est point une expiation; elle est, au contraire, le triomphe définitif de la lumière sur les ténèbres, et l’écrasement de la puissance du mal. Dans cet ordre d’idées, la foi n’est plus cette immolation de la raison humaine devant l’incompréhensible, dont on a voulu faire le centre de la religion. C’est un état de croyance basé sur l’amour, qui porte l’âme vers un sauveur accessible à sa pensée et à ses sentiments.

    Swedenborg ne rompit jamais les liens extérieurs qui l’attachaient à l’Église luthérienne, à laquelle il appartenait par sa naissance. Tout en tenant des réunions chez lui, il resta membre de cette Église, conservant les deux sacrements : baptême et sainte Cène, et n’innovant en rien pour le culte et les cérémonies. Pour les termes et même, jusqu’à un certain point, pour le fond, sa doctrine pouvait s’accommoder avec les professions de foi officielles, puisqu’elle enseigne comme elles, l’inspiration de la Bible, la déchéance résultant du péché, la divinité de Jésus-Christ et l’action de Dieu sur les âmes, par le Saint-Esprit. Ce qui constitue le caractère le plus distinctif de ses conceptions, de ses révélations, c’est l’interprétation divergente donnée aux doctrines reçues, et les vues très particulières, très personnelles, ses visions sur le monde, sur les rapports de Dieu avec le monde, sur les anges, sur les bons et sur les mauvais esprits. – Quoique Swedenborg n’ait jamais fait acte de chef de secte, il avait prédit la formation d’une Église nouvelle, composée de ceux qui accepteraient intérieurement ses principales doctrines. En fait, il est jusqu’à aujourd’hui le seul des théosophes dont l’action ait été assez puissante et assez populaire pour produire des communautés religieuses se recommandant de son nom. Dès 1647, il s’était démis de toutes ses fonctions officielles; il se retira avec une demi-pension, refusa tous les honneurs nouveaux qui lui furent offerts, et séjourna tour à tour à Londres, où il avait de nombreux disciples; à Amsterdam, où il publia plusieurs écrits; à Stockholm, où il avait des amis dévoués et puissants, parmi lesquels le duc de Södermanland et le prince qui devint Charles XIII. Ses qualités de cœur et d’esprit, le charme et la noblesse de sa personne, et la haute position de ses protecteurs le défendirent contre les attaques qu’une partie du clergé aurait voulu diriger contre lui. En Suède, ses disciples, tout en demeurant dans l’Église luthérienne, instituèrent des agrégations swedenborgiennes. En Angleterre, le succès fut plus grand encore, favorisé par l’approbation de hauts dignitaires ecclésiastiques. Les livres se vendirent par centaines de mille; et les adhérents se comptèrent par milliers. Ils donnèrent le nom d’Église de la Nouvelle Jérusalem à l’édifice spirituel formé par leur accession à la doctrine de Swedenborg. En 1788, c’est-à-dire seize années après la mort du théosophe vénéré, une première chapelle fut construite à Great Eastcheap (Londres). Il y en a aujourd’hui dans plus de cinquante villes [à la fin du XIXe siècle – note de L’Enc. de l’Ag.], les principales du royaume, avec écoles, sociétés de missionnaires et sociétés des livres religieux.

    Situation à la fin du XIXe siècle: Aux Etats-Unis, soixante-dix congrégations. On en trouve aussi aux Indes, dans l’Afrique du Sud, dans le Wurtemberg, où la doctrine de Swedenborg trouva un zélateur ardent et puissant, chez Tafel, bibliothécaire de l’université de Tubingue; en Hollande, et même en France, où l’Église de la Nouvelle Jérusalem possède une chapelle à Paris, rue Thouin. Dans l’ensemble des pays où elle est établie, elle a plus de dix journaux et plusieurs séminaires.

    Traductions en français de quelques ouvrages de Swedenborg : De Coelo et inferno ex auditis et visis, par Pernety (Berlin, 1782); De nova Hierosolyma, par Chastenier (1784); Sapientia angelica de divino amore, par Leboys des Guays (1843). Un Abrégé des ouvrages de Swedenborg a été publié par Daland de La Touche (Stockholm, 1788)."

    E.-H. Vollet, article «Swedenborg» de La grande encyclopédie: inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts. Tome trentième (Sigillateur-Thermopole). Réalisée par une société de savants et de gens de lettres sous la direction de MM. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus [et al.]. Réimpression non datée de l'édition de 1885-1902. Paris, Société anonyme de «La grande encyclopédie», [191-?], p. 738-739.

    Oeuvres


    On trouvera l'ensemble des oeuvres de Swedenborg, en latin et en de multiples traductions anglaises, sur le site The Heavenly Doctrines.org

    Traductions en langue française

    Sur Cristobal (site personnel de Thierry Breton), extraits des oeuvres majeures de Swedenborg (Arcanes célestes, Vraie religion chrétienne, Le Ciel et ses Merveilles et l'Enfer, etc.)

    Doctrine de la Nouvelle Jérusalem sur le seigneur. Numérisation de l'édition de Paris, Treuttel et Wurtz, 1859. Pagination multiple (2e édition) - Gallica, BNF - mode image, format PDF

    Des terres dans notre monde solaire qui sont nommées planètes et des terres dans le ciel astral... Traduit du latin par J. P. Moët ; et publ. par un ami de la vérité [Tulk]. Numérisation de l'édition de Paris, Treuttel et Würtz, 1824, 110 p. (Gallica, BNF - mode image, format PDF)

    La clef hiéroglyphique des arcanes naturels et spirituels... Traduit du latin par Lino de Zaroa; publié par Cheneau... Numérisation de l'édition de Paris, impr. P. Dupont, 1843, 120 p. (Gallica, BNF - mode image, format PDF)

    Du commerce de l'âme et du corps. Traduit du latin par M. P. P*** [J. P. Parraud]. Numérisation de l'édition de Paris, Impr. P. Dupont, 1843, 108 p. (Gallica, BNF - mode image, format PDF)

    Traité curieux des charmes de l'amour conjugal dans ce monde et dans l'autre... Traduit du latin en français par M. de Brumore [Guyton de Morveau]. Numérisation de l'édition de Berlin; Basle, G.-J. et J. H. Decker, 1784, 206 p. (Gallica, BNF - mode image, format PDF)

    Traductions en langue anglaise

    The Apocalypse Explained (multiple translations)
    The Apocalypse Revealed (multiple translations)
    Arcana Coelestia (multiple translations)
    The Athanasian Creed (multiple translations)
    A Brief Exposition of the Doctrine of the New Church (multiple translations)
    Canons (multiple translations)
    Charity (multiple translations)
    Concerning the White Horse in the Apocalyse Chap. XIX (multiple translations)
    Conjugial Love (multiple translations)
    The Divine Love and Wisdom (multiple translations) (theheavenlydoctrines.org)
    The Divine Providence, traduction de William C. Dick et E. J. Pulsford
    The Doctrine of Life for the New Jerusalem (multiple translations)
    The Doctrine of the New Jerusalem Concerning Faith (multiple translations)
    The Doctrine of the New Jerusalem Concerning the Lord (multiple translations)
    The Doctrine of the New Jerusalem Concerning the Sacred Scripture (multiple translations)
    The Earths in the Universe (multiple translations)
    Heaven and Hell (multiple translations)
    Heaven and its Wonders and Hell From Things Seen and Heard, tradiction de J. C. Ager (newearth.org)
    The Heavenly City: A Spiritual Guidebook, traduction de Lee Woofenden (netaxs.com)
    The Heavenly Doctrine (multiple translations)
    The Interaction of Soul and Body (multiple translations)
    The Last Judgment (multiple translations)
    Selected works and commentary (latin et anglais)
    True Christian Religion (multiple translations)

    Voir aussi cette autre édition:

    Arcana coelestia. Heavenly secrets contained in the Holy Scriptures or Word of God unfolded beginning with the Book of Genesis together with Wonderful Things Seen in the World of Spirits and in the Heaven of Angels (Publié à Londres de 1749 à 1756)

    Documentation


    Poirier, Mario. "Le mystère Swedenborg : raison ou déraison ?", Santé mentale au Québec, vol. 28, no 1, printemps 2003

    Jonathan S. Rose, The Ornaments in Swedenborg's Theological First Editions (Glencairn Museum )

    The Ancient Churches Project (Glencairn Museum): "The primary goal of the Ancient Churches Project is to compile a Lexicon of the major concepts related to the "Ancient Church" and the "Most Ancient Church," epochs in the spiritual history of the human race described in the theological works of Emanuel Swedenborg (...)"

    Catherine L. Albanese, Mesmer, Swedenborg and Quantum Physics, Compass. A Jesuit Journal, vol. 14, no 2, mai-juin 1996 (dossier "A Spiritual Sampler"): "In the late twentieth century, Mesmer, Swedenborg and Quantum Physics converge in the New Age."
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Suède
    Naissance
    29 / 01 / 1688, Stockholm, Suède
    Déces
    29 / 03 / 1772
    Raccourcis
    Emanuel Swedenborg (A Scholarly Site by Leon James)
    Brève biographie (The Heavenly Doctrines.org)
    Biographie substantielle (angl): tirée de: Erland J. Brock (éd.), Swedenborg and His Influence, Bryn Athyn, Pennsylvania, The Academy of the New Church, 1988
    Swedenborg Glossary (Leon James)
    Swedenborgian Church (liens proposés)
    Swedenborg Movement
    Swedenborg Foundation
    Swedenborg Library
    Information Swedenborg (Can.)
    The Swedenborg Project
    New Church Art Collection (Glencairn Museum)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.