• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Bernard Le Bovier de Fontenelle

    Philosophe et écrivain français.

    Biographie

    Né à Rouen le 11 février 1657, mort à Paris le 9 janvier 1757. Il était le fils d’un avocat au parlement et de Marthe Corneille, sœur de Pierre et Thomas. À treize ans, au collège des jésuites de Rouen, il concourut avec éloges au prix des Palinods et il traduisit peu après en vers français quelques pièces latines du père Commire; il plaida une cause et renonça au barreau. Honoré d’un accessit par l’Académie en 1675, il donna au Mercure galant diverses pièces trop ingénieuses, notamment L’Amour noyé et Histoire de mes conquêtes où il s’est lui-même dépeint joliment. Sa tragédie d’Aspar (1681) tomba lourdement; mais les opéras de Psyché et de Bellérophon, dans lesquels il avait mis beaucoup du sien, eurent du succès sous le nom de Thomas Corneille. Établi à Paris, il donna coup sur coup : Les Dialogues des morts (1683), où il faisait Platon galant et Phryné moraliste; Le Jugement de Pluton (1684), critique des dialogues et réponses aux critiques; Les Lettres du chevalier d’Her… (1685), badinage un peu sec; même année, un Éloge de M. Corneille, qu’il étendra en 1742, en y joignant deux autres pièces (Histoire du théâtre français jusqu’à Corneille, curieuse par un goût assez vif du théâtre du moyen âge et de la poésie spontanée des trouvères; Réflexions sur la poétique, à rapprocher de sa Description de l’empire de la poésie, 1678, et du morceau intitulé Sur la Poésie en général); Les Entretiens sur la pluralité des mondes (1686), mélange délicat, et qui réussit à souhait, d’astronomie et de bel esprit, de physique cartésienne, de réflexions morales et d’ironie; même année, les Doutes sur les Causes occasionnelles, critique courtoise du système du P. Malebranche; l’Histoire des oracles (1687), tout son bagage pour l’Académie des inscriptions à laquelle il sera associé en 1708; abréviation libre d’un ouvrage du Hollandais Van Dale, où il se complaisait à réfuter quelques théologiens, tout en préludant à la satire des anciens; les Poésies pastorales (1688), trop spirituelles, avec un Discours sur l’églogue et une Digression sur les anciens et les modernes dans laquelle il donnait aux modernes assez d’avantages et à l’idée du progrès assez d’appui pour déplaire à l’Académie : elle le refusa quatre fois et ne le reçut qu’en 1691; elle avait couronné en 1687 son Discours sur la patience. L’opéra de Thétis et Pélée réussit en 1689, Énée et Lavinie beaucoup moins en 1690. Citons un Parallèle de Corneille et de Racine (1693). Plus encore que sa préface pour l’Analyse des infiniment petits du marquis de l’Hôpital (1696), ses Entretiens sur la pluralité des mondes le firent choisir comme secrétaire de l’Académie des sciences, renouvelée en 1699; et ses Éléments de la géométrie de l’infini (1727, in-4) ont moins fait pour la gloire de cette assemblée que son Histoire de l’Académie royale des sciences, avec deux préfaces, recueil contenant des extraits des mémoires des savants et les éloges des académiciens morts; en 1702, l’Histoire depuis l’année 1699; en 1733, depuis l’année 1666. Par ses éloges académiques, Fontenelle a magistralement ouvert la voie à d’Alembert, Condorcet, Cuvier, Arago, etc. En 1752, il publia deux volumes contenant une tragédie et six comédies avec préface; même année la Théorie des tourbillons cartésiens, avec des réflexions sur l’attraction newtonienne. L’édition de ses œuvres en 1766 donne en outre divers morceaux : De l’Existence de Dieu, Du Bonheur, De l’Origine des fables, Sur l’Instinct, Sur l’Histoire, et trois fragments : Traité de la raison humaine, De la Connaissance de l’Esprit humain, enfin ce qu’il appelait Ma République.

    Le « prudent » et « discret » Fontenelle est taxé par un contemporain d’orgueil approbateur, traité d’homme impassible qui louait pour être loué, d’homme indulgent par vanité, attentif à sa gloire et à ses moindres gestes. Ce fut une façon de sage occupé de son bonheur, mais bienveillant et même secourable. Son intelligence souple et lucide a très bien servi les lettres et surtout les sciences, qu’il sut excellemment rendre accessibles et même attrayantes en gardant l’exactitude. La qualité d’homme de lettres fut relevée par la brillante considération attachée à la personne de cet académicien qui ne fut rien de plus, quoique familier du duc d’Orléans et de Fleury. Comme Voltaire, il exerça la royauté littéraire et mondaine, et, comme lui, il eut une sorte d’universalité, à la fois causeur fêté, poète badin et dramatique, philosophe, critique, historien des idées et géomètre. Ses vues sur la philosophie en poésie, sur l’amour et l’intérêt au théâtre, sur l’histoire, sur le progrès, sont attachantes; et, comme dit Trublet, « la main d’œuvre est toujours bonne chez Fontenelle », quand il ne se travaille pas trop. Fontenelle donna lui-même trois éditions de ses œuvres (1724, 1742, 1752-1757). Nous citerons encore : Œuvres diverses (La Haye, 1728-1729, 3 vol. in-fol.; 3 vol. gr. in-4); Œuvres complètes (Paris, 1758-1866, 11 vol. in-12; 1818, 3 vol. in-8; 1790, 8 vol. in-8; 1824-1825).

    source: La grande encyclopédie: inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts. Réalisée par une société de savants et de gens de lettres sous la direction de MM. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus [et al.]. Réimpression non datée de l'édition de 1885-1902. Paris, H. Lamirault, [191-?]. Tome dix-septième (Fanum-Franco), p. 756-757.

    Oeuvres


    Entretiens sur la pluralité des mondes, édition Amable Leroy, Lyon, 1804

    Traité de la liberté (1743) (Textes électroniques clandestins)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    02 / 02 / 1657, Rouen
    Déces
    09 / 01 / 1757
    Documents Associés
    Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues
    Remy de Gourmont
    science, raison, René Descartes, cartésianisme, progrès, style galant

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.