• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Urbanisme

    Clôtures de vie

    Jean Hamann
    Des chercheurs en agroforesterie de l'Université Laval (Québec) démontrent les mérites des haies vives au Mali qui servent à la fois de clôture vivante et fournissent aux propriétaires des produits pour leur usage personnel ou pour la revente. Article paru dans Au fil des événements, publié par l'Université Laval, édition du 11 mars 2004.
    L'idée est séduisante: remplacer des clôtures de fortune faites de branches mortes par des arbustes vivants qui fournissent des fruits et des produits utiles tout en empêchant le bétail de brouter dans les champs. Encore fallait-il en démontrer la faisabilité sur le plancher des vaches. C'est cette preuve qu'apportent Virginie Levasseur et Alain Olivier, du Département de phytologie de l'Université Laval, et leur collègue Mamadou Djimdé, au terme d'une étude réalisée auprès de paysans de la région de Ségou au Mali.

    Les chercheurs, qui livrent le fruit de leur investigation dans un récent numéro de la revue scientifique Agroforestry Systems, rapportent que, trois ans à peine après la mise en terre de jeunes plants de cinq espèces d'arbustes épineux servant de clôture vivante, 75 % des paysans en avaient déjà tiré au moins un produit. L'arbuste le plus prisé est le Lawsonia inermis qui produit du henné, une teinture utilisée traditionnellement pour colorer les mains et les pieds. La moitié des paysans en ont récolté pour leurs besoins domestiques et 30 % en ont eu suffisamment pour en vendre au marché. Les propriétaires ont aussi récolté des parties de plantes aux vertus médicinales (40 %), des fruits (40 %), des graines pour créer d'autres haies vivantes (20 %) ou du tanin pour traiter le cuir (15 %).

    La chèvre et le chou
    Ces haies vives pourraient donc avantageusement remplacer les traditionnelles clôtures de branches mortes utilisées par les paysans maliens pour empêcher le bétail de brouter dans leurs champs, estiment les trois chercheurs. Fréquemment attaquées par les termites qui y créent des brèches, les clôtures de branches mortes exigent des réparations annuelles. De plus, l'approvisionnement en branches pose problème à mesure que la superficie de terres cultivées augmente.

    Autre avantage intéressant, les clôtures vivantes éliminent une source potentielle de conflit entre cultivateurs et éleveurs de bétail. La coutume veut que les éleveurs maliens laissent leurs bêtes paître librement pendant la saison sèche, qui dure près de neuf mois dans ce pays, pour qu'elles mangent les restes de récoltes tombés dans les champs. «L'urbanisation rapide de la population malienne a forcé le développement de la culture pendant la saison sèche, de sorte que les terres publiques, où le droit d'usage prime, sont convoitées par les deux groupes», signale Alain Olivier. Grâce aux haies vives, il est désormais envisageable d'aménager la chèvre et le chou.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Jean Hamann
    Mots-clés
    Des clôtures vivantes, érigées pour contrer les déplacements du bétail, qui s'avèrent avantageuses économiquement pour leurs propriétaires.
    Documents associés

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.