• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Arcand Denys

    «Réjeanne Padovani» ou la conscience dans le béton

    Yves Lever
    Compte rendu du film Réjeanne Padovani de Denys Arcand qui brosse un portrait peu flatteur de la classe politique d'une époque qu'on espère révolue.
    Il y a des films qu'on aime voir diffusés en campagne électorale. Les deux principaux films de Denys Arcand sont de ceux-là.

    À l'ONF, on me dit que les copies de Québec: Duplessis et après (titre original: Duplessis est encore en vie) connaissent un rendement maximum dans le circuit communautaire. À plusieurs milliers de Québécois, il fournit une série des plus beaux exemples de paroles mystificatrices dégueulées par les politiciens en chaleur d'élection. Les Québécois aiment se saouler de belles paroles, c'est bien connu («il n'y a lieu au monde où la Rhétorique soit plus puissante qu'en Canada», disaient déjà les Relations des Jésuites, année 1633) mais ceux qui auront vu ce film se seront peut-être peu laissés charmer par la sonorité et la «couleur» des fantaisies verbales de nos forts en gueule. Même si, il faut le reconnaître, certains d'entre eux ont amélioré considérablement leur performance. La votation aura décidé des gagnants de notre sport national au moment où cet article paraîtra: chacun aura quand même intérêt à «écouter» ce film pour mieux comprendre la victoire ou la défaite de son «artiste» favori.

    Réjeanne Padovani, dernièrement sorti, situe son action à un autre moment et sur une autre scène. Pendant que les bons citoyens se préoccupent plus de hockey ou de baseball (ou encore de cinéma) que de slogans soi-disant politiques, il montre une portion de la vie réelle des tenants du pouvoir en dehors de leurs théatrales apparitions publiques.


    Qui s'assemble finit par se ressembler
    La veille de l'inauguration d'une autoroute urbaine, le constructeur Padovani reçoit à souper et veiller quelques amis pour célébrer l'événement. Quoi de plus normal que de rassembler les initiateurs et responsables d'une si belle oeuvre humanitaire: son honneur le maire, le ministre de la voirie et son secrétaire particulier (jeune et brillant économiste), le grand avocat et aviseur légal. Les épouses de ces messieurs fournissent la décoration nécessaire: derrière chaque grand homme, il y a une grande femme, n'est-ce pas?

    On n'y parle pas de politique on fête!

    On fête les rapports harmonieux entre le monde des affaires et les responsables politiques. Au sous-sol, les gardes du corps (police municipale provinciale et «bouncers») fraternisent et garantissent la tranquilité de la fête.

    Petit cadeau-souvenir à chaque invité(e), même au sous-sol, congratulations mutuelles, divertissements choisis, quatuor à cordes et opéra, feux d'artifices, discrétion assurée pour les petits plaisirs privés: Padovani sait bien recevoir et faire plaisir à chacun.

    On ne parle pas de politique, on fête!

    Les affaires? Pas question! On ne mélange pas le travail et le plaisir. Mais c'est un plaisir de suggérer sous le mode de la farce telle gentille nomination, d'évoquer sa responsabilité sociale («250 familles dépendent de moi»), de planifier un peu le développement de la cité. À chacun par la suite de trouver comment faire plaisir à ses amis!

    Mais tout à coup, la fête est menacée: Réjeanne, ex-femme de Padovani acoquinée depuis quelques années avec une riche famille juive et très au courant de toutes les «combines» d'affaires, veut revoir son ex-mari et vivre avec ses enfants. Une journaliste veut déranger le ministre; rabrouée avec violence, elle laisse échapper qu'une manifestation contre l'autoroute se prépare pour le lendemain. Problèmes pas trop graves et vite résolus: les gardes du corps de Padovani font taire définitivement Réjeanne et l'enfouissent dans le béton de l’autoroute; des policiers matraquent les organisateurs de la manif, saccagent leur local et les traînent en prison. Mêmes procédés de part et d'autre et même résultat: les troubleurs de conscience disparaissent du trafic.

    La fête se continue, l'inauguration est un succès. Maire, ministre et entrepreneur peuvent dormir tranquilles, ils n'ont rien vu, rien su. Aux subalternes bien payés de se salir les mains.


    Fiction et réalité
    Un reflet de la réalité québécoise? Bien sûr! Mais pas seulement de ce pays et pas au niveau où certains voudraient le voir.

    C'est un jeu facile, quand on suit l'actualité de mettre des noms connus sur les principaux personnages et événements du film (maire amateur d'opéra, rencontres d'hommes politiques avec la pègre, construction de l'autoroute est-ouest à Montréal).

    Mais ce n'est pas à ce jeu que le film s'attache. Il dégage plutôt le modèle d'administration de la chose publique en régime capitaliste: pouvoir absolu des «puissances d'argent» (comme disait le Catéchisme des électeurs de Duplessis), rôle de bons serviteurs de ces puissances joué par les gouvernements, maintien de cet état de choses par les policiers de tous ordres. Que ceux qui jouent dans cette arène soient de bons pères de famille ou des bons diables (ça arrive) qu'ils croient ou non servir l'intérêt public ne change absolument rien à l'affaire: le système est ainsi organisé pour qu’un petit groupe de privilégiés accapare la plus grande partie du gâteau national.

    Prenons la maison de Padovani: salon grand comme la moitié d'une salle de concert, bureau de conseil d'administration, sous-sol faisant penser à un gymnase (j'exagère à peine); partout, décoration ultra chic, moquettes luxueuses, fauteuils à mille dollars pièce. Honnête maison bourgeoise quoi! Mais qui paye tout cela? Les taxes et impôts de petits et moyens salariés collectés par le gouvernement pour financer (à prix excessifs et dépassant toujours les prévisions) une autoroute pour les «travailleurs» de la rue Saint-Jacques. Les mal logés de notre société fournissent ainsi sans s'en rendre compte des maisons dix fois trop grandes à leurs «serviteurs publics».

    Et ces messieurs s'offrent comme divertissement de salon la quatuor à cordes et l'opéra. La Place des Arts chez soi!


    Pendant ce temps...
    ... se détruisent pour faire place à l'autoroute des milliers de logements à prix modiques.

    La dernière séquence (la meilleure) résume tout le film. À l'arrière de sa luxueuse limousine, Padovani roule sur «son» autoroute et n'a qu'un regard distrait pour les logements en démolition qui la longent. Une musique d'opéra marque son triomphe une fois de plus.

    Une fois de trop.


    Note (janvier 2000): l’air d’opéra qui est entendu à la soirée chez Padovani et lors de la séquence finale: «Che faro senza Euridice» d'Orfeo et Euridice, de Gluck.

    Source

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-10
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Yves Lever
    Originaire de Gaspésie, Yves Lever enseigne le cinéma au Cégep Ahuntsic à Montréal de 1974 à 2003. Critique de cinéma, il contribue aux revues Relations, Cinéma Québec, Maintenant, Critère, Ciné-Bulles, etc. En plus de participer à plusieurs ouvrages collectifs, dont entre autres le Dictionnaire du cinéma québécois, il signe aussi plusieurs livres, notamment Cinéma et société québécoise, Histoire générale du cinéma au Québec et Les cents films québécois qu'il faut voir. Yves Lever dresse, avec l'ensemble de son oeuvre, un vaste panorama critique de la cinématographie québécoise.
    Mots-clés
    Denys Arcand, cinéma, Québec, Office national du film, politique, corruption, favoritisme
    Extrait
    «Les affaires? Pas question! On ne mélange pas le travail et le plaisir. Mais c'est un plaisir de suggérer sous le mode de la farce telle gentille nomination, d'évoquer sa responsabilité sociale ("250 familles dépendent de moi"), de planifier un peu le développement de la cité. À chacun par la suite de trouver comment faire plaisir à ses amis!»
    Documents associés
    Yves Lever
    Denys Arcand, Jésus, Église, Christ, Cinéma, religion
    Jean-Philippe Trottier
    Yves Lever
    Denys Arcand, cinéma, Québec, Gina, On est au coton, Office national du film, censure

    2%
    Dons reçus (2017-2018): 509$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.