• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Luther Martin

    Luther

    Émile Verhaeren
    Les monastères,
    On les voyait jadis ainsi que de grands fronts
    Du fond des bois, du bout des monts
    Illuminer la terre;
    Au-dessus d'eux les étoiles posaient leurs sceaux;
    Leurs tours les éclairaient comme autant de flambeaux,
    Et, sur les champs, les clos, les lacs et les vallées,
    Ils dardaient de très haut
    Le dogme inexpugnable et la foi crénelée.


    Rome pensait pour tous,
    Mais eux songeaient pour Rome;
    Ils dominaient la vie et les brusques remous
    Que creusait en son lit le flot rétif des hommes;
    Partout, de bourg en bourg, de cité en cité,
    Pesaient sur les cerveaux leurs blocs d'autorité;
    Peuples des pays clairs, peuples des landes sombres
    N'étaient que leur vouloir sacré devenu nombre ;
    Ils déployaient sur Dieu leurs syllogismes froids;
    Ils inspiraient la crainte au coeur sans peur des rois
    Et personne n'osait au brasier de son âme
    Réveiller un feu d'or qui ne fût point leur flamme.


    Pendant mille ans
    Ils maintinrent ainsi, comme un glaive en sa gaine,
    A la merci de leur bras ferme et vigilant
    L'ardeur humaine :
    L'esprit ne sentait plus en lui comme un ferment
    L'angoisse rude,
    La recherche était morte et l'on croyait dûment
    Par habitude,
    Le doute allègre était traqué de seuil en seuil
    Comme une bête.
    Et celui-là mourait qui pavoisait d'orgueil
    Humain, sa tête.


    O ce grand ciel chrétien, despotique et mental,
    Envoûtant sous ses lois l'espace occidental,
    Qui donc l'affronterait, là-haut, sur la montagne?
    Ce fut un moine ardent, sensuel et buté,
    Grand de lucide volonté,
    Qu'offrit à l'univers un pays d'Allemagne.


    Les textes nus et froids lui semblaient sans vertu
    C'étaient des poteaux secs qui se croyaient des arbres.
    L'esprit vivant gisait sous la lettre abattu,
    Et le pape, là-bas, dans sa ville de marbre,
    Mettait la grâce en vente et trafiquait du ciel.
    Partout le décor creux masquait les lignes fermes
    Et les rugueux piliers d'un temple essentiel;
    Les pépites de l'or semblaient autant de germes
    Dont les prêtres ensemençaient le sol chrétien ;
    Tout un peuple de saints imposait sa tutelle
    A la supplique humaine et la chargeait de liens ;
    Le cri direct de l'homme à Dieu n'avait plus d'ailes.
    Bien qu'il ne vît autour de lui
    Que des poings de fureur se crisper dans la nuit
    Et des gestes armés de crosses
    Le menacer, soudain, de vengeances féroces
    Jusqu'au delà de son tombeau,
    Bien que le monde entier pesât sur son cerveau
    Avec ses vieux décrets et ses vieux anathèmes,
    Rien n'empêcha Martin Luther,
    Devant l'aube du matin clair,
    De penser par lui-même.
    Il libéra le monde en étant soi pour tous.
    Comme une forteresse, il maintenait debout
    Près de son coeur, sa conscience
    La Bible était pour lui, non pas une prison
    De textuelle obédience,
    Mais un jardin bougeant sous l'or des frondaisons
    Où chaque homme, selon son âme,
    Choisit la fleur qu'il aime et mord au fruit qu'il veut
    Et, sous le ciel ardent de flammes,
    Distingue le chemin qui le conduit vers Dieu.


    Voici la vie, après combien de jours, ouverte
    A la croyance libre et la saine ferveur.
    L'idée humaine enfin marche à sa découverte
    Et prend le jeune orgueil pour guide et pour sauveur.
    Il n'importe que tonne encor la voix romaine,
    Luther a sous la foudre engrangé la moisson;
    Sa force, il l'a trouvée en son âme germaine
    Que la nature entière emplit de son frisson ;
    Il est homme de passion franche: il le crie.
    La vigne de la chair, il la veut vendanger,
    Jamais il n'est au bout de sa propre furie
    Ni de sa joie âpre et folle d'être en danger.
    Il est terrible et gai; son humeur est soudaine.
    Il est contradictoire avec ténacité ;
    Tous les fleuves d'amour, tous les torrents de haine
    Creusent, sans le trouer, son grand coeur exalté.
    Il demeure inquiet jusques dans sa victoire,
    Et, quand la mort s'étend de son coeur à son front,
    On dirait que la nuit voile d'une aile noire,
    De roc en roc, les flancs et le sommet d'un mont.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Émile Verhaeren
    Mots-clés
    réforme, protestantisme
    Documents associés
    Frantz Funck-Brentano
    Bible, traduction, protestantisme
    Frantz Funck-Brentano
    Gabriel Compayré
    La Réforme et l'éducation
    Frantz Funck-Brentano
    Frantz Funck-Brentano

    40%
    Dons reçus (2017-2018):10 002$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.