• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Travail

    Le travail non-scolaire pendant les études

    Jacques Dufresne

    La question du travail non-scolaire des étudiants est reléguée au énième rang dans le débat en cours Québec sur les universités et l’éducation dans son ensemble. On pourra lire plus loin un article que j’écrivais il y a vingt ans sur le sujet. La situation ne s’est manifestement pas améliorée depuis lors à en juger par le communiqué paru dans le Devoir du 6 févrirer 2013. «Ce qui inquiète surtout les chercheurs, c’est le nombre d’heures travaillées par les étudiants. En moyenne, les étudiants québécois âgés de 15 à 24 ans consacrent 15 heures par semaine à l’exercice d’un emploi rémunéré. C’est une heure de plus que la moyenne canadienne. Les fédérations étudiantes et les commissions scolaires s’entendent pour dire que les étudiants ne devraient pas consacrer plus de 15 heures par semaine à occuper un emploi rémunéré afin de ne pas nuire à leur scolarité. Or, selon l’étude, un quart des étudiants québécois travaillent plus de 15 heures. Et certains y consacrent beaucoup plus de temps : un étudiant à temps plein sur 10, soit quelque 25 000 jeunes Québécois, travaille 25 heures et plus par semaine, selon les résultats de l’étude.


    Si cette situation perdure et s’aggrave c’est parce qu’elle fait l’affaire de tout le monde : des parents, des patrons, de l’État, pour des raisons d’ordre économique certes, mais aussi par une espèce de volonté inconsciente de médiocrité en éducation. L’adolescent qui travaille plus de quinze heures est excusé par là-même de ses échecs scolaires.


    Retour à la barbarie


    Le plus inquiétant dans tout cela, c’est qu'on annule l'une des plus belles conquêtes de la civilisation: le loisir des jeunes. Libérer les jeunes du travail servile pour leur permettre de s'adonner à l'étude et autres activités gratuites, c'est l'un des buts auxquels on a reconnu le progrès social au cours des siècles. Travailler jusqu’à trois heures du matin pour closer un restaurant c’est pour un jeune se traiter lui-même en esclave. Il pourra ainsi se procurer un Ipod pour ensuite s’indigner du fait qu'on fait travailler des jeunes chez Foxconn.


    On forme ainsi des consommateurs avant de former des hommes. Certes de nombreux étudiants peuvent faire de bonnes études dans ces conditions, en raison de leurs qualités personnelles. Plutôt que de tirer une règle générale de ces rares, il vaudrait mieux se demander si ces exceptions n’auraient pas atteint de plus hauts sommets en consacrant tout leur temps à leurs études. Cette troisième langue qu'ils ne maîtrisent pas, ils l’auraient peut-être apprise.


    Le remède à ces maux, les autorités universitaires le connaissent depuis longtemps, elles l’appliquent aux sports : elles paient les athlètes prometteurs, à la condition, cela va de soi, que lesdits athlètes se prêtent au jeu d’une sélection très rigoureuse. Soit dit en passant, les grandes écoles qui ont fait et font toujours la gloire de la France, appliquent un principe semblable. On pourrait en tirer cette règle générale : pas de gratuité sans sélection. Sans une sélection si exigeante qu'elle rend le travail non scolaire impossible.

    Tout les efforts faits pour améliorer le système d'éducation et toutes les réformes qui pourraient en résulter risquent fort d'apparaître vains, de laisser un souvenir amer, si l'ensemble de la société québécoise ne prend pas au préalable l'engagement de régler, dès le secondaire, un problème qui rendrait inopérantes les meilleures écoles du monde: l'entrée massive des étudiants sur le marché du travail.

     
    L'école aspirine


    Voici une illustration de ce problème. La scène se passe dans une polyvalente typique du Québec. En entrant à l'école un adolescent de seize ans, livide et conscient de ses droits, se précipite au bureau de l'infirmière où, prétextant un mal de tête insupportable,il exige son aspirine quotidienne; mais l'infirmière ce jour-là n'a été ni dupe ni complaisante. Elle s'est comportée à la fois comme une mère et comme une citoyenne responsable. Au terme d'un interrogatoire habilement mené, l'adolescent lâchera le morceau: "J'ai closé hier soir." (Closer, de l'anglais to close, fermer) Il faut comprendre que l'adolescent a fait la veille, ou plutôt le matin, la fermeture du restaurant dans lequel il travaille. Il est rentré à la maison vers deux heures du matin et il a d'abord regardé les émissions de télévision que ses parents avaient enregistrées pour lui. Il est allé au lit à 4 heures. Tout ce surmenage pour se procurer, entre autres choses, un équipement de ski de 700$.

    Ce n'est pas là une conduite exceptionnelle: 56 p. cent des étudiants âgés de 15 à 19 ans ont un travail à temps partiel qui les occupe en moyenne 15 heures par semaine. Vingt p. cent d'entre eux travaillent 20 heures et plus.(1) L'étude que je cite ici nous apprend en outre "que le travail n'est pas le fait d'un milieu socio-économique particulier même s'il se retrouve avec un peu plus d'intensité chez les étudiants et étudiantes issus de la classe moyenne". Comme on pouvait s'y attendre, "quand le programme comporte plus d'heures de cours et quand le travail scolaire demandé est étroitement planifié et périodiquement évalué, il y a moins d'étudiants au travail et ceux qui y sont y consacrent moins de temps". On apprend enfin que le travail pendant l'année scolaire réduit de 7,5 p. cent par semaine le travail investi dans les études et que la moyenne scolaire tend à diminuer lorsque l'étudiant-travailleur consacre plus de 10 heures par semaine à son emploi. Cette tendance, nous apprend aussi l'étude, serait beaucoup plus marquée si les exigences scolaires étaient plus élevées et l'évaluation plus rigoureuse.

    Et en plus de compromettre leur avenir physique et intellectuel, ces étudiants-travailleurs-consommateurs privent d'un emploi un jeune voisin qui a quitté l'école. Il y a quelque temps je participais à un débat sur l'emploi, organisé par la Caisse populaire d'Iberville. J'ai d'abord entendu les doléances des éducateurs sur le temps que les étudiants du cégep et les élèves du secondaire consacrent chaque semaine à l'emploi. Immédiatement après, un travailleur social a présenté de tristes statistiques sur le chômage des jeunes. Un calcul rapide m'a permis de constater que pour régler le problème du chômage des jeunes, il suffirait de faire en sorte que leurs camarades qui ont la chance d'être aux études étudient à plein temps.

    En Belgique, il existe une loi qui limite à deux heures par jour le temps que les jeunes sont autorisés à consacrer au travail non-scolaire. Les employeurs qui contreviennent à cette loi sont punis sévèrement. Et si une telle loi n'existe pas en France, en Allemagne ou au Japon, c'est parce qu'elle n'est pas nécessaire dans ces pays.

    Les patrons doivent donner l'exemple

    Faudra-t-il que le Québec imite la Belgique? On entend déjà les représentants du patronat s'indigner à l'idée qu'une nouvelle loi vienne aggraver les tracasseries administratives que leur imposent déjà les nombreuses bureaucraties gouvernementales. Faut-il donc laisser pourrir la situation? On serait au moins en droit de s'attendre à ce que les chefs d'entreprise fassent preuve de cohérence et donnent aux jeunes des exemples de sens des responsabilités.

    Il ne se passe pas une semaine sans qu'un porte-parole des patrons nous rappelle que la relance de l'économie sur une base solide repose d'abord sur une formation de qualité. Qu'attendent ces patrons soucieux d'éducation, pour ajouter à leur code d'éthique un article précisant qu'ils s'engagent à limiter le temps de travail des étudiants de moins de dix-huit ans à dix heures par semaine? Ils pourraient utiliser leurs associations comme moyen d'auto-régulation. Dans ces conditions -et dans ces conditions seulement- il serait possible d'éviter le recours à une loi.

    Non seulement nous avons du rattrapage à faire dans ce domaine par rapport à l'Europe et au Japon, mais encore nous devrons nous ajuster aux nouvelles normes de nos concurrents les plus immédiats: les Américains. Chez nos voisins du Sud en effet, l'année scolaire au niveau correspondant à celui de nos cégeps s'étendra bientôt sur 190 jours. Au Québec, elle oscille entre 150 et 160 jours, lesquels, en raison de l'absurde système des sessions, sont amputés de l'équivalent d'au moins 20 jours.

    Le plus inquiétant dans tout cela, c'est qu'on en soit réduit à utiliser de pareils arguments, centrés sur l'économie, pour défendre l'une des plus belles conquêtes de la civilisation: le loisir des jeunes. Libérer les jeunes du travail servile pour leur permettre de s'adonner à l'étude et autres activités gratuites, c'est l'un des buts auxquels on a reconnu le progrès social au cours des siècles.

    Retour à la barbarie

    À peine ce but a-t-il été atteint en Occident, vers le milieu du présent siècle, qu'on a inventé des moyens artificiels destinés à inciter les jeunes à se replonger d'eux-mêmes dans l'enfer dont leurs parents venaient de les tirer. Après la guerre de 39-45 en effet, les enfants, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, ont eu de l'argent à dépenser. Ils sont immédiatement devenus une cible pour les spécialistes du marketing; une cible particulièrement vulnérable. De nouvelles industries, comme celle de la musique pop, ont même été créées à leur intention. Au même moment, ils atteignaient leur maturité sexuelle de plus en plus tôt, ce qui ne pouvait qu'accentuer chez eux le désir de se comporter comme des adultes.

    L'argent qui, au début, venait surtout des parents, s'est bientôt avéré insuffisant. Le travail rémunéré devenait donc nécessaire. À ce moment précis, la conjoncture économique et démographique a été telle que de nombreux jeunes ont eu facilement accès à des emplois à temps partiel.

    Il faut lutter avec énergie contre cette tendance, par amour des jeunes tout simplement, pour les protéger contre la tentation de l'esclavage volontaire. Quel autre nom donner à une conduite comme celle que j'ai évoquée au début de cet article? Cette conduite me rappelle la terrifiante observation d'Auguste Comte: "L'esclavage avilit l'homme au point de s'en faire aimer."

    (1) L'enseignement supérieur, avis à la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Science et à la ministre de l'Éducation.


    Source

    La Presse, 7 novembre 1992, p. B3.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2014-01-23
    Informations
    L'auteur

    Jacques Dufresne
    Mots-clés
    Le don et le commerce
    Documents associés
    Thomas More
    Les Utopiens et le travail. Les tâches également réparties. Tous les Utopiens même les syphogantes s'occupent à un métier.
    Jacques Dufresne
    Jacques Dufresne
    temps, limite, productivité, droits des animaux, Québec rural et religieux, savoir-vivre
    Bernard Lebleu
    Travail, urgence, culture, libéralisme, loisir
    Andrée Mathieu
    Jacques Rigaudiat
    Jacques Dufresne
    Travail, congé, productivité, travailleur, sinécure
    Charles Péguy
    ouvriers, dignité, perfection
    Bernard Lebleu
    Travail, urgence, stress, impermanence, Nicole Aubert, Zaki Laïdi
    Paul Lafargue

    2%
    Dons reçus (2018-2019):609$
    Objectif (2018-2019): 20 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.