Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Le mal socialisé

Gustave Thibon

En ce début du XXIème siècle, l'adjectif systémique, souvent associé au mot racisme, suscite bien des controverses. Dans cette réflexion, qui remonte à 1930, Gustave Thibon appelait erreur généralisée ce qu'on appelle aujourd'hui erreur systémique.

L’erreur individuelle, consciente, morale, est infiniment moins dangereuse que l’erreur généralisée, fondue, diluée, inconsciente, passée incognito dans les institutions, les coutumes, le climat. La plupart des aberrations morales conservent quelque chose d’accidentel, de curable, de révocable, tant qu’elles n’ont pas gâté le milieu humain. Mais quand l’âme de la Cité même est malade, l’individu est menacé, non plus seulement dans les parties supérieures de son être, mais dans son existence immédiate, dans son socle vital. Le « péché » devient proprement catastrophique quand il cesse d'être péché', quand il ne procède plus d’un choix individuel et délibéré mais d’une conscience collective corrompue. Alors, il ne se borne plus à dégrader l’homme, il le détruit.

Ce mal socialisé, qui échappe (de toute l’étendue de ses infiltrations dans la vie et la nécessité) à la juridiction de l’esprit et de la morale, comment ne voit-on pas qu’il est absurde de vouloir le traiter uniquement sur le plan spirituel et moral ? On méconnaît trop l’importance directe, pressante, tragique de certaines circonstances matérielles dont l’absence entraîne fatalement la ruine des plus hautes possibilités humaines. On se comporte comme des Amants de Venise qui attendraient de leurs seules conversations sidérales la conception d’une postérité ! Pour l’homme du xxe siècle, saturé de superfluités, de vanités et «d’idéals», les problèmes d’ornementation de l’existence suffisent à effacer le problème de l’existence. (Parodies et mirages, Éd. du Rocher, 2011, p.21)

À lire également du même auteur

Identité et conscience de soi
Prendre conscience de son identité , n'est-ce pas déjà la perdre ?

Le mal socialisé
En ce début du XXIème siècle, l'adjectif systémique, souvent associ&

Invariant
Sculpter l'âme par la pensée et la pensée par l'âme

Victor Hugo, visionnaire
Extraits d'une conférence prononcée à un colloque organisé par L'

Vie urbaine et surmenage affectif
Voici une belle analyse des menaces qui pèsent sur l'authenticité des êtres humains et une évoca

Résistance du monde et harmonie intérieure
Quand ce qui lie se confond avec ce qui délie