Le mal socialisé

Gustave Thibon

En ce début du XXIème siècle, l'adjectif systémique, souvent associé au mot racisme, suscite bien des controverses. Dans cette réflexion, qui remonte à 1930, Gustave Thibon appelait erreur généralisée ce qu'on appelle aujourd'hui erreur systémique.

L’erreur individuelle, consciente, morale, est infiniment moins dangereuse que l’erreur généralisée, fondue, diluée, inconsciente, passée incognito dans les institutions, les coutumes, le climat. La plupart des aberrations morales conservent quelque chose d’accidentel, de curable, de révocable, tant qu’elles n’ont pas gâté le milieu humain. Mais quand l’âme de la Cité même est malade, l’individu est menacé, non plus seulement dans les parties supérieures de son être, mais dans son existence immédiate, dans son socle vital. Le « péché » devient proprement catastrophique quand il cesse d'être péché', quand il ne procède plus d’un choix individuel et délibéré mais d’une conscience collective corrompue. Alors, il ne se borne plus à dégrader l’homme, il le détruit.

Ce mal socialisé, qui échappe (de toute l’étendue de ses infiltrations dans la vie et la nécessité) à la juridiction de l’esprit et de la morale, comment ne voit-on pas qu’il est absurde de vouloir le traiter uniquement sur le plan spirituel et moral ? On méconnaît trop l’importance directe, pressante, tragique de certaines circonstances matérielles dont l’absence entraîne fatalement la ruine des plus hautes possibilités humaines. On se comporte comme des Amants de Venise qui attendraient de leurs seules conversations sidérales la conception d’une postérité ! Pour l’homme du xxe siècle, saturé de superfluités, de vanités et «d’idéals», les problèmes d’ornementation de l’existence suffisent à effacer le problème de l’existence. (Parodies et mirages, Éd. du Rocher, 2011, p.21)

À lire également du même auteur

Le confort et la liberté
Et que resterait-il du confort modèle suédois si leurs puissants voisins de l’Est s’avisaient

La liberté et les sciences humaines
Libres même et surtout quand, instruits par les sciences humaines, nous prenons acte de ce qui

Les pièges de l'indignation
Le piège consiste en ceci qu’on tire facilement des conclusions générales

L'université et le réel
Où il est question du mépris de l’élite pour le peuple, ce qui aide à comprendre le mépris ac

Vie urbaine et surmenage affectif
Voici une belle analyse des menaces qui pèsent sur l'authenticité des êtres

Identité et conscience de soi
Prendre conscience de son identité , n'est-ce pas déjà la perdre ?




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ