L'Amérique d'Ayn Rand

Jacques Dufresne

Commentaire du livre de  Nicole Morgan, Haine froide, à quoi pense la droite américaine?, paru aux éditions du Seuil à Paris en septembre 2012.

Les pourcentages vont-ils bientôt remplacer les qualificatifs en politique? Peut-être l'histoire retiendra-t-elle des élections présidentielles de 2012 aux États-Unis qu'elles ont été celles du 1% contre le 47%, le 1% représentant les spéculateurs des grandes places financières, le 47% les travailleurs ou assistés sociaux n'étant pas en mesure de payer des impôts . Cela confirmerait une tendance manifeste depuis plus d'un siècle. La première édition du journal La Presse de Montréal fondée en 1884 ne comportait aucun chiffre. On n'en trouvait pas non plus dans les autres journaux. Les premières colonnes de chiffres qui apparurent dans La Presse furent consacrées aux taux de mortalité. Depuis, le chiffre a colonisé une à une les diverses rubriques des journaux, si bien que les pages consacrées à la politique ne diffèrent guère désormais des pages consacrées aux sports ou à la bourse.

Ces spéculateurs constituant 1% de la population ont des revenus 225 fois plus élevés que ceux du salarié moyen. Les 47% sont les « parasites », les « assistés » qui, selon le candidat républicain Mitt Romney, constituent l'essentiel de l'électorat démocrate. C'est le candidat républicain à la présidence qui a lancé ce chiffre à l'occasion d'une séance de levée de fonds en mai denier!

Par delà l'insulte faite à des millions de travailleurs qui ne paient pas d'impôt fédéral tout simplement parce que les récents gains de productivité dans le pays ont surtout servi à enrichir davantage les spéculateurs, il faut voir dans ces statistiques un nouveau triomphe de la rhétorique haineuse de Ayn Rand, ce que les commentateurs les plus éclairés, Dave Brooks du New York Times par exemple, et Frances Moore Lappe du Huffington Post n'ont pas manqué de souligner.

Qui est Ayn Rand? Une inconnue dans le reste du monde qui, aux États-Unis, a presque autant d'influence que la Bible; en réalité un auteur médiocre, gouverné par une double haine : celle de la terre et  celle des hommes, alternant autour d'un absolu, la raison, elle-même réduite au calcul rationnel de l'intérêt égoïste cher aux économistes de l'école de Chicago. Une folle selon la définition de Chesterton : « Le fou est celui qui a tout perdu sauf la raison ». J'exagère. Non, je m'adapte à mon sujet : il faut éviter de faire l'honneur des nuances aux auteurs qui se font un devoir de ne pas s'en encombrer.

Depuis les balcons de l'histoire, on se montre facilement sévère pour tous ceux qui ayant été témoins de la montée d'une doctrine totalitaire et haineuse, n'ont rien fait pour en briser l'élan. Quand on est immergé dans l'histoire, la lucidité est plus difficile, mais elle demeure possible à condition que l'on découvre le bon auteur au bon moment. En ce qui a trait à l'évolution des États-Unis vers le fascisme, un fascisme sans Führer pour le moment, Nicole Morgan est le bon auteur et son dernier livre, La Haine froidei, paraît au bon moment.

La haine est en effet si froide en ce moment dans la droite américaine qu'on en viendrait à regretter la guerre froide et même le mur de fer, lequel est devenu plus dangereux depuis qu'au lieu de séparer les deux grands blocs de la planète, il sépare les deux grands partis politiques dans le pays le plus puissant de la planète avec 45% des dépendances militaires.

Les faits et les idées font rarement si bon ménage que dans La Haine froide. Nicole Morgan est une philosophe journaliste dans le meilleur des sens de ces deux mots. Née en France où elle a fait ses études, elle a fait carrière au Canada dans un prestigieux collège militaire, celui de Kingston, petite ville située entre Montréal et Toronto sur les bords du St-Laurent : fleuve assez large pour donner de l'objectivité au regard qui observe l'autre rive : américaine!

Je vis moi aussi à quelques kilomètres des États-Unis. Pour mieux comprendre où va ce pays et le monde sous sa gouverne, j'accepte d'être bombardé tous les jours par la publicité du Viagra et de cette autre énergie propre appelée charbon. (Il ne s'agit pas de la chaîne Fox qui vocifère du Ayn Rand à cœur de jour, mais de CNN, la chaîne intellectuelle)

Ces deux publicités résument bien la situation outre frontière, où une entreprise entre dans l'illégalité quand elle prend le risque de réduire son profit en poursuivant un autre but : social ou environnemental. Au début était le livre, la Bible bien entendu, nous y reviendrons. C'est au second livre après la Bible que nous nous intéresserons d'abord : Atlas Shrugged La révolte d'Atlas, un roman paru en 1957, que l'on commence à peine à traduire en langue étrangère. Voici un aperçu de son importance au États-Unis. Il se vendait, depuis sa parution, plus de 75 000 exemplaires par année. Les ventes ont commencé à augmenter à partir de 2000 pour atteindre 300 000 exemplaires en 2009. En 2011, le livre est passé à la tête des ouvrages les plus vendus sur Amazon.com.

Atlas, c'est l'entrepreneur divinisé. Il est fatigué de soutenir seul la planète entière, alors que pullulent autour de lui les parasites. Il suffit qu'il se mette en grève avec l'ensemble de ses homologues pour que tout s'effondre autour de lui. La liberté absolue pour l'entrepreneur, la mort pour tous ceux qui vivent grâce à lui sans se soumettre à sa loi. On exagère à peine quand on résume ainsi l'œuvre de Ayn Rand.

Voici à ce sujet quelques passages du livre de Nicole Morgan:

« La force d'Ayn Rand vient de ce qu'elle a, sans relâche, montré du doigt ces ennemis de la force de la nation. Elle a répété sans fin les mots « parasites », « pilleurs », « mendiants à la petite semaine » « poux », « imitations d'humains », « lie » « vermine » ou« zombies » pour décrire tous ceux qui ne produisent pas la richesse mais en vivent ».ii

On ne peut attaquer Ayn Rand, qui prêche la vertu soit dit en passant, sans s'exposer aux insultes de la secte qui l'entoure. Whittaker Chambers est l'un de ceux qui a osé dire la vérité crue sur Atlas Shrugged. « Dans presque chaque page de Atlas Shrugged, écrivait-il en 1957, on entend cette voix criant : ''À la chambre à gaz – Go!''»iii

Vous vous étonnez de ce que les adversaires de Obama Care fassent si peu de cas de la vie d'autrui? Si vous étiez disciple d'Ayn Rand cela vous paraîtrait normal. Vous vous étonnez de ce que tant d'Américains, tant de concitoyens d'Al Gore, soient indifférents au réchauffement climatique? C'est que vous n'avez pas lu Ayn Rand. « Dans Contre l'environnementalisme, elle considère que l'écologie est un retour du religieux et de l'irrationnel, alors que seul le progrès technique peut améliorer la condition humaine ».iv

Pour s'élever jusqu'à la haine du Führer, il ne manque qu'une chose à Ayn Rand : le racisme. Mais si le racisme est absent de la doctrine officielle — un entrepreneur noir a autant de mérite qu'un entrepreneur blanc — les membres du Tea Party, admirateurs d'Ayn Rand pour la plupart, parviennent bien mal à déguiser la haine que leur inspire Barak Obama.

Un jour viendra inévitablement où la haine portant la marque d'Ayn Rand se déversera sur les nations de parasites, comme apparaît déjà la France au yeux des républicains. Il deviendra alors parfaitement clair que les ressources de la planète appartiendront aux nations abritant le plus grand nombre d'entrepreneurs.

Une conclusion qui était prévisible depuis longtemps. « Le laisser-faire dont nous allons parler, écrit Nicole Morgan, n'est pas celui auquel l'histoire nous a habitués. C'est une révolution documentée dès les années 1970 par Richard Burnet et Ronald Muller. Ceux qui dirigent les multinationales, expliquent-ils, sont les premiers dans l'histoire de l'humanité qui ont le pouvoir technologique, financier et idéologique de gérer les ressources de la planète selon un modèle économique unique. Il demande seulement de transcender les États-nations et ce faisant de transformer tout le processus politique. En l'absence d'un législatif mondial qui structure et équilibre cette prise de pouvoir, on peut dire qu'il s'agit là d'un laisser-faire absolu ».v.

« Je veux être connue comme la plus grande championne de la raison et l'ennemi le plus mortel de la religion ». vi Dans la mesure où Ayn Rand est devenue l'objet d'un culte, on lui pardonne tout ce qu'elle a dit sur la religion. Comment comprendre autrement le fait que le Tea party soit composé indistinctement de lecteurs d'Ayn Rand et de sectaires d'une religion fondamentaliste? La preuve qu'un mouvement est plus passionnel que rationnel, plus idéologique que transparent, c'est qu'il est renforcé plutôt qu'affaibli par les contradictions qu'il charrie.

Autre contradiction : Le Tea Party est issu de la classe moyenne blanche et après la crise financière, il s'est porté à la défense du 1% : 225 fois le salaire moyen en 2012, 125 fois au cours de la décennie 1960. La logique aurait voulu que la classe moyenne se révolte contre le 1%. Ce qui s'est passé en réalité est si contraire à la logique que personne ne l'avait prévu, pas même dans le cercle restreint qui avait considéré la crise financière comme inévitable : « Au lieu de FDR, (Franklin Delano Rosevelt), s'écria Thomas Frank, nous avons eu Ayn Rand. Au lieu de créer des programmes qui viendraient aider le sort des Américains durement touchés par la crise, on eut le Tea Party qui exigea que les Américains subissent les conséquences de la crise — en laissant totalement impunis les escrocs de Wall Street qui en étaient responsables ».vii

« Le retour en force de la droite,écrit Thomas Frank, tout aussi estomaqué, est aussi extraordinaire que si le public avait demandé qu'une douzaine de centrales nucléaires soient construites au lendemain du désastre de Three Mile Island; c'est comme si au lendemain du Watergate on avait proclamé Richard Nixon héros national ».viii

Les foules ont beau avoir le génie de la confusion, elles ne peuvent pas inventer seules une contradiction aussi grossière. Le Tea Party a pris forme juste avant les élections de mi-mandat en 2010 grâce à des millions provenant des coffres des candidats républicains à la Chambre des représentants. Au même moment, le 1% distribuait les livres de Ayn Rand dans les universités.

« L'État c'est le mal ». « L'argent est le baromètre des vertus d'une société ». « L'avidité est morale ». Si hostile qu'elle ait été à l'égard de la religion, Ayn Rand n'hésitera pas à opposer à l'image du Christ souffrant de sa compassion pour les pauvres, celle du héros entrepreneur, Atlas souffrant de supporter à la fois le monde et les parasites humains. « Si vous pouviez voir Atlas. Ce géant qui porte le monde sur ses épaules, si vous pouviez le voir debout, le sang coulant sur sa poitrine, ses genoux fléchissant, essayant quand même de tenir le monde avec ses dernières forces. Plus grand est son effort, plus lourd est son fardeau ».ix

Que la moitié d'un grand peuple puisse s'identifier à la fois à ce surhomme et au Christ! Chose impossible et pourtant vraie.

 Il y a vraiment lieu de craindre que l'appauvrissement et l'abaissement de la classe moyenne aux États-Unis ne conduisent à un fascisme qui n'aurait rien à envier à celui de l'Europe du début du XXe siècle. Cette crainte est amplement justifiée par une partie du message que dans La révolte d'Atlas Ayn Rand destine aux ouvriers et autres moins que rien. « Vous proposez d'établir un ordre social fondé sur le principe suivant : que vous êtes incapables de diriger votre vie personnelle, mais capables de diriger celle des autres; que vous êtes inaptes à vivre librement, mais aptes à devenir des législateurs tout puissants; que vous êtes incapables de gagner votre vie en utilisant votre intelligence, mais capables de juger des hommes politiques et de les désigner à des postes où ils auront tout pouvoir sur des techniques dont vous ignorez tout, des sciences que vous n'avez jamais étudiées....» x

Est-il possible d'imaginer une pire condamnation de la démocratie? Ayn Rand répliquerait sans doute que le respect de la liberté de l'autre est le socle de sa pensée. Je dois traiter l'autre, comme je voudrais être traitée moi-même. C'est le dogme central du néo-libéralisme, si proche de l'objectivisme de Ayn Rand. En réalité, réduire l'homme à cette liberté abstraite, rationnelle, du joueur dans la théorie des jeux c'est en faire une chose, à l'égard de laquelle on n'aura aucune obligation. On présume que le joueur opte en toute situation pour son intérêt personnel, mais rien d'autre n'a vraiment d'importance en lui, rien n'est sacré, et s'il n'est pas assez fort pour s'imposer face à un interlocuteur avide, il n'aura qu'à devenir son esclave, sa chose.

Ayn Rand a beau mépriser les intellectuels, elle fait pourtant partie de leur caste, ce qui rend d'autant plus étonnante l'excellente réputation dont elle jouit auprès des membres du Tea Party, dont « l'anti intellectualisme, selon Suzan Jacoby, n'est pas seulement une vague, mais une inondation. L'inondation est telle que Mitt Romney doit s'abstenir de montrer qu'il parle une langue satanique, une langue d'intellectuels, le français ».

Dans un tel contexte, chacun évidemment a raison, toutes les interprétations de la Bible s'équivalent et sont également dignes de foi, à condition qu'elles n'émanent pas du chef des catholiques. Et voici la nouvelle tour de Babel : une foule d'interprétations de la Bible aussi personnelles … et aussi délirantes les unes que les autres. « Une enquête récente effectuée par Time et CNN révèle que 36% des Américains croient que la Bible est la parole de Dieu et qu'elle doit être prise au pied de la lettre. 59% sont persuadés que les événement prédits dans l'apocalypse arriveront. Près d'un américain sur quatre estime que le 11 septembre a été annoncé dans la Bible.[...] Encore plus significatif : plus d'un tiers des Américains sont en faveur d'une politique de soutien à Israël parce qu'ils croient que Jésus reviendra sur terre le jour où les Juifs posséderont leur propre pays en Terre Sainte »..xi

À force de se faire dire qu'ils sont égaux en droit, ce dont les assure leur constitution, les Américains ont acquis la conviction qu'ils sont égaux en fait, ce qui ne les empêche pas de très bien s'accommoder de l'inégalité liée à l'argent. C'est que l'argent, tel qu'il leur est présenté, n'est pas une inégalité de naissance, inscrite dans la nature, tel le génie et la beauté, mais le fruit du mérite personnel. Le produit intellectuel le plus typiquement américain fut sans doute la psychologie béhavioriste, laquelle postule qu'à sa naissance l'être humain est une table rase, que tout en elle se construit par la suite par voie de conditionnement. Si admirables que soient les efforts que certains d'entre eux font pour la protéger, les Américains détestent la nature, parce qu'ils y voient, consciemment ou non, la cause des inégalités auxquelles ils ont cru échapper à jamais en fuyant l'Europe pour la terre promise d'outre Atlantique.

Si tant d'américains se reconnaissent en Ayn Rand, s'ils estiment qu'elle trouve les mots pour les dire tels qu'ils se voient, ne serait-ce pas parce qu'elle voit un ennemi aussi bien dans la nature que dans le prochain, l'autre, lequel ne peut être pour elle, dans sa course rationnelle vers l'argent, qu'un rival ou un esclave. L'univers et l'homme ne sont que des moyens. Le fait que le philosophe Emmanuel Kant soit le philosophe qu'Ayn Rand déteste le plus devient hautement significatif puisqu'on peut dire de Kant qu'il associe l'ordre de l'univers à l'ordre moral conduisant au respect de l'autre. « Le ciel étoilé au-dessus de ma tête la loi morale dans mon coeur ».

Nous quitterons Ayn Rand sur ce commentaire de Nicole Morgan qui la résume bien : « L'État fondateur du droit universel! Ayn Rand attaque ce fondement parce que selon elle, les individus n'ont aucun droit, sinon celui d'être libre de produire. Kant parle d'un droit fondé sur un altruisme pur, dont il fait un sentiment moral universel, sentiment qu'elle rejette absolument : ''et quant à la version kantienne de la moralité, explique-t-elle, elle est appropriée pour le genre de zombies qui habiteraient un univers kantien : un univers d'altruisme abject. Pour Kant, une action n'est morale que si elle n'est pas désirée, mais accomplie par devoir pour le devoir, sans bénéfice d'aucune sorte, matériel ou spirituel. Un bénéfice détruirait la valeur morale de l'action.'' xiiC'est une hérésie pour Rand qui déclara donc que Kant était ''l'homme le plus maléfique de l'histoire de l'humanité'' ».xiii

iNicole Morgan, La haine froide, à quoi pense la droite américaine?, Seuil, Paris, 2012.

iiIbid. p.54

iiiIbid. p.54

ivIbid. p.57

vIbid. p. 14

viIbid. p.39

viiIbid. p.179

viiiIbid. p.180

ixIbid. p.52

xIbid, p.53

xiIbid. p.200

xiiIbid p.61

xiiiIbid. p.61

 

 

À lire également du même auteur

Éblouir pour régner
Où l'on voit comment, fort de ses connaissances en optique, Descartes propose au roi d

Le Chant du cygne, mourir avec dignité
En avril 1990, L'Agora organisait, en collaboration avec l'Ordre des Infirmi&egrav

Sainte-Élisabeth
Au coeur de l’histoire de ce village, un couvent des Soeurs de la Providence devenu un monumen

Marcher, une philosophie
Depuis des années, je recommandais en vain la marche à un ami de tempérament d&

Réflexions sur la liberté d'expression
Toutes ces libertés, tous ces interdits qui allaient de soi et que le nouveau surmoi collecti

Pandémie et santé mentale
L’école de la vie, la philosophie comme mode de vie, la logothérapie. Contenu de

La culpabilité de l’Occident ou la recherche de la vie perdue
Voici la première partie d’un diptyque. L’autocritique actuelle des Occidentaux y est comparée

Noël ou le déconfinement de l'âme
Que Noël, fête de la naissance du Christ, Dieu incarné, Verbe fait chair, soit aus