Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Tout journal n'est qu'un tissu d'horreurs

Charles-Pierre Baudelaire
« Il est impossible de parcourir une gazette quelconque, de n'importe quel jour, ou quel mois, ou quelle année, sans y trouver, à chaque ligne, les signes de la perversité humaine la plus épouvantable, en même temps que les vanteries les plus surprenantes de probité, de bonté, de charité, et les affirmations les plus effrontées relatives au progrès et à la civilisation.
Tout journal, de la première ligne à la dernière, n'est qu'un tissu d'horreurs. Guerres, crimes, vols, impudicités, tortures, crimes des princes, crimes des nations, crimes des particuliers, une ivresse d'atrocité universelle.
Et c'est de ce dégoûtant apéritif que l'homme civilisé accompagne son repas de chaque matin. Tout, en ce monde, sue le crime: le journal, la muraille, le visage de l'homme.
Je ne comprends pas qu'une main pure puisse toucher un journal sans une convulsion de dégoût. »

À lire également du même auteur

Assommons les pauvres !
Voici la description que propose de cette oeuvre Alain Garrigou, professeur de science politique &ag

Vers pour le portrait de M. Honoré Daumier
« Ces stances ont été faites pour un portrait de M. Daumier, gravé d’après le remarquable

Qu'est-ce que le romantisme?
Passage extrait des Curiosités esthétiques.

Mon coeur mis à nu
Oeuvre dense et provocante où Baudelaire témoigne de ses admirations (pour le poète, le prêtre,