• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Jeux olympiques

    Différences entre les jeux olympiques et le mouvement olympique

    Leroy Walker
    Question - La philosophie du baron Pierre de Coubertin, le fondateur des premiers Jeux olympiques de l'ère moderne, en 1896, incarnait les valeurs de son temps. Aujourd'hui, alors que les Jeux de 1996 se profilent à l'horizon, nous sommes à l'aube du vingt et unième siècle. Le mouvement olympique est-il toujours d'actualité et quelle est la place des États-Unis dans tout cela?

    M. Walker - Le mouvement olympique est sans aucun doute d'actualité dans le monde entier. Pensez-donc, il y a près de deux cents pays qui vont participer aux Jeux. Il y a cent ans, ils n'étaient que treize à y prendre part, ce qui correspondait à peu près à trois cents athlètes, alors qu'on en comptera dix mille à Atlanta. La leçon que l'on doit en tirer avant tout, c'est qu'en dépit des différences culturelles et linguistiques, il n'y a aucune raison de considérer la discorde générale comme inévitable.

    Il est cependant important d'établir une distinction entre le mouvement olympique et les Jeux olympiques. Lorsque Pierre de Coubertin a eu l'idée des Jeux, dans la foulée de la guerre franco-prussienne et pendant l'affaire Dreyfus, alors que la France lui paraissait terriblement meurtrie et plongée dans la décadence, il cherchait le moyen de pousser les peuples, et en particulier ses compatriotes, à fraterniser. L'important, il en était convaincu, n'était pas de gagner; c'était de participer. C'était l'essence même des sports, tels qu'il les concevait. Le général Douglas MacArthur tint des propos analogues bien des années plus tard: c'est dans le terrain des rivalités amicales qu'il faut semer les graines qui, plus tard, en d'autre lieux, porteront les fruits de la victoire, disait-il.

    Malheureusement, la commercialisation commence à toucher les Jeux. La couronne de lauriers et l'honneur d'allumer la flamme olympique comptent moins maintenant que les médailles d'or et les milliers de dollars que peuvent gagner les athlètes en faisant de la publicité. Même si on ne retourne pas au temps de la couronne de laurier, ce n'est pas une raison pour se laisser dominer par l'appétit du gain. Entre ces deux extrêmes, nous devons essayer de retrouver certaines des valeurs premières du mouvement olympique.

    Question - Pouvez-vous approfondir encore la question de la différence entre le mouvement et les Jeux olympiques?

    Réponse - D'un côté, il y a la fièvre des Jeux - vingt-six disciplines dans vingt-huit sites, une manifestation sportive qui se chiffre à des milliards et des milliards de dollars. De l'autre, il y a les cinq caractéristiques fondamentales du mouvement: l'idéal, la concentration, la persistance, la discipline et la détermination. Ces valeurs s'expriment non seulement pendant les «seize jours de gloire», mais aussi pendant les olympiades, de sorte qu'elles façonnent le style de vie des jeunes athlètes. Le mouvement olympique englobe des stages d'entraînement et de perfectionnement, la création d'emplois et des programmes en faveur des moins expérimentés. Ce sont des valeurs dont il faut encourager le développement à long terme, en tirant parti des multiples occasions d'enseigner qui se présentent dans les gymnases aussi souvent, si ce n'est plus, que dans les salles de classe. Il faut faire comprendre aux jeunes que le succès est un voyage, et non pas une destination. Je ne pense pas qu'on ait perdu cela de vue, mais le public n'en entend pas beaucoup parler. La vérité, c'est que les Jeux olympiques révèlent ce qui a été appris dans le cadre du mouvement olympique. Ce n'est pas quelque chose qu'on apprend pendant les Jeux : à ce moment-là, on se contente de montrer ce qu'on sait.

    Source

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Leroy Walker
    M. Leroy Walker, qui a grandi à Harlem, le quartier afro-américain de New-York, était, au moment de la publication de cet article (1996), président du Comité olympique des États-Unis (USOC). Le passage qui suit est extrait d'un entretien avec M. William Peters, dans lequel M. Leroy évoque les expériences qu'il a vécues et parle de l'attachement et des contributions des États-Unis à l'esprit olympique.
    Mots-clés
    Pierre de Coubertin, sport, idéal, fraternité, relations internationales, commercialisation
    Documents associés
    Jean-Jacques Barthélemy
    Les Jeux de l'Antiquité racontés par un voyageur fictif, description des lieux, des temples d'Olympie, Phidias, les athlètes célèbres, Théagène, Milon de Crotone, Polydamus, description des disciplines sportives, corruption et décadence des moeurs
    Stéphane Stapinsky
    Anonyme
    Exploits des athlètes, paix
    George Grote
    Fêtes sportives et religieuses, Grèce antique, sport, cité
    Stéphane Stapinsky
    Judith Swalding
    Jeux panhelléniques, sexisme
    Programme des Nations Unies pour l'environnement
    environnement, développement durable, nature, respect de la nature, civilisation grecque

    2%
    Dons reçus (2018-2019):609$
    Objectif (2018-2019): 20 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.