Dernières modifications

    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Racine Jean

    Pour jamais

    Jean Racine

    Antiochus fait ses adieux à Bérénice, qui lui préfère Titus, lequel fait passer la gloire avant l'amour.

    Antiochus

    Que vous dirais-je enfin? Je fuis des yeus distraits,
    Qui me voyant toujours ne me voyaient jamais.
    Adieu. Je vais le coeur trop plein de votre image
    Attendre en vous aimant la mort pour mon partage.
    Surtout ne craignez point qu'une aveugle douleur
    Remplisse l'univers du bruit de mon malheur:
    Madame, le seul bruit d'une mort que j'implore
    Vous fera souvenir que je vivais encore.
    Adieu
    [...]
    Je la verrai gémir; je la plaindrai moi-même.
    Pour fruit de tant d'amour, j'aurai le triste emploi
    De recueillir des larmes qui ne sont pas pour moi.

    Titus
    Mon coeur se gardait bien d'aller dans l'avenir
    Chercher ce qui pourrait un jour nous désunir.
    [...]
    Les obstacles semblaient renouveler ma flamme,
    Tout l'empire parlait: mais la gloire, madame,
    Ne s'était point encore fait entendre à mon coeur
    Du ton dont elle parle au coeur d'un empereur.
    [...]
    Mais il ne s'agit plus de vivre, il faut régner.

    Bérénice
    Hé bien! régnez, cruel; contentez votre gloire:
    Je ne dispute plus. J'attendais, pour vous croire,
    Que cette même bouche, après mille serments
    D'un amour qui devait unir tous nos moments,

    Cette bouche, à mes yeux s'avouant infidèle,
    M'ordonnât elle-même une absence éternelle.
    Moi-même, j'ai voulu vous entendre en ce lieu.
    Je n'écoute plus rien, et pour jamais adieu.
    Pour jamais! Ah! Seigneur, songez-vous en vous-même
    Combien ce mot cru est affreux quand on aime?

    Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
    Seigneur, que tant de mers me séparent de vous?
    Que le jour recommence et que le jour finisse

    Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice,
    Sans que de tout le jour je puisse voir Titus?
    Mais quelle est mon erreur, et que de soins perdus!

    L'ingrat, de mon départ consolé par avance,
    Daignera-t-il compter les jours de mon absence?
    Ces jours, si longs pour moi, lui sembleront trop courts

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Jean Racine
    Mots-clés
    Amour, séparation, rupture
    Extrait
    Pour jamais! Ah! Seigneur, songez-vous en vous-même Combien ce mot cru est affreux quand on aime? Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous...
    Documents associés
    Charles-Augustin Sainte-Beuve


    Dons reçus (2019-2020):6100$
    Objectif: 25 000$


    Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




    TEST C