Dernières modifications

    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Jardin

    Merveilles des jardins abbassides

    Contes des Mille et Une Nuits
    Reproduit de: Le livre des Mille Nuits… Traduction de J.-C. Mardrus. Paris, 1900, tome II, p. 247-248
    Ali-Nour avait vu à Bassorah de bien beaux jardins, mais il n’en avait jamais même rêvé de semblable à celui-ci. La grande porte était formée d’arcades superposées, du plus bel effet, et couverte de vignes grimpantes qui laissaient pendre lourdement de magnifiques grappes, les unes rouges comme des pierres de rubis, les autres noires comme l’ébène. L’allée où ils pénétrèrent était ombragée d’arbres fruitiers, qui pliaient sous le poids de leurs fruits mûrs. Sur les branches, les oiseaux gazouillaient dans leur langue des motifs aériens. Le rossignol modulait ses airs; le tourtereau roucoulait sa plainte d’amour; le merle sifflait de son sifflet humain; le pigeon à collier répondait, comme enivré de liqueurs fortes. Là, chaque arbre fruitier était représenté par ses deux meilleures essences; il y avait des abricotiers avec des fruits à amande douce et des fruits à amande amère; il y avait même des abricotiers du Khorassan; des pruniers aux fruits couleur des lèvres belles; des mirabelles douces à enchanter; des figues rouges, des figues blanches et des figues vertes, d’un aspect admirable. Quant aux fleurs, elles étaient comme les perles et le corail; les roses étaient plus belles que les joues des plus belles; les violettes étaient sombres comme la flamme du soufre brûlé; il y avait les blanches fleurs du myrte; il y avait des giroflées et des violiers, des lavandes et des anémones. Toutes leurs corolles se diadémaient des larmes des nuées; et les camomilles souriaient de toutes leurs dents au narcisse; et le narcisse regardait la rose avec des yeux profonds et noirs; le cédrat arrondi était comme la coupe sans anse ni goulot; les limons pendaient comme des boules d’or. Toute la terre était tapissée de fleurs aux couleurs par milliers, car le printemps était roi et dominait tout le bocage; car les fleuves féconds s’enflaient et les sources tintaient, et l’oiseau parlait et s’écoutait; car la brise chantait comme une flûte, le zéphyr lui répondait avec douceur, et l’air résonnait de toute la joie!
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Contes des Mille et Une Nuits
    Mots-clés
    Arabe, civilisation, nature
    Documents associés
    Michèle Drissen
    Quelques observations tirées du quotidien de vie jardinière
    Élisabeth Gauthier
    Le jardin et l'école
    Anna de Noailles
    Poire, salade, germination, haricot, tomate, soleil
    Michèle Drissen
    Jardin, art paysager, Irak, Babylone, Mésopotamie, Antiquité
    Julien Vallières
    Jardin, présence, cueillette
    Léon Bloy
    Antoine Ouellette
    Histoire du jardin, oiseau, chants d'oiseaux, chant grégorien, Messiaen, Ravel, Couperin
    Michèle Drissen
    Les jardins privés, dits d'agrément, ont eu aussi, leur histoire.
    Henri Grappin
    Le Nôtre, Jean-Jacques Rousseau, Ermenonville, Fénelon, Bossuet, Delille, jardins antiques, jardins anglais
    Georges Duhamel


    Dons reçus (2019-2020):6100$
    Objectif: 25 000$


    Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




    TEST C