• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Travail

    Éloge de la sinécure

    Jacques Dufresne

    Comment éviter la contre productivité dans les efforts faits pour accroître la productivité?

    La SAQ (Société des alcools du Québec)  pourrait devenir plus productive. C’est la principale raison pour laquelle la commission Robillard recommande de privatiser partiellement cette vénérable institution publique. Les mêmes arguments pourront servir demain à la privatisation d’Hydro Québec.


    Le profit des entreprises a acquis une telle importance par rapport à l’épanouissement du travailleur, en concurrence avec les robots, que deux siècles de progrès social risquent d’être annulés.

    Cette lettre compte déjà quatre articles qui font apparaître les dangers de la pression excessive exercée sur les travailleurs. À la lumière de ces articles, un éloge de la sinécure me semble s’imposer.


    Le mot est d’origine ecclésiastique : «Titre, dignité qui n'engage pas à une fonction pastorale particulière; Synonyme : emploi de tout repos. Un tel emploi n’existe pratiquement plus. Une sinécure désormais c’est un 9 à 5 honnête.


    Dans bien des entreprises on brûle les jeunes travailleurs sans se soucier du coût qu’ils représenteront à partir de 40 ans pour l’entreprise elle-même, pour l’économie et pour la société. Ces excès qui ont lieu le plus souvent dans le secteur privé provoquent du ressentiment à l’endroit de ceux qu’on appelle les privilégiés. Ces derniers appartiennent surtout au secteur public mais il en existe aussi dans le secteur privé.

    Il faut au contraire se réjouir de ce que la vie soit plus belle dans certaines entreprises que dans la moyenne. Le ressentiment est mauvais conseiller en politique. Sur un chiffre d’affaires de trois milliards, la SAQ remettait l’an dernier des profits de un milliard à l’État. Faut-il prendre le risque de laisser se dégrader la bonne vie des employés pour ajouter à ce milliard quelques millions qu’il faudra débourser de nouveau plus tard pour assurer la santé des travailleurs en cause?

    Les économies européennes se portent aussi bien, mieux dans certains cas que l’économie américaine. Les travailleurs ont pourtant deux ou trois fois moins de jours de congé aux États-Unis qu’en Europe!

     

     

     

    La règle d’or


    Le bon sens dicte la règle d’or dans ce domaine : ne jamais dépasser le point de contre productivité. L’effort demandé au travailleur devient contreproductif à partir du point où ce qu’il ajoute à l’économie dans l’immédiat est annulé par ce qu’il coûtera ensuite à la société sous forme d’épuisement et de maladie. Il faut avant tout éviter d’atteindre et de dépasser ce point, surtout dans un contexte comme celui d’aujourd’hui où l’on repousse l’âge de la retraite. Comment situer ce point? Cela exige une gestion caractérisée par l’esprit de finesse plutôt qu’un plan d’affaires ne tenant pas compte du facteur humain.

    S’éloigner de cette règle d’or équivaut à considérer les travailleurs comme des choses dont l’obsolescence est planifiée. Le procédé atteint le sommet de l’absurdité quand cette obsolescence planifiée pour l’être humain sert à fabriquer des machines dont l’obsolescence sera aussi planifiée. S’épuiser jusqu’à l’obésité pour produire un réfrigérateur qui tombera en panne dans moins de dix ans…
    Et comment mesurer l’importance des services que les bénéficiaires de sinécure rendent à la société dans leurs loisirs? Il y a une trentaine d’années, j’ai pu observer les petits violons du mouvement Vivaldi de Québec. Assez pour noter que le dynamisme de l’association était assuré par des fonctionnaires en situation de sinécure.

    Voulons-nous une société soutenue par une économie durable ou une économie qui vampirise la société pour accroître les profits dans l’immédiat?

    Dans les succursales de la SAQ, il y a de plus en plus d’employés qui connaissent bien les vins et peuvent donner d’excellents conseils au client dans le cadre d’une brève conversation qui ajoute un parfum d’humanité à la journée des interlocuteurs.
    Serait-il préférable que tout se fasse par ordinateur : telle viande, tel vin à tel prix Enter! Le précieux raffinement acquis par de simples employés avec le temps deviendrait ainsi inutile. C’est ainsi qu’une civilisation s’effondre.

    Date de création : 2015-09-02 | Date de modification : 2015-09-02
    Informations
    L'auteur

    Jacques Dufresne
    Mots-clés
    Travail, congé, productivité, travailleur, sinécure
    Extrait
    Le bon sens dicte la règle d’or dans ce domaine : ne jamais dépasser le point de contre productivité. L’effort demandé au travailleur devient contreproductif à partir du point où ce qu’il ajoute à l’économie dans l’immédiat est annulé par ce qu’il coûtera ensuite à la société sous forme d’épuisement et de maladie. Il faut avant tout éviter d’atteindre et de dépasser ce point, surtout dans un contexte comme celui d’aujourd’hui où l’on repousse l’âge de la retraite. Comment situer ce point? Cela exige une gestion caractérisée par l’esprit de finesse plutôt qu’un plan d’affaires ne tenant pas compte du facteur humain.
    Documents associés
    Charles Péguy
    ouvriers, dignité, perfection
    Paul Lafargue
    Bernard Lebleu
    Travail, urgence, stress, impermanence, Nicole Aubert, Zaki Laïdi
    Jacques Dufresne
    Andrée Mathieu
    Jacques Dufresne
    Le don et le commerce
    Bernard Lebleu
    Travail, urgence, culture, libéralisme, loisir
    Thomas More
    Les Utopiens et le travail. Les tâches également réparties. Tous les Utopiens même les syphogantes s'occupent à un métier.
    Jacques Dufresne
    temps, limite, productivité, droits des animaux, Québec rural et religieux, savoir-vivre

    25%
    Dons reçus (2017-2018): 6 170$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.