De la tristesse

Michel Montaigne
Certains philosophes, parmi eux Montaigne, se sont fait un devoir de ne laisser aucune emprise à la tristesse sur leur âme. À rapprocher de ce mot de Diderot à sa fille: «Il te faut faire de justice vertu, et du bonheur un devoir».
Je suis des plus exempts de cette passion, et ne l'aime ni l'estime, quoique le monde ait pris, comme à prix fait, de l'honorer de faveur particulière. Ils en habillent la sagesse, la vertu, la conscience: sot et monstrueux ornement. Les Italiens ont plus sortablement baptisé de son nom la malignité. Car c'est une qualité toujours nuisible, toujours folle, et, comme toujours, couarde et basse, les Stoiciens en défendent le sentiment à leurs sages.

Autres articles associés à ce dossier

L'acedia

Jacques Dufresne


Lettre à M. de Lamartine (extraits)

Alfred Musset

Humilité du poète qui dépose son spleen aux pieds du maître romantique.

L'acedia

Jacques Dufresne

Un mal d'hier qui aide l'homme d'aujourd'hui à mieux se connaître. Voir la Prière de Saint Ephrem.

Causerie

Charles-Pierre Baudelaire


À lire également du même auteur

Transparence
Qui possède la science des amis?

De l'usage des auteurs anciens
Montaigne justifie dans ce passage l'usage abondant qu'il fait des auteurs anciens. Imitation, péda

De l'instruction des enfants
A la demande de la comtesse de Gurnon qui sera bientôt mère, Montaigne développe ses vues sur l'i




Nos suggestions