Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Bombe radiologique («dirty bomb»): quelques hyperliens

Stéphane Stapinsky
Une bombe radiologique (ou bombe "sale", "dirty bomb") n'est pas une arme nucléaire à proprement parler. Elle est constituée d'un explosif conventionnel (dynamite, C-4) autour duquel ont été placés des déchets radioactifs que la déflagration disperse dans l'environnement.

Ce qu'est une "bombe radiologique"

Jean-Dominique Merchet, "Une arme polluante et radioactive", Libération, 11 juin 2002

Dirty Bomb Primer (The Washington Post)

David Whitehouse, Analysis: Making a Dirty Bomb (BBC News, 10 juin 2002)

Dirty Bombs: Response to a Threat. Federation of American Scientists Public Interest Report, vol. 55, no 2, mars-avril 2002

"Dirty Bombs" (Terrorism: Questions and Answers, Council on Foreign Relations)

Indepth Backgrounder: Dirty Bomb (CBC News Online, 10 juin 2002)

The Fear of Radiation (CBS News, 24 avril 2002)


Graphique

Les effets d'une bombe "sale" (Yahoo! France Actualités)


Documents sonores

Qu'est-ce qu'une bombe sale? Vous pouvez écouter à l'aide de Windows Media Player le reportage de Dominique Lapointe présentée dans le cadre de l'émission "Les Années Lumière" du 9 décembre 2001 (première chaîne de la radio française de Radio-Canada)

What Are Dirty Bombs? Vous pouvez écouter en Real Audio un entretien avec Michael Levi, directeur du Strategic Security Project de la Federation of American Scientists ("All Things Considered", National Public Radio, 10 juin 2002)

À lire également du même auteur

Le temps homogénéisé
Qu’en est-il du temps libre aujourd’hui? Alors que dans les années 1960 et 1970,

Une sous-famille au sein des « radicalités convergentes » : le postlibéralisme (Blue Labour-Red Tories)
Le mot conservateur reviendra souvent dans ce texte. Même dans une expression comme conservateur de

Hors du Réseau point de salut
Quand la lutte contre le terrorisme sert de prétexte pour  inculper les objecteurs de co