• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Sport

    Sport japonais du lointain passé et du proche avenir. Sport de coopération sans gagnants ni perdants.
    Le sport, vecteur de violence ou de cohésion... par college-des-bernardins


    Photo: Visipix.com

    Définition

    Définitions du sport
    > Le sport et le jeu
    Le sport appartient à la sphère du jeu dont Johann Huizinga et Roger Caillois ont déterminé les premiers la nature et fixé les catégories. En complète opposition avec la conception traditionnelle du jeu dans lequel les auteurs anciens ne voyaient qu'une forme dégradée de pratiques rituelles ou sacrées, ou d'activités imposées par les nécessités de la vie, Huizingua soutenait, qu'au contraire, la culture est issue du jeu, que le jeu stimule l'ingéniosité et la capacité des êtres humains à concevoir des règles pour encadrer leur existence, à délimiter un territoire où l'avidité primaire et la volonté de domination trouvent à s'exprimer sans détruire un ordre social précaire. Il définit le jeu comme une «une action fictive, sentie comme fictive et située en dehors de la vie courante, capable néanmoins d'absorber totalement le joueur; une action dénuée de tout intérêt matériel et de toute utilité... », définition qu'il complète en ajoutant que cette action s'accomplit dans le respect librement consenti de règles impérieuses et indiscutables, qu'elle est «pourvue d'une fin en soi ».

    Dans Les Jeux et les hommes, Caillois reprend en l'approfondissant la définition de Huizinga. Selon Caillois, le jeu est une activité: 1° libre, c'est-à-dire qu'elle cesse d'être un divertissement dès lors qu'elle est exercée sous la contrainte; 2° séparée, elle est exécutée dans un espace-temps circonscrit et distinct de la vie courante; 3° incertaine, dont le déroulement ne saurait être déterminé ni le résultat acquis par avance; 4° improductive, ne créant ni biens, ni richesse; 5° réglée, soumise à des conventions qui suspendent les lois ordinaires; 6° fictive, c'est-à-dire accompagnée d'un sentiment très net d'irréalité par rapport à la vie courante. Caillois se distingue de son prédécesseur par sa classification des jeux qu'il répartit en quatre catégories selon la prédominance de l'agôn (la compétition), l'alea (l'effet du hasard), la mimicry (le simulacre ou l'imitation) ou l'ilinx (la recherche du vertige). À ce premier découpage qu'il juge insuffisant, il propose une distribution verticale des jeux entre deux extrémités dont la première est la paidia, correspondant à l'exubérance primesautière et la turbulence des jeux de l'enfance, et le ludus, où transparaît la volonté de plier le tumulte de la paideia à des conventions arbitraires, à hausser volontairement le degré d'efforts et de complexité du jeu.

    Sport et jeux de hasard obéissent à une loi commune: «la création artificielle entre les joueurs des conditions d'égalité pure que la réalité refuse aux hommes ». Seul le mérite personnel dans un cas, le hasard dans l'autre, déterminent l'issue du jeu. Non seulement, le sport en tant que jeu, se déroule dans un espace-temps distinct de celui du travail ou de la vie quotidienne, mais il comporte des règles qui substituent à l'inégalité des conditions de la vie courante des «situations parfaites ». Ces règles pro-pres au sport appellent invariablement des infractions ; par la corruption, les joueurs s'évertuent à infléchir les règles en leur faveur. Le joueur qui refuse cette égalité pure du jeu, celle de la ligne de départ dans la course, transgresse la loi fondamentale du jeu.

    > Du tribal dans l'industriel
    Dans Analyse du sport, Bernard Jeu s'est livré à une «analyse plurielle» du sport. Le regard de l'anthropologue croise celui du sociologue, les vers de Pindare répondent aux propos de Xénophane et de Platon, le concept occidental du sport créateur de valeurs trouve son contraire dans la «non-valeur » des arts martiaux en Orient. Pour l'anthropologue, le sport est une «parenthèse tribale en plein cœur de l'industriel», survivance de rites anciens, représentation intériorisée et inconsciente d'une vaste «ordalie cosmogonique». La compétition sportive s'apparente aux rites de passages: la victoire est un triomphe sur la mort, la défaite est une « mort à soi-même», la ligne de symétrie du terrain de jeu rejoint la «ligne de partage entre monde des vivants et monde des morts». Elle est un «axe cosmique de sociabilité » où l'émotion est encore quasi religieuse. Historiquement, le sport est pris dans cette contradiction qui oppose Pindare à Platon : il est à la fois, ce «besoin héroïque du beau risque à courir» que chante le poète dans ses Olympiques, et, selon la vision utilitariste développée par le philosophe dans la République, un moyen dont dispose l'État pour éduquer et former les citoyens en vue de la guerre.

    En dernière analyse, pour Bernard Jeu, le sport est affaire d'« émotion et de passion», et c'est rabaisser la fonction essentielle du sport au sein de notre société que de critiquer l'usage rationnel des techniques en vue d'accroître les performances sportives. Il croit fermement à un «humanisme sportif»: l'humanisme, sans technique, ne serait que pur verbiage, et la technique, sans humanisme, une absurdité. «L'homme se fixe des buts, crée des techniques pour les atteindre, les transcende.»

    > Le sport et la violence
    À la lecture d'Elias (Sport et civilisation, Elias et Dunning), il paraît tout naturel que le sport moderne soit apparu dans cette Angleterre du XVIIIe siècle au moment où le parlementarisme s'imposait : « Le sport moderne, dit-il, repose sur l'égalité des chances entre joueurs, dont l'identité sociale, le temps de la compétition, est gommée. Ainsi autonomisé, il a créé des espaces qui lui sont propres, comme les stades, les gymnases, les vélodromes… De même, il obéit à des règles fixes dont l'objectif est de définir une pratique universelle, règlements qui sont établis par des spécialistes et qui visent à réduire la violence tout en développant une éthique de la loyauté entre participants.» Le sport réglementé, phénomène propre à la société des loisirs, permet d'atteindre une sorte de « tension-équilibre », où les pulsions violentes trouvent un exutoire tout en prévenant les blessures corporelles. Alors qu'Elias nie toute fonction rituelle ou festive au sport, Bernard Jeu estime pour sa part que le sport traite, sous une forme ritualisée, un des problèmes les plus sérieux auxquels l'homme fait face, celui de la signification de la violence.

    > Présence et actualité du corps
    Michel Bouet, dans Signification du sport, s'est intéressé au sport comme « présence et actualité du corps ». Le sport ouvre au corps humain « une vie pour soi où il s'éprouve en ses valeurs propres, libéré d'une œuvre ou d'un ouvrage à faire comme dans le travail et n'étant pas médiateur d'une expression comme dans la danse ». Outre cette absence de fonction médiatrice, « le geste sportif transcende le langage et le libère du dualisme né de la structure médiatrice du langage ». Bouet distingue le sport, « qui implique que le corps ne soit pas le simple support de l'action, mais qu'il soit au cœur même de l'action», des jeux d'adresse tels que le billard ou les échecs, qui ne requièrent pas cette « plénitude motrice » propre au sport.

    BERNARD LEBLEU, «Définitions du sport», L'Agora, vol 10 no 4, automne 2004




    *******




    Le sport dans l'ancienne France

    «Le mot sport lui-même n'est pas un emprunt fait à nos voisins, mais une reprise exercée sur eux. Il leur venait de France, comme la plupart des jeux qu'il désigne; c'est notre ancien mot desport, desporter. On disait chez nous, dès le treizième siècle:
    Pour déduire, pour desporter
    Et pour son corps reconforter,
    Porter faisait faucons.
    Les Anglais se servirent d'abord de notre mot tel qu'il était; leur grand poète du quatorzième siècle, Chaucer, parle d'un jeune homme qui allait, «pour son desport, jouer aux champs.» Au seizième siècle, Rabelais employait de même notre vieux mot dans son sens sportif: «Se desportaient... ès prés et jouaient à la balle, à la paume.» Mais le terme s'appliquait, dans les deux pays, à tout amusement quelconque: jeux de paroles comme jeux d'exercice, et l'identité était si complète qu'il avait, au figuré aussi, le même sens au nord et au midi de la Manche. On disait en français «prendre en desport», comme on disait et comme on dit, encore aujourd'hui, en anglais «take in sport», prendre en plaisanterie.

    A la Renaissance, les exercices physiques étaient pratiqués en France avec un tel éclat et notre réputation séculaire si bien établie, que sir Thomas Elyot ne croyait pouvoir mieux faire, dans son traité anglais, dédié à Henri VIII, que de les désigner par un mot français: non pas desport, qui avait, à son gré, un sens trop général, mais ébattements. Cette expression, en effet, s'appliquait plus spécialement, en son sens propre, aux exercices physiques, comme on peut voir dans Des Champs, Froissart et bien d'autres. Froissart appelle les joutes «des ébattements grands et raides». En adoptant à notre tour le mot sport, nous rendons à Elyot sa politesse; mais le mot, comme on voit, ne fait que revenir dans son pays natal, un peu changé seulement par les voyages et par l'absence.

    [...]

    Un raisonnement fort juste nous a ramenés aujourd'hui à la pratique des exercices physiques. Pas n'était besoin de raisonnement jadis: la nécessité les imposait. Aujourd'hui, comme autrefois, l'enfant naît fragile et entouré de dangers; mais les conditions de la vie ont changé et les dangers ne sont plus les mêmes: c'était jadis le danger d'être tué, c'est maintenant le danger d'échouer aux examens.

    En présence de ces périls, en notre pays, celui de tous où il existe, de pères à enfants, le plus de tendresse inquiète, les parents s'évertuent. Ils tâchent d'armer leur fils en l'amusant: d'où, jadis, les méthodes pour apprendre à l'enfant la guerre en l'amusant, et, aujourd'hui, les méthodes innombrables pour lui apprendre, en l'amusant, les rois de France, les départements et la grammaire.

    Le grand point, au temps passé, n'était pas d'être savant, mais d'être fort. On était sûr d'avoir à défendre sa vie; on vivait, suivant les rangs, l'épée au côté ou le bâton au poing; ceux qu'entraînaient des goûts différents, amour de la méditation, de la prière ou de l'étude, se faisaient moines, et c'était encore un moyen de défendre sa vie. Il fallait vivre cuirassé: les nobles étaient cuirassés de fer, les villages étaient cuirassés de murailles, les pensifs s'abritaient derrière les murs de leur couvent, où parfois, du reste, le danger, l'aventure, la force brutale, venaient jeter le trouble, et rappeler aux habitants, qui n'avaient pas voulu être du monde, qu'ils vivaient dans un siècle de fer. La plupart des lettrés étaient au cloître, et ceux qui n'y étaient pas portaient l'épée comme tout le monde. Taillefer chantait la chanson de Roland en avant de l'armée qui conquit l'Angleterre; au quatorzième siècle, notre principal poète et le plus grand poète anglais, Eustache Des Champs et Geoffrey Chaucer, firent tous deux campagne sous la bannière de leur pays et furent tous deux prisonniers en camps opposés.

    Il fallait être en mesure de défendre sa vie. L'inconnu, que nous allons maintenant chercher au centre de l'Afrique ou aux sources du Mékong, commençait à la porte de la maison paternelle; peu de renseignements, pas de cartes, d'innombrables frontières d'États, baronnies, comtés, marquisats ou républiques; on se risquait au hasard des bonnes ou des mauvaises rencontres, du bon ou mauvais vouloir du voisin, sans savoir d'avance si l'on trouverait la paix ou la guerre. Pétrarque partait de Padoue pour Avignon, le 10 janvier 1362, trouvait à mi-route le pays en guerre et était obligé de rentrer chez lui en mai, sans avoir pu réussir à passer les monts. Le moine quittant le cloître, l'évêque quittant son palais pour un voyage, étaient eux-mêmes autorisés à s'armer. Les chances de fâcheuse aventure étaient trop nombreuses. On ne pouvait vivre sans défense et, même pour un religieux, il était bon de savoir quelque peu manier l'épée. L'homme, quel qu'il fût, devait se mettre, comme les villages, à l'abri d'un coup de main.»

    JEAN-JULES JUSSERAND, Le sport et les jeux d'exercices dans l'ancienne France, Plon, 1901

    Article de l'encyclopédie Wikipedia (angl.)

    Enjeux

    Mondialisation: uniformisation ou synthèse?
    «Aux Jeux d'Athènes l'Orient (Chine, Japon, Inde, Corée…) s'est rapproché de l'Occident pour ce qui est du nombre de médailles, dans des disciplines apparues en Occident pour la plupart. L'égalité sera peut-être atteinte au prochains Jeux à Pékin. Faut-il en conclure que, dans les sports, la mondialisation est accomplie? Cela signifie-t-il qu'il faille renoncer à la synthèse de deux grandes traditions, orientale et occidentale?

    En Orient c'est la métaphore de la plante qui illustre le mieux le rapport de l'âme et du corps : c'est dans la position du lotus, immobile, à l'abri de l'agitation que l'âme s'efforce de l'intérieur de maîtriser le corps; maîtrise signifiant ici concentration dans un silence favorable à la méditation et à la contemplation. Certes il y a du mouvement dans les arts martiaux, un mouvement précis, vif tranchant, mais il ressemble plus à celui des branches d'un arbre dans le vent qu'à celui d'un animal qui se déplace : le combattant est enraciné dans le sol comme le tronc de l'arbre.

    En Occident, c'est l'animal, toujours en mouvement, qui domine dans le composé humain; c'est un corps en mouvement que l'âme doit apprendre à maîtriser, d'où l'idéal grec d'une perfection atteinte lorsque l'âme illumine de l'intérieur les mouvements efficaces du corps. Au sommet de l'une et l'autre tradition la même unité est atteinte. Il suffit d'un peu d'imagination pour comprendre que les deux traditions auraient intérêt à continuer de s'enrichir l'une l'autre et pour voir comment elles pourraient le faire. Cette union est-elle désormais impossible?

    Est-ce le scénario le plus sombre qui se réalisera? En Orient, notait Ludwig Klages au début du XXe siècle, l'esprit à désomatisé l'âme, en Orient il a désanimé le corps. Le mot esprit désigne ici une intelligence humaine coupée de la vie qui s'est manifestée au cours de l'histoire tantôt par une ascèse qui n'était que mépris pour le corps, tantôt par des sciences et des techniques qui réduisent le corps à une machine. La mondialisation, telle qu'elle se dessine, n'est pas la synthèse de deux grandes traditions, mais l'uniformisation de l'une et l'autre par une même science dont l'universalité est purement formelle.»

    JACQUES DUFRESNE, in Le sport durable, L'Agora, automne 2004



    *******



    La notion de record dans le sport

    «La notion de record, née dans le sport, n’allait pas manquer de gagner également du terrain dans la vie des affaires. Record, dans l’acception actuelle courante, signifiait à l’origine, pour user d’une métaphore hollandaise, la marque que le premier patineur arrivé à l’auberge gravait sur la solive. La statistique comparée du commerce et de la production introduisit tout naturellement cet élément du sport dans la vie économique et technique. Partout où la production industrielle prenait un caractère sportif, l’aspiration au record se donnait carrière : le plus gros tonnage d’un paquebot, le ruban bleu pour le plus court trajet maritime. Ici un élément purement ludique a mis les raisons d’utilité tout à fait à l’arrière-plan : le sérieux devient jeu. Une grosse entreprise introduit consciemment le facteur sportif dans son propre cercle, pour exalter sa production. Ainsi le processus s’inverse déjà : le jeu redevient sérieux.»

    JOHAN HUIZINGA, Homo Ludens, Paris, Gallimard, 1951

    Essentiel

    Le sport est souvent synonyme de compétition. Il en a toujours été ainsi: à l'époque, les Grecs luttaient pour déterminer lequel d'entre eux était le meilleur. Ce qui a changé, peut-être, c'est la manière dont on considère cette identification du sport à une lutte pour la meilleure place. À notre époque démocratique, on voudrait que le sport signifie autre chose pour nos jeunes (et tous ceux qui s'y adonnent) que la performance ou un terrain où s'exercer à la bataille de la vie. On aimerait que la pratique régulière puisse contribuer à inculquer des principes, une éthique voire une discipline, une formation à l'action généreuse et altruiste, qui relèvent plutôt d'un art que du sport.

    Documentation

    Citations sur le sport

    JEAN-JULES JUSSERAND
    Le sport est aussi vieux que le péché originel
    «Les jeux sont aussi vieux que les peines, et c'est pourquoi le sage Delamarre, conseiller commissaire du roi Louis XIV au Châtelet de Paris, esprit méthodique et ennemi des à peu près, avait-il reconnu et précisé que le moment exact où les jeux d'exercice commencèrent en ce monde fut celui où Adam et Ève franchirent le seuil du Paradis terrestre. C'était permettre à plus d'un peuple d'en revendiquer l'invention. «L'homme dans l'état d'innocence, écrit-il en son Traité de la Police, aurait joui d'une tranquillité parfaite et d'une joie que rien n'aurait pu troubler... Agissant toujours sans peine et sans contention, la lassitude, l'abattement et le dégoût lui auraient été inconnus. Il n'en a pas été de même depuis sa chute; il doit travailler... et il est exposé à une infinité de fatigues qui épuisent ses esprits, qui dissipent ses forces et qui le conduiraient en peu de temps au tombeau, s'il ne lui était encore resté quelques moyens pour les réparer.» Parmi ces moyens figurent les jeux, qui se divisent en jeux de paroles et jeux d'exercice ou jeux d'action. Les jeux de paroles sont, par exemple, «les railleries spirituelles et tout ce qui se dit dans la conversation pour délasser l'esprit et le divertir.» C'est là un genre d'amusement qui n'est pas près de disparaître parmi nous et sur l'avenir duquel il n'y a lieu d'éprouver aucune inquiétude. Les autres jeux furent, dès le début, «la course, les sauts, la lutte, les bains, la chasse, l'exercice à qui jetterait plus loin la pierre... La danse et la musique y furent ensuite ajoutées.» (Le sport et les jeux d'exercice dans l'ancienne France)

    THIERRY MAULNIER
    Le corps est un instrument
    «Le sport véritable (...) propose à l'homme d'appliquer à son corps, pour le tendre vers sa limite et en quelque sorte pour le dépasser, tout ce qu'il possède d'énergie spirituelle. Le corps pour le sportif n'est pas le but mais l'instrument.» (Sport et culture)

     

    NORBERT ELIAS
    «Le sport exerce une aussi forte fascination parce que la société devient de plus en plus ennuyeuse.»

    *******




    Documentation

    Livres

    Ouvrages généraux

    Caillois, Roger (dir.). Jeux et sports, Encyclopédie de La Pléiade, Paris, Gallimard, 1967, 1826 p.
    Dunning, Eric et Elias, Norbert. Sport et civilisation : la violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994, 392 p.
    Bouet, Michel. La signification du sport, Paris, l'Harmattan, 1995, 667 p. Fiche du livre sur le site de l'éditeur (on peut lire la 4e de couverture)
    Cashmore, Ernest. Making sense of sports, London, New York, 1996, 296 p.

    Philosophie du sport

    Hyland, D. A. Philosophy of Sport, Maryland. University Press of America, 1994
    Dixon, Sheryle Bergmann Drewe. Socrates, Sport, and Students : A Philosophical Inquiry into Physical Education and Sport, University Press of America, 2001, 206 p. Présentation sur le site de l'éditeur
    Loland, S. A Theory of Fair Play. Ethics in Sports. Londres, E F Spon, 2000
    Kretchmar, R. S. Practical Philosophy of Sport, Illinois, Human Kinetics, 1994
    Redeker, Robert. Le sport ou la revanche de l’eugénisme. Conférence donnée au colloque "Sport, religion et laïcité", à Paris, le 1er octobre 2005.

    Histoire du sport

    Mandell, Richard D. Sport : A Cultural History, New York, Columbia University Press, 1984 - texte intégral en mode image sur le site iUniverse.com
    Pivato, Stefano. Les enjeux du sport, Casterman-Giunti, collection XXe siècle, 1994, 158 p. Compte rendu : Jean-François Martini, "Les enjeux du sport", Bulletin de liaison des professeurs d'histoire-géographie de l'Académie de Reims, n°23, 2001 (Dispositif académique TICE, Académie de Reims)
    Massicotte, Jean-Paul, et Claude Lessard. Histoire du sport de l'Antiquité au XIXe siècle, Québec, Presses de l'Université du Québec, 1984
    Vigarello, Georges. Une histoire culturelle du sport : techniques d'hier et d'aujourd'hui, Paris, Laffont, 1988
    Arnaud, Pierre (dir.), Une histoire du sport (XIXe-XXe), Paris, La Documentation française, 1995
    Defrance, Jacques, L'excellence corporelle. La formation des activités physiques et sportives modernes, 1770-1914, Rennes-Paris, Presses universitaires de Rennes, 1987
    Hubscher, Ronald (dir.). L'histoire en mouvement. Le sport dans la société française, XIXe-XXe siècles, Paris, Armand Colin, 1992
    Guay, Donald. Introduction à l'histoire des sports au Québec, Montréal, VLB Éditeur & Donald Guay, 1987
    Howell, Colin D., Blood, Sweat, and Cheers. Sport and the Making of Modern Canada, Toronto, University of Toronto Press, coll. « Themes in Canadian Social History », 2001, 161 p. Recension par Christian Poirier, Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 56, no 1, été 2002

    Darbon, Sébastien, Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon. De l'histoire événementielle à l'anthropologie, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008. Texte intégral disponible en ligne sur le site OpenEdition Books.

    Sociologie du sport

    Defrance, Jacques. Sociologie du sport, Paris, La Découverte, 1995
    Haumont, Antoine, Levet, Jean-Louis, Thomas, Raymond. Sociologie du sport, Paris, PUF, 1987, 222 p.
    Jamet, Michel. Le sport dans la société, entre raison(s) et passion(s), Paris, l'Harmattan, 1991, 223 p.
    Leconte, Bernard et Vigarello, George (dir.). Le spectacle du sport, Paris, Seuil, 1998, 215 p.
    Duret, Pascal. L'héroïsme sportif, Paris, PUF, 1993, 136 p.
    Ehrenberg, Alain. Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991
    Caillat, Michel. Sport et civilisation : histoire et critique d'un phénomène social de masse, Paris, l'Harmattan, 1996, 120 p.
    Parlebas. Pierre. Éléments de sociologie du sport, Paris, PUF, 1986, 278 p.
    Faure, J-M, Sport, cultures et classes sociales, thèse d'État, Nantes, 1987
    Liézard, Y. Sport et dynamiques sociales, Paris, Actio, 1989
    Panem et sportenses ? : sport et société. Dossier établi par Jacques Lemaire. Bruxelles, 1989
    Pociello, Christian et al., Sports et sociétés. Approche socioculturelle des pratiques, Paris, Vigot, 1981
    Brohm, Jean-Marie. Sociologie politique du sport, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1992, 399 p.
    Pociello, Christian. Les cultures sportives : pratiques, représentations et mythes sportifs, Paris, PUF, 1995, 287 p.
    Risse, Heinz. Sociologie du sport, Rennes, Presses de l'Université Rennes 2, 1991, 108 p.
    Sport, relations sociales et action collective. Actes du colloque des 14 et 15 octobre 1993 à Bordeaux, Talence, Édition de la maison des sciences de l'homme d'Aquitaine, 1995, 780 p.
    Brohm, Jean-Marie. Les meutes sportives : critique de la domination, Paris, l'Harmattan, 1993, 575 p.
    Charton François. Les dieux du sport, le sportif et son imaginaire, Paris, Desclée de Brouwer, 1998, 129 p.
    Bouet, Michel. Questions de sportologie, Paris, L'Harmattan, 1998, 238 p. Présentation sur le site de l'éditeur
    Leizman, Jon. Let's Kill 'Em : Understanding and Controlling Violence in Sports, University Press of America, 1999, 144 p. Présentation sur le site de l'éditeur.

    Sport et économie

    Simmonnot, P. Homo sportivus. Sport, capitalisme et religion, Paris, Gallimard, 1988
    Clément, Jean-Paul, Defrance, Jacques et Pociello, Christian. Sport et pouvoirs au XXe siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1994, 204 p.

    L'olympisme

    Voir le dossier Jeux olympiques

    Le sport et les femmes

    Arnaud, Pierre et Terret, Thierry. Histoire du sport féminin, Paris, L'Harmattan, 1996

    Sport et littérature

    Giraudoux, Jean. Le sport, Paris, Grasset, 1977 [1928]


    Articles

    Sport et philosophie

    Quelques communications présentées au «Twentieth World Congress of Philosophy», Boston, Massachusetts, É.-U., 10-15 août 1998 : Païdeia et sport, par Léo-Paul Bordeleau, Université d’Ottawa.
    The Record Dilemma, par Sigmund Loland, The Norweigan University for Sports and Physical Education.
    Sport, Education, and the Meaning of Victory, par Heather L. Reid, Morningside College.
    John Stuart Mill and the Ends of Sport, par David T. Schwartz, Randolph-Macon Woman's College.
    Sociologie du sport

    Lasch, Christopher. "The Corruption of Sports", The New York Review of Books, vol. 24, no 7, 28 avril 1977
    Sport passion (un intéressant dossier du Courrier de l'Unesco, avril 1999)
    Hassoux, Didier. Entrevue avec Pierre Parlebas, Pour une alteréducation du sport, Forum du sport, Libération, 25 août 2003.
    Marchal, Jean-Claude. Une pierre dans le jardin des idées reçues, L'année sociologique, no 2, 2002.
    Montesissa, Alberto. Les nouveaux sports sont individuels, émotionnels et surtout dans la rue, Allez savoir! Le magazine de l'Université de Lausanne, no 21, octobre 2001: «La ville, vaste aire de jeux».
    Laplante, Laurent. Les tristes coulisses de l'exploit, Dixit Laurent Laplante, 2 novembre 2000

    Sport et politique

    "Sport et politique". Dossier de Confluences Méditerranée, n°50, été 2004. Sommaire et résumés de quelques-uns des articles


    Sport et littérature

    Denis, Christian. "Le corps à travers le sport chez des écrivains français : Émile Zola, Jules Vallès, Jean Richepin, Aristide Bruant, Guy de Maupassant, Maurice Barrès, Tristan Bernard, Alfred Jarry, Marcel Aymé, Jean Giraudoux, Roger Vailland", in Le Corps, Rosny-sous-Bois, Bréal, 1992, p. 127-140
    Morlino, Bernard. "Que devez-vous au sport ?", Lire, juillet-août 2000 (les écrivains et le sport)
    "Mauriac et le sport". Extrait d'un article de John Flower : "Mauriac et le sport", Cahiers de Malagar, VII, Région aquitaine / PUB, 1993, p. 39-53. Reproduit dans Contact. Le journal de l'université Michel de Montaigne Bordeaux 3, no 154 ("Le sport et l'université"), avril 2003, p. 18-19 (format PDF)

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-07-27
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Difficultés
    Pierre Parlebas fait remarquer que la consécration de sports à l'échelle internationale a fait disparaître plusieurs sports à caractère régional, comme la galoche ou le jeu de barre.
    Antonymes
    art
    Allemand
    Sport
    Anglais
    sport
    Espagnol
    deporte
    Documents Associés
    Stéphane Stapinsky
    le Sénat français
    Pierre Coubertin
    Histoire du sport moderne, éducation physique, développement d'une pédagogie sportive, Jeux Olympiques, leur rétablissement
    José Ortega y Gasset
    Divertissement, arme, limite, chasse
    José Ortega y Gasset
    Alain
    Sport, esthétique de l'athlète, immortalité de l'athlète
    Pierre Coubertin
    Histoire du sport dans les Temps modernes, Jahn, Ling, Thomas Arnold, le sport conquiert les États-Unis et l'Europe continentale
    Jean-Jules Jusserand
    Pierre Coubertin
    Histoire du sport, Grèce antique, Antiquité, le sport dans l'antiquité, religion de l'athlétisme, le gymnase grec, éducation physique
    Stéphane Stapinsky
    Sport, corps, science, dualisme, corps-machine, corps-énergétique, corps-programmé
    Raccourcis
    Actualité sportive
    Yahoo ! France Sport
    BBC Sport
    Sport.de (en allem.)
    Afrique-sport.com

    Organismes internationaux
    Comité international olympique
    Fédérations internationales de sports
    Association des fédérations internationales olympiques d'été
    Association des fédérations internationales olympiques de sports d'hiver
    Association générale des fédérations internationales de sport
    Tribunal arbitral du sport (organisme international indépendant)

    Organisation politique

    Échelon international
    Union européenne - sports (Europa)

    Sites nationaux
    Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative (Fr.)
    Secrétariat au loisir et au sport (Qc)
    Office fédéral du sport (Suisse)
    UK Sport (R.-U.)

    Histoire du sport
    Chronologie (L'Enc. de L'Agora)
    L'histoire du sport (Encyclopédie Hachette)
    2500 ans d'histoire (site du projet "Routes des arènes et des stades en Europe et en Méditerranée")
    Le sport, de l’antiquité au XIXe siècle : élément constitutif d’un système de valeurs sociales et philosophiques et outil de communication (Faculté des sciences du sport et de l'éducation physique, Université de Lille 2)
    L'échappée sportive. Sport, gymnastique et éducation physique dans le nord, du moyen âge à 1945 (Académie de Lille)

    Jeux olympiques
    Voir le dossier qui leur est consacré

    Disciplines
    Sport olympiques (CIO)
    Sites en françcais sur un grand nombre de sports

    Sport et science
    Sport Science (Exploratorium)

    Recherche sur le sport (études multidisciplinaires)
    Centre international d'étude du sport (Neuchâtel, Suisse)

    Sciences du sport (Sport Science)
    Faculté des sciences du sport et de l'éducation physique (Université de Lille 2)
    Department of Exercice and Sport Science, Manchester Metropolitan University, R.-U.
    Gatorade Sports Science Institute
    Sport Science

    Médecine du sport
    Société française de médecine du sport
    National Sports Medicine Institute of the United Kingdom

    Sociologie du sport
    Centre for the Sociology of Sport (University of Leicester, R.-U.)
    Chester Centre for Research into Sport and Society (University College Chester, Chester, Cheshire, R.-U.)

    Psychologie du sport
    Société française de psychologie du sport

    Institutions éducatives
    United States Sports Academy

    Autres sites
    Infosport.org: site professionnel d'information des organisations sportives (Fr.)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.