Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Société civile

«Voici la définition la plus commmune de la société civile en science politique: "L'ensemble des rapports interindividuels, des structures familiales, sociales, économiques, culturelles, religieuses, qui se déploient dans une société donnée, en dehors du cadre et de l'intervention de l'État." (J-L. Quermonne) En somme, la société civile, c'est ce qui reste d'une société quand l'État se désengage complètement. En prônant le désengagement de l'État, on prônerait un renouveau ou une réactivation de la société civile: imaginons tout ce qui se vit, se pense, se crée et se contracte en dehors des officines gouvernementales, de l'armée, du parlement et des tribunaux. Évidemment, la société civile n'habite pas un lieu précis; elle s'attache plus aux rôles institutionnels qu'aux personnes. Un fonctionnaire entre dans la société civile sitôt qu'il quitte ses bureaux.

En réalité, la société civile et l'État s'entremêlent. Peu d'activités humaines échappent aux règlements ou aux subventions de l'État; les familles, par exemple, jouissent d'exemptions fiscales ou de garderies subventionnées. Néanmoins, même si elles sont parfois difficiles à discriminer, ces deux réalités gagnent à être distinguées. La société civile inclut généralement les individus, les familles, les associations, les organisations bénévoles, tout ce qu'on appelle les corps intermédiaires -intermédiaires entre l'État et l'individu- dans la mesure où ils n'émanent pas de l'État, comme l'Église. Beaucoup d'institutions, à l'origine nées de la société civile, ont été par la suite étatisées, telles les écoles et les collèges, après 1964.»

extrait de: La société civile, l'État subsidiaire et la responsabilité civique au Québec par Marc Chevrier


Plusieurs partisans du libéralisme économique aux États-Unis mettent l'économie de marché dans la société civile. D'autres préfèrent le placer hors d'elle:

    «Ceux qui défendent l'économie de marché font souvent valoir que le marché libre est le meilleur moyen de protéger le sol vital. Mais tout semble indiquer que cette vision des choses est erronée, si l'on en juge par une inévitable subordination de la sphère vitale à la tendance à investir dans tout ce qui peut rapporter de l'argent.» (Guy Giroux)

Essentiel

La solidarité, qui est l'une des caractéristiques d'une société civile vivante, suppose une inspiration. On ne parviendra jamais à l'établir ou la rétablir de façon authentique et durable uniquement avec les procédés des motivologues ou des planificateurs. Par opposion aux théories éthiques anglo-américaines, «l'éthique narrative de la sollicitude fait valoir l'importance de cultiver notre imagination morale, notre habileté à voir les autres de façon juste et bienveillante.» (Sheila Manson)

Articles


Le choix et la société civile québécoise

Gary Caldwell
Quand on parle de résilience sociale, c’est en général à la sociabilité traditionnelle que l’on pense. On espère voir resurgir des rapports sociaux anciens qui étaient plus chaleureux que ceux d’aujourd’hui, ou qu’

Le développement social et la société civile dans le Québec contemporain

Gary Caldwell
Le Québec a connu des changements sociaux majeurs au cours du dernier demi-siècle, comme de nombreuses autres petites sociétés qui, de façon analogue, ont connu une modernisation accélérée pendant une période relativement courte, le temps d'

Une grande oubliée

Marc Chevrier
Certes la société civile n'a pas de droits, comme une personne peut en avoir et l'on peut pour cette raison la considérer comme une abstraction. Il vaudrait mieux la considérer comme une réalité avec laquelle il faut savoir composer.

Dossiers connexes