• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Pline l'Ancien

    Homme de lettres, historien et militaire romain (23-79), son Histoire naturelle en 37 livres est une des principales sources de connaissance de l'Antiquité.

    * * *

    Buffon sur Pline l'Ancien
    «Pline a travaillé sur un plan bien plus vaste [qu'Aristote]. Il a voulu tout embrasser, et il semble avoir mesuré la nature, et l'avoir trouvée trop petite encore pour l'étendue de son esprit. Son Histoire naturelle comprend, indépendamment de l'histoire des animaux, des plantes et des minéraux, l'histoire du ciel et la terre, la médecine, le commerce, la navigation, l'histoire des arts libéraux et mécaniques, l'origine des usages, enfin toutes les sciences naturelles et tous les arts humains; et ce qu'il y a d'étonnant, c'est que dans chaque partie Pline est également grand. L'élévation des idées, la noblesse du style relèvent encore sa profonde érudition: non-seulement il savait tout ce qu'on pouvait savoir de son temps, mais il avait cette facilité de penser en grand, qui multiplie la science. Il avait cette finesse de réflexion de laquelle dépend l'élégance et le goût, et il communique à ses lecteurs une certaine liberté d'esprit, une hardiesse de pensée qui est le germe de la philosophie. Son ouvrage, tout aussi varié que la nature, la peint toujours en beau. C'est, si l'on veut, une compilation de tout ce qui a été écrit avant lui, une copie de tout ce qui avait été fait d'excellent et d'utile à savoir; mais cette copie a de si grands traits, cette compilation contient des choses rassemblées d'une manière si neuve, qu'elle est préférable à la plupart des livres originaux qui traitent de cette matière.»

    GEORGES-LOUIS LECLERC, COMTE DE BUFFON, Discours premier sur l'histoire naturelle.

    Biographie

    Biographie essentielle de Pline par Émile Littré, traducteur de l'Histoire naturelle
    «Caïus Plinius Secundus naquit sous le consulat de Caïus Asinius Pollion et Caïus Antistius Vetus, l'an de Rome 776, 23 de l'ère chrétienne. Il y a de l'incertitude sur le lieu de sa naissance, placée suivant les uns, à Vérone; suivant les autres, à Côme (Nuvocomum). Ce qui fait croire que Pline est de Vérone, c'est que des manuscrits portent en effet Plinius Veronensis, et que Pline lui-même, dans sa préface, appelle d'un mot militaire Catulle son pays (conterraneus); or Catulle était de Vérone. En faveur de Côme, on remarque qu'Eusèbe de Césarée, dans sa Chronique, joint au nom de Pline l'épithète de Novocomensis; mais Eusèbe et les écrivains postérieurs ont longtemps confondu Pline l'auteur de l'Histoire naturelle et Pline le Jeune, son neveu, l'auteur des Lettres et du Panégyrique de Trajan. L'argument le plus considérable en faveur de Côme, ce sont les inscriptions que l'on a trouvées dans cette ville, inscriptions où le nom de Pline revient souvent: elles ne sont pas, il est vrai, relatives à notre Pline, mais du moins elles montrent qu'à Côme ce nom était commun, et l'on en tire la conclusion que notre auteur était aussi de cette ville. En définitive, ce point ne paraît pas susceptible d'une solution complète.

    Avec les renseignements disséminés dans l'ouvrage de Pline, on a dressé une histoire de sa vie ainsi qu'il suit. L'an 41 de l'ère chrétienne, a seize ans, Pline voit sans doute Lollia Paullina, femme de Caligula, de laquelle il parle, (Histoire naturelle, IX, 58). L'an 44, à dix-neuf ans, il est témoin de l'assaut livré, par ordre de Claude, à une orque échouée dans le port d'Ostie, IX, 5. L'an 47, à vingt-deux ans, il voit en Afrique une femme qui avait été changée en homme. En 48, à l'âge de vingt-trois ans, il sert en Germanie sous les ordres de Lucius Pomponius Secundus; il a le commandement d'un corps de cavalerie que les Romains nommaient ala. C'est à la suite de ces campagnes qu'il composa un livre intitulé De l'art de lancer le javelot à cheval, De jaculatione equestri. Revenu à Rome, il se livra à l'étude de la jurisprudence, et écrivit la vie de son ancien général, Lucius Pomponius Secundus, qui était mort. Vers l'âge de trente-deux ans, il commença d'écrire l'Histoire des guerres germaniques. L'an 63, sous le règne de Néron, à trente-huit ans, il puble son livre intitulé « Des studieux » (Studiosorum libri). C'est l'époque de la naissance du fils de sa soeur, Pline le Jeune. Quelques années après, il publia un nouvel ouvrage sur les «Expressions douteuses», Dubii sermonis libri. Vers l'an 69, à quarante-quatre ans, il fut nommé intendant de l'empereur en Espagne, procurator Caesaris. En 73, à quarante-huit ans, il revint d'Espagne à Rome. Il est nommé commandant de la flotte de Misène, on ne sait à quelle année. L'an 80, à cinquante-cinq ans, il dédie son Histoire naturelle à Titus, et l'an 81*, il meurt dans l'éruption du Vésuve.»

    * On sait aujourd'hui que l'irruption du Vésuve eut lieu en l'an 79, et non en 81.

    ÉMILE LITTRÉ, «Notice sur Pline et son livre», in Histoire naturelle, traduit par Émile Littré, Paris, Dubochet, 1829, volume I, III



    *******



    Lettre de Pline le Jeune relatant la mort de Pline lors de l'éruption du Vésuve
    «Vous me demandez que je vous écrive comment mon oncle a péri, afin que vous puissiez redire cette catastrophe avec plus de vérité à la postérité. Je vous en remercie, car je vois qu'à sa mort , si vous la célébrez, est réservée une gloire immortelle. À la vérité il a composé lui-même des livres nombreux qui demeureront: néanmoins la durée éternelle de vos écrits ajoutera beaucoup au maintien de son souvenir. À mon avis, heureux sont ceux à qui par la faveur des dieux il fut donné ou de faire ce qui mérite d'être écrit, ou d'écrire ce qui mérite d'être lu; plus heureux encore ceux qui ont cette double prérogative. C'est parmi ces derniers que sera mon oncle, grâce à ses livres et aux vôtres.Aussi ce que vous me demandez, je m'en charge volontiers, et même à mon tour, je l'exige de vous. Il était à Misène, et de sa personne commandait la flotte. Le 9 des calendes de septembre (24 août)* vers la septième heure de la journée (la première heure était comptée du levé du soleil), ma mère lui dit qu'il apparaissait un nuage d'une grandeur et d'une forme extraordinaire. Mon oncle s'était chauffé au soleil, avait pris de l'eau froide, puis, couché, avait fait un gouter et il étudiait; il demande ses sandales, et monte en un endroit d'où la merveille était le plus visible. À le voir de loin, on ne savait de quelle montagne le nuage sortait; on sut depuis que c'était du Vésuve.» (Voir la suite)

    PLINE LE JEUNE, "Lettre à Tacite", Lettres, VI, reproduite et traduite par ÉMILE LITTRÉ, "Notice sur Pline et son livre", in Histoire naturelle, Paris, Dubochet, 1829, volume I, IV.

    Oeuvres

    Texte latin
    Historiae naturalis, librii XXXVII, Caïus Plinii Secundi, Paris, N. E. Lemaire, 1829

    Traduction française

    Histoire naturelle, traduction d'Émile Littré, 1848-1850, Paris, Rebochet (2 volumes) (BIUM - Bibliothèque interuniversitaire de médecine, Paris)

    Documentation

    Pline l'Ancien: l'Histoire naturelle: un historique du livre et des différentes éditions à travers les époques, par Marie-Élisabeth Boutroue (BIUM - Bibliothèque interuniversitaire de médecine, Paris)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Italie
    Naissance
    23, Côme
    Déces
    79
    Documents Associés
    Paul Albert
    Pessimisme, athéisme, condition humaine, homme
    Charles Daremberg
    Médecine populaire, compilation, remède, plantes médicinales, superstition
    Ferdinand Hoefer
    zoologie, animal, animal fabuleux, sciences naturelles, baleine, abeille, soie
    Charles-Augustin Sainte-Beuve
    sciences naturelles, homme, animal, Émile Littré, Pline le Jeune, encyclopédie, compilation
    Pline le Jeune
    Description des œuvres de Pline l'Ancien
    Pline le Jeune
    Pline l'Ancien, sciences naturelles, volcan, Pompéi, Vésuve
    Georges Cuvier
    Pline l'Ancien, encyclopédie, Aristote
    Alexis Pierron
    Pline l'Ancien, littérature romaine, vulgarisation scientifique, jugement de Buffon sur Pline
    François Laurent
    pessimisme, scepticisme, Lumières, athéisme, Dieu, décadence morale, moralisation, foi, cosmopolitisme, Rome antique, Empire romain
    Georges Cuvier
    sciences naturelles, zoologie, botanique, animal, plante, minéral, encyclopédie, compilation

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.