• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Mouvement

    Définition

    "Changement de situation des corps, déplacement de leurs rapports. Nous le percevons par la vue et par le toucher. Tout mouvement a lieu dans l'espace; il détermine l'espace lui-même, qui est une conception rationnelle, et nous sert à mesurer l'étendue. Tout mouvement a lieu aussi dans le temps, il est lui-même une succession; c'est par les divisions des mouvements que nous marquons les divisions du temps. Non seulement le mouvement est le signe et la mesure de l'espace et du temps, mais encore il est le lien de ces deux idées dans notre esprit. Le problème du mouvement a donné lieu à beaucoup de théories métaphysiques. Pour Héraclite, tout était dans un mouvement ou un changement perpétuel; ce philosophe refusait aux choses toute permanence, tout existence perpétuelle. L'école d'Élée, au contraire, nia la réalité et la possibilité du mouvement, doctrines que reproduisirent les philosophes mégariens: pour toute réponse à leurs sophismes, Diogène le Cynique se mit à marcher devant Zénon. Pour Aristote*, le mouvement est le fait caractéristique de la nature; ses deux éléments constitutifs sont la puissance, capacité qu'ont les objets de devenir tels ou tels, et l'acte ou la possession réelle d'une qualité que ces objets n'avaient qu'en puissance; le mouvement est la puissance qui devient acte, il est le rapport, le terme moyen de la puissance et de l'acte. L'ancienne école atomistique faisait du mouvement une propriété inhérente aux atomes: Descartes refuse aux éléments de la matière toute capacité de produire en eux-même le mouvement, et leur fait imprimer un mouvement par un premier moteur qui le leur conserve par une action continue; selon Leibniz, les éléments, après avoir reçu un premier mouvement, retiennent la capacité de se mouvoir et on en eux le principe de leurs modifications."

    Th. Bachelet, Dictionnaire général des lettres, des beaux-arts et des sciences morales et politiques, Paris, Delagrave, 1876

    * Au sujet de la conception du mouvement d'Aristote, voir Pierre Souffrin, Cours sur l'histoire des théories du mouvement

    Enjeux

    "(...) nous devons mettre la France en mouvement, la conduire sur un nouveau chemin de jeunesse, de croissance, d'emploi, faire avancer l'Europe (...)." Jacques Chirac, dans une adresse à la foule, Place de la République, Paris, à la suite de sa réélection, le 5 mai 2002 La modernité se définissait déjà, à ses origines, par opposition à ce qu'elle décrivait comme étant l'immobilisme, le statisme des sociétés ou des idéologies pré-modernes ou traditionnelles. Ce qu'elle valorisait, au contraire, c'était le progrès, le changement, le mouvement. Aujourd'hui, l'idéologie des nouvelles élites de la mondialisation néo-libérale pousse encore plus loin cette tendance en imposant à tous les individues et à tous les peuples du globe le mouvement en tout et partout:

    «Les nouvelles élites transnationales exigent de tous les individus humains qu'ils 'bougent', qu’ils suivent le mouvement globalisateur, qu’ils accélèrent leur propre mouvement, qu’ils vivent désormais à 'l’heure de la mondialisation'. Les normes en sont simples, voire sommaires: consommer toujours plus, communiquer toujours plus rapidement, échanger d'une façon optimalement rentable. L'entrée dans la société 'bougiste' planétaire et l'imposition à tous les peuples des valeurs de l’individualisme moderne/occidental (utilitaristes, 'compétitivistes', hédonistes) s'accompagnent d’une réduction de la démocratie au couple formé par les droits de l’homme et le marché libre, sans frontières. (...) Cette idéologie, fondée sur une promesse de salut dans et par le mouvement en avant perpétuel, suivant une vitesse accélérée, je l'ai baptisée 'bougisme' ou 'mouvementisme'. Il s'agit d’un nouveau système du destin: au coeur de la Vulgate émergente, l'on rencontre l’idée d’une évolution technomarchande inéluctable.» (Pierre-André Taguieff, Résister au bougisme. Démocratie forte contre mondialisation techno-marchande, Paris, Fondation du 2 mars et Mille et Une Nuits, 2001).

    Même son de cloche de Philippe Muray:

    «L’Histoire est désormais remplacée par le mouvement, par ce qui bouge, par ce qui doit bouger, par ce qui doit avancer. Ces mots sont les ordres de la nouvelle propagande; et l’idéal de ceux qui veulent que tout change sans cesse pour que rien ne change vraiment à leur domination. Ce qui bouge est bien (par exemple une ville ou un pays que ravage le tourisme). Ce qui avance est le Bien.»

    «Le propre de l'asservi moderne consiste à toujours montrer qu'il est débarrassé des préjugés d'hier, ou encore d'hier comme préjugé, et à clamer très fort son désir que les choses bougent, qu'elles ne demeurent pas figées.»

    Philippe Muray, Après l’Histoire II, Paris, Les Belles Lettres, 2000

    Essentiel

    «On dit le plus souvent qu'un mouvement a lieu dans l'espace, et quand on déclare le mouvement homogène et divisible, c'est à l'espace parcouru que l'on pense, comme si on pouvait le confondre avec le mouvement lui-même. Or, en y réfléchissant davantage, on verra que les positions successives du mobile occupent bien en effet de l'espace, mais que l'opération par laquelle il passe d'une position à l'autre, opération qui occupe de la durée et qui n'a de réalité que pour un spectateur conscient, échappe à l'espace. Nous n'avons point affaire ici à une chose, mais à un progrès : le mouvement, en tant que passage d'un point à un autre, est une synthèse mentale, un processus psychique et par suite inétendu.»

    Henri Bergson, L'Évolution créatrice, 1907, p. 91-92

    Documentation


    Le concept de mouvement (sens philosophique et scientifique)

    Quand l'action échappe à l'intention... (Institut national de la santé et de la recherche médicale - INSERM -, note de presse, 4 août 2000)

    V. Radhakrishnan, Locomotion: Dealing with friction, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 95, no 10, 12 mai 1998, p. 5448-5455

    Plusieurs articles spécialisés sur des thèmes reliés au mouvement et à la biomécanique peuvent être lus en ligne sur le site du professeur Alberto E. Minetti, professeur de biomécanique au Centre for Biophysical and Clinical Research into Human Movement, Department of Exercice and Sport Science, Manchester Metropolitan University, R.-U. (en anglais)

    Le mouvement, thème idéologique

    Pierre-André Taguieff, Résister au bougisme. Démocratie forte contre mondialisation techno-marchande, Paris, Fondation du 2 mars et Mille et Une Nuits, 2001. Présentation sur le site de l'éditeur. Voir aussi ce compte rendu: Thierry Paquot, "Contre le 'mondialisme'", Le Monde diplomatique, juillet 2001
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.