• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Hasard

    Définition

    «Dans la perspective classique, le mot définitif sur le hasard a été dit par Spinoza: une chose n’est appelée contingente (fortuite, produite par hasard) qu’en raison de l’insuffisance de notre connaissance».

    Le hasard est incompatible avec le déterminisme strict, lequel a longtemps été considéré comme le fondement de la science puisqu’il est l’hypothèse générale selon laquelle tout phénomène a une ou plusieurs causes dans les phénomènes antérieurs.

    Précisons que le déterminisme exclut le fatalisme — je mourrai d’ici dix ans quoi que je fasse et quoi qu’il advienne! — qu’il affirme non pas «la nécessité d’un événement quels que soient ses antécédents, comme le fatalisme, mais la détermination nécessaire d’un événement par ses antécédents et que, par là il exclut aussi le hasard».

    Le mot hasard pouvant être pris dans deux sens bien différents, il subsiste toutefois une certaine confusion sur ses rapports avec la science. Il y a le hasard par absence de fin: un quidam reçoit une brique sur la tête en passant sous une échelle. Personne toutefois n’avait l’intention de le blesser. «Mais en ce sens du mot hasard, disent les manuels de logique, la science n’a pas à nier le hasard, parce qu’il n’est rien».

    Il y a aussi le hasard par absence de cause. Comme dans le jeu de cartes ou dans celui de la roulette. Celui qui brasse les cartes ne peut pas prévoir l’ordre dans lequel elles seront distribuées. Le résultat de son geste est indéterminé. Non seulement la science nie-t-elle ce hasard, mais elle n’existe qu’en le niant, elle ne progresse qu’en dévoilant des lois qui en sont la négation.

    Les biologistes invoquent pourtant le hasard pour expliquer les mutations et par là l’évolution. Se pourrait-il qu’ils ne fassent aucun cas de la logique élémentaire que nous venons d’évoquer? En réalité ceux d’entre eux qui invoquent le hasard se réclament d’une troisième définition, celle de Cournot, qui a le mérite de ramener les deux autres à l’unité.

    Le hasard, selon Cournot, est la rencontre de deux séries causales indépendantes. Une série de causes explique le passage d’une personne sous l’échelle, une autre série explique la chute de la brique. Chaque série a son déterminisme propre. Le même raisonnement s’applique aux jeux de hasard. À la roulette par exemple, le geste du croupier qui fait tourner la roulette est à l’origine d’une série causale; c’est une autre série qui explique que le joueur mise sur tel numéro.

    Le déterminisme évoqué précédemment était une hypothèse générale. Il est ici fragmenté, divisé en séries linéaires. La science peut très bien s’accommoder de cette fragmentation et même en tirer profit pour progresser plus rapidement. Elle renonce tout de même par là à connaître l’univers avec précision dans sa totalité. Dans la meilleure des hypothèses elle ne peut rendre compte de ce qu’elle appelle le hasard que par des lois probabilistes. Doit-on considérer ce compromis comme un aveu d’ignorance ou comme la seule façon d’appréhender la réalité au-delà d’un certain seuil?

    À ce point précis du raisonnement sur le hasard, la plupart des savants se retirent, les uns sur la pointe des pieds, les autres avec un sourire ironique. Nous sommes ici au seuil de la métaphysique, disent-ils. La suite ne nous concerne pas.

    Comme si, tout à coup, à une étape précise de la recherche de la vérité, une raison nouvelle devait prendre le relais de celle qu’on a suivi jusque-là! En réalité, ce relais n’existe pas. Il est seulement un prétexte pour esquiver certaines questions gênantes.

    À propos de l’apparition des acides aminés, par exemple, comme à propos des mutations, il y a au moins une chose qu’on peut dire à l’aide de la raison la plus commune après avoir établi les lois probabilistes: encore fallait-il que la chose soit possible! C’est la rencontre plus ou moins probable de séries causales indépendantes — un rayon cosmique d’un côté et de l’autre une série d’événements ayant rendu telle base chimique fragile — qui explique les mutations! Soit! Mais encore fallait-il que la fragilité de la base soit proportionnée à la force du rayon cosmique!

    Le singe et la machine à écrire

    Pour poser le problème du rôle du hasard à l’origine de la vie, on prend souvent l’exemple du singe et de la machine à écrire. Un singe parviendrait-il à composer l’œuvre de Shakespeare en tapant au hasard sur un clavier de machine à écrire? Oui, répondent certains, s’il dispose d’un temps illimité. À quoi il faut répliquer: encore faut-il qu’il y ait des caractères sur la machine!

    Allons tout de suite à la limite. Il n’y avait au début que de l’hydrogène. Le reste, y compris la vie, est apparu par hasard. Soit! Mais encore fallait-il que les atomes d’hydrogène soient faits de telle sorte qu’ils puissent interagir entre eux de façon à engendrer les éléments plus lourds. On revient ainsi à l’exemple du puzzle lancé à une hauteur de dix mètres en pièces détachées. Encore faut-il que les pièces soient conçues de façon à s’emboîter les unes dans les autres!

    L’hypothèse de l’hydrogène primordial rappelle celle des atomes crochus des épicuriens, à partir desquels, selon ces derniers, la matière se serait constituée. Encore fallait-il que les crochets soient compatibles! Ainsi, plus on repousse le moment de faire appel à un principe intelligible, plus on magnifie ce principe car alors on enferme en lui, comme dans un œuf, non seulement la structure de l’univers, mais les lois et l’énergie de son développement.

    Essentiel

    «Nous sentons tous intuitivement – les lois de la thermodynamiques nous le confirment – que, laissé à lui-même, le hasard tend à défaire plutôt qu’à construire, à semer le désordre plutôt qu’à instaurer l’ordre. Plus un système est complexe, plus il est sujet à la dégradation, au dysfonctionnement et à l’usure.»
    Trinh Xuan Thuan, Le chaos et l'harmonie, France Loisirs, 1998:

    ***

    Marc-Aurèle: «S’il y a des dieux tout est bien. Si tout est livré au hasard, ne sois pas toi-même livré au hasard».


    Victor Hugo

    «Tout ici-bas étant sous le hasard,
    L’homme, ignorant auguste,
    Doit vivre de façon qu’à son rêve plus tard
    La vérité s’ajuste.»(Hugo)

    Cité de mémoire.
    * * *


    La vie humaine et le hasard

    «[…] Mais il n’est rien de plus attendu que l’inattendu, rien qui, au fond, nous surprenne moins. Ce qui nous étonne, par-dessus tout, c’est le déroulement logique des faits. L’homme est en perpétuelle attente du miracle et même il se fâche, si le miracle n’arrive pas; ou bien il se décourage. Le miracle arrive souvent d’ailleurs. Les vies les plus humbles ne sont qu’une suite de miracles, ou plutôt de hasards. On songe à toutes les choses qui peuvent arriver, et celle qui arrive, c’est celle qu’il était impossible de prévoir. La lecture d’un livre, la rencontre d’une femme bouleversent une vie qui semblait suivre doucement un chemin tout tracé. On dira qu’au vrai il n’y a pas de hasard, et que ce mot ne fait que constater notre ignorance de l’enchaînement des causes. Mais l’enchaînement des causes étant indéchiffrable pour notre esprit, nous appelons hasard tous les événements dont il nous serait impossible, malgré la plus grande attention, de discerner la venue. Ils se forment, ils viennent, mais nous ne le savons pas et ne pouvons le savoir. Il est bon que nous ne le puissions pas. L’action n’est possible que dans une certaine insouciance, et la vie n’est qu’un acte de confiance en nous-mêmes et dans la bienveillance des hasards.

    Nous comptons sur le hasard. Il n’est aucune existence, même chez les plus dénués d’imagination, qui ne lui fasse une place dans ses prévisions obscures. Ne compter que sur le hasard est fou; ne pas compter avec le hasard est plus fou encore. Il est aussi déraisonnable de désespérer que d’espérer toujours. L’impossible, à chaque instant de la vie, se fait possible. C’est un motif d’espoir que d’être perdu dans un labyrinthe à mille pieds sous terre et on peut, avec autant de vraisemblance, désespérer de tout, le jour qu’avec du bonheur plein le cœur on regarde la vie qui se fait bonne et qui sourit, attentive à nos désirs.»

    Remy de Gourmont, «357. L’Inattendu (15 avril 1906)», Épilogues. Réflexions sur la vie. Volume complémentaire 1905-1912. Reproduit à partir de la 6e édition: Paris, Mercure de France, 1921, p. 107-109.

    Documentation

    Rémy Lestienne, Le hasard créateur, Éditions de la Découverte, Paris 1993
    Document sonore: Chaos, imprédictibilité et hasard. Conférence de David Ruelle (L’Université de tous les savoirs, 5 août 2000). Vous pouvez en faire l'écoute en Real Audio (Telerama.fr)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Linguistique
    Antonymes
    nécessité
    Documents Associés
    Victor Hugo
    Une vision du hasard
    Raccourcis
    Dance of Chance:exposition virtuelle du Museum of Science, Boston, É.-U. Sur le hasard à l’œuvre dans la nature

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.