• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dieu

    Définition


    «Du dieu des armées au Dieu désarmé»

    «On va à Dieu par des commencements sans fin.» écrit un Père de L’Église. Cette note est notre premier commencement… Une parfaite définition de Dieu par le plus grand des théologiens serait moins à sa place ici que nos balbutiements. Étant les auteurs d’une oeuvre qui comporte déjà mille allusions à Dieu, c’est à nous, cohérence oblige, qu’il appartient d’évoquer le foyer vers lequel convergent ces allusions.

    De René Dubos, père de l’écologie contemporaine, nous avons appris que la Vie, hier encore terrifiante pour l’être humain, est devenue une chose fragile entre ses mains. Nous étions les enfants de la Vie. Nous en sommes les parents.

    L’événement charnière dans ce renversement des perspectives aura été la première vision de la terre depuis l’espace. Comment ne pas éprouver pour cette sphère colorée, au milieu des astres gris et morts, une compassion analogue à celle des parents pour leurs enfants ?


    Source: Enluminures de la Bibliothèque Municipale de Lyon,
    Les métamorphoses d'Ovide, traduction de Chrétien Legouais.
    Cote et lien: Ms 742, f. 4.

    Une telle mutation dans le rapport avec la Vie devait s’accompagner de la transformation du rapport avec Dieu. Dieu est Vie. Parmi les artistes et écrivains qui ont évoqué cette transformation, nous nous arrêterons au cinéaste Frédéric Back dont l’ensemble de l’œuvre est consacré au thème de la responsabilité de l’homme à l’égard de la vie. La compassion pour les bêtes et pour les arbres, traités auparavant comme des ressources à exploiter, est présentée dans cette oeuvre comme le symbole du retour à un Dieu nu et faible.

    L’homme avait pour mission d’être le jardinier de la terre, ce qui suppose qu’il la traite avec respect et mesure. Il en est devenu le propriétaire abusif accomplissant ainsi le vœu de Descartes qui est aussi celui de la science moderne : devenir maître et souverain de la nature.

    On est ainsi passé du culte de la fertilité du sol à celui de la productivité de l’agriculture. Les plus beaux symboles religieux ont alors perdu leur sève. Le poète Frédéric Mistral devait résumer ainsi cette évolution des mentalités :
    Il chante les peuples sevrés
    Que l’on entend crier à l’horizon ;
    Il chante l’humanité future
    Maîtrisant à son gré le monde naturel
    Et, devant l’homme souverain,
    Dieu, pas à pas se retirant.
    Dans la partie la plus savante de l’humanité, l’Europe, les guerres et les purges les plus cruelles de l’histoire humaine ont marqué cette période. Ce fut une occasion pour les porte-parole de ces générations de réclamer et de proclamer la mort de Dieu. Pour le Dieu des chrétiens tout au moins, ce n’était pas une bien grande nouvelle. Mourir par l’homme et pour l’homme, c’est son métier. «Jésus-Christ sera en agonie jusqu’à la fin du monde.»(Pascal)

    Deux grandes orientations dans les rapports de l’homme avec Dieu allaient bientôt se préciser. Le Dieu de l’humanité enfant, que l’on reconnaît à sa toute-puissance, à son pouvoir magique, à ses partis pris, le Dieu des armées en un mot, allait renaître dans le sillage de divers mouvements fondamentalistes : il combattra contre lui-même en Irak dans quelques jours.

    Certes on peut comprendre que les êtres humains, demeurés faibles en dépit de leur puissance prométhéenne, cherchent encore refuge dans le Dieu de l’humanité enfant ; une telle foi est néanmoins dépourvue d’authenticité, du moins dans les régions du monde où l’on vit des bienfaits d’une science et d’une technique fondées sur un principe, le principe de causalité, qui interdit de croire que Dieu brise la chaîne des causes naturelles pour intervenir dans les choses de la nature et de l’humanité. On ne peut pas fabriquer des nuages de pluie un jour et le lendemain demander à Dieu de mettre fin à la sécheresse.

    D’où la seconde orientation dans le rapport avec Dieu : le passage, selon la formule de G.Thibon, du «dieu des armées au Dieu désarmé,» de l’invocation du Dieu puissant que l’on veut avoir de son côté, à la compassion pour un Dieu faible et pur offrant son amour à tous les camps ; l’humanité enfin capable d’assumer sa maturité !

    Cette voie nous a été indiquée par deux auteurs, Simone Weil et Gustave Thibon, qui furent liés par une amitié d’autant plus authentique et prophétique que l’un et l’autre appartenaient à des camps politiques différents. Ils ont témoigné de façon convergente d’un Dieu purifié de ces attributs faussement divins que l’humanité enfant projetait en Lui pour se consoler de son impuissance.

    Simone Weil et Gustave Thibon occupent une place de choix dans cette encyclopédie. On y trouvera toutes les indications nécessaires pour se familiariser avec leur pensée sur Dieu. Nous en donnons ici un bref aperçu :

    Simone Weil
    «Celui qu’il faut aimer est absent...» «Il s’est vidé de sa divinité...»

    «Dieu ne fait pas violence aux causes secondes pour accomplir ses fins. Il accomplit toutes ses fins à travers le mécanisme inflexible de la nécessité sans y fausser un seul rouage. Sa sagesse reste en haut (et quand elle descend, c'est, comme nous le savons, avec la même discrétion). Chaque phénomène a deux raisons d'être dont l'une est sa cause dans le mécanisme de la nature, l'autre sa place dans l'ordonnance providentielle du monde, et jamais il n'est permis d'user de l'une comme d'une explication auquel appartient l'autre»(Simone Weil, Intuitions pré-chrétiennes, Éditions du Vieux-Colombier, 1950, p. 22-24). Opus cité, p. 31.)

    «L'inflexible nécessité, la misère, la détresse, le poids écrasant du besoin et du travail qui épuise, la cruauté, les tortures, la mort violente, la contrainte, la terreur, les maladies ­ tout cela c'est l'amour divin. C'est Dieu qui par amour se retire de nous afin que nous puissions l'aimer. Car si nous étions exposés au rayonnement direct de son amour, sans la protection de l'espace, du temps et de la matière, nous serions évaporés comme l'eau au soleil ; il n'y aurait pas assez de je en nous pour abandonner le je par amour. La nécessité est l'écran mis entre Dieu et nous pour que nous puissions être. C'est à nous de percer l’écran pour cesser d'être » (Opus cité, p. 31).


    Gustave Thibon
    «Depuis que l’homme est devenu très riche, Dieu s’est fait très pauvre. Dieu est nu maintenant comme les nouveau-nés et comme les morts. Les manteaux de roi et tous les oripeaux de la toute puissance que les croyants avaient jetés sur sa nudité se sont envolés comme des haillons. L’homme a tout volé à Dieu ; il est le seul roi de la création – et Dieu dépossédé s’est réfugié dans l’Incréé. Peux-tu aimer un Dieu nu, une perfection mendiante, une beauté qui n’apparaît que dans les rêves ? [...] Prier pour les hommes enfants, c’était tout demander à Dieu ; pour les hommes dieux, c’est tout refuser pour Dieu. Ah ! le grand cycle s’accomplit... c’était cela le sens de l’histoire : conquérir l’univers pour y renoncer, immoler la certitude au mystère, faire de l’homme l’égal de Dieu pour que sa réponse soit aussi libre aussi pure que l’appel de Dieu» (Vous serez comme des dieux, Fayard, Paris 1959, p. 128 et 173).

    Enjeux

    Mort de Dieu, mort de l'homme (Gaétan Daoust)
    «L'idée de la mort de Dieu n'apparaît pas, comme on le laisse souvent entendre, à la fin du XlXe siècle, avec Nietzsche. Un siècle auparavant, Hegel avait écrit que "le sentiment sur lequel repose la religion moderne est le sentiment que Dieu même est mort". Ce qui appartient à Nietzsche c'est de l'avoir vraiment compris, avec cet lucidité qui est bien, selon le mot du poète René Char, "la blessure la plus rapprochée du soleil et d'en avoir pressenti les conséquences avec une sensibilité dont on ne retrouvera jamais l'équivalent chez ses nombreux héritiers, même les plus doués. «Dieu est mort, et c'est vous et moi, qui l'avons tué». Il y aura suffi de quelques générations de rationalité autarcique, de sécularisation du contenu et du projet de l'histoire, devenue celle d'un mythique progrès de la raison, puis de la science, et de la technique, et de l'humanité partant à la conquête d'un bonheur universel, fruit de ses seuls efforts.»

    GAÉTAN DAOUST, "Entre la mort de Dieu et le triomphe de la science: un homme
    en quête d'identité"
    , L'Agora, vol 1, no 3, décembre 1993.

    Essentiel

    «Dieu et le surnaturel sont cachés et sans forme dans univers. Il est bon qu'ils soient cachés et sans nom dans l'âme.»
    Simone Weil, La pesanteur et la grâce.

    «Dieu se manifeste à nous au premier degré à travers la vie de l'univers, et au deuxième degré à travers la pensée de l'homme.»
    Victor Hugo, William Shakespeare (1864)

    Documentation

    Alain. Les Dieux. Paris, Gallimard, 1934.

    Balthasar, Hans Urs von. Dieu et l’homme d’aujourd’hui. Paris, Desclée De Brouwer, 1958. Coll. « Présence chrétienne ».

    Daniélou, Jean. Dieu et nous. Paris, Grasset, 1956. Coll. « Livre de vie » # 36.

    Jean Guitton, Dieu et la science, Paris, Éditions Grasset, 1991. Cet ouvrage relate l'entretien qui se tint en 1991 entre Jean Guitton, académicien, et Igor et Grichka Bogdanov, docteurs en astrophysique.

    David Burrell, Naming the Names of God: Muslims, Jews, Christians, Theology Today, vol. 47, no 1, avril 1990
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Linguistique
    Allemand
    Gott
    Anglais
    God
    Espagnol
    Dios
    Documents Associés
    Jean-Paul Desbiens
    Jésus, amour, catholicisme, malheur, grâce
    Baruch Spinoza
    Substance
    JP Costes
    JP Costes
    JP Costes
    JP Costes
    Gaétan Daoust
    Histoire
    Jean-Paul Desbiens
    Religion, Écritures saintes
    Laurent Grenier
    Victor Hugo
    Raccourcis
    Qu'est Dieu?
    Millénaires de Dieu: exposition virtuelle conçue par le Musée Dauphinois (Grenoble, Fr.). Sur le site Musées et millénaire

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.