• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Arme nucléaire

    Définition


    Les bombes A et la fission nucléaire

    "Utilisée en 1945 à Hiroshima, ce type de bombe repose sur la fission de noyaux d'uranium. On utilise pour cela de l'uranium 235, beaucoup plus rare dans la nature que son isotope, l'uranium 238, mais qui a la particularité d'être fissile, c'est-à-dire que les noyaux de ce matériau sont susceptibles de se scinder sous l'effet d'un bombardement de neutrons en produisant de nouveaux neutrons qui iront à leur tour provoquer la fission d'autres noyaux. Ce phénomène, appelé "réaction en chaîne", entraîne un considérable dégagement d'énergie, la réaction en chaîne se poursuivant inexorablement, de façon exponentielle, en quelques fractions de seconde.

    Les bombes A sont constituées de deux blocs d'uranium 235, chacun de ces blocs devant être inférieur à une taille minimum, "la masse critique", pour éviter que la réaction en chaîne se produise spontanément. La mise à feu va donc consister à rapprocher les deux blocs d'uranium 235, à l'aide d'un explosif classique, de façon à ce que la masse soit suffisante pour déclencher la réaction en chaîne.

    Il est également possible d'utiliser un autre matériau fissile, le plutonium 239, mais celui-ci ne se trouve pas dans la nature et doit être obtenu à partir du combustible irradié des centrales nucléaires.

    Les bombes H et la fusion nucléaire

    La bombe H, encore appelée bombe à hydrogène ou bombe thermonucléaire, fonctionne selon le principe de la fusion nucléaire. Le combustible nucléaire se compose, en principe, de deutérium et de tritium, deux éléments à noyaux légers qu'il faudra rapprocher pour en former un plus lourd.

    Pour annihiler les phénomènes de répulsion entre les noyaux, il faut des pressions et des températures extraordinairement élevées qui ne peuvent être obtenues que grâce à l'explosion préalable d'une bombe à fission.

    Une fois la réaction de fusion amorcée, les émissions de neutrons vont entraîner la fission des masses d'uranium et de plutonium qui constituent l'enveloppe de la bombe. On a donc ainsi une réaction en trois étapes, fission-fusion-fission, qui libère une quantité d'énergie considérable. La première arme à fusion nucléaire a été testée à Eniwetok en 1952.

    Les principes fondamentaux du fonctionnement des armes nucléaires, décrits sommairement ci-dessus, n'ont semble-t-il pas connu d'évolution notable depuis les années 1950 mais de nombreuses améliorations techniques ont été apportées au fil des années pour rendre ces armes plus fiables, plus légères et malheureusement plus puissantes.

    Les principaux éléments utilisés dans la fabrication des armes nucléaires

    Pour la fabrication des armes nucléaires, les cinq éléments suivants sont principalement utilisés: - l'uranium 235,
    - l'uranium 238,
    - le plutonium 239,
    - le tritium,
    - et le deutérium. Ce sont donc ces mêmes éléments qui se retrouvent dans les déchets produits aussi bien au stade de la recherche qu'à celui de la fabrication et de l'entretien des charges nucléaires. (...)

    Les essais nucléaires

    Depuis janvier 1994, dans le cadre de la Conférence du désarmement des Nations-Unies, des négociations ont été conduites en vue de la conclusion du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires.

    Malgré la complexité des négociations, on peut aujourd'hui raisonnablement espérer qu'on n'assistera plus, dans aucune partie du monde, à une reprise des explosions même pour des essais d'armes de très faible énergie.

    La France, qui a signé, en 1996, le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires, a commencé immédiatement à démanteler le Centre d'expérimentations du Pacifique, opération qui sera très prochainement achevée.

    Cela ne veut malheureusement pas dire que la France comme les autres puissances va renoncer à son armement nucléaire, cela signifie simplement que l'on dispose désormais de techniques de simulation qui permettent de faire l'économie des essais en puissance réelle.

    La mise en oeuvre du programme de simulation devrait en effet permettre d'obtenir, en laboratoire, des informations qui ne pouvaient être obtenues jusqu'ici que par l'expérimentation directe.

    Si la simulation est aujourd'hui possible, c'est en grande partie grâce aux progrès enregistrés dans la capacité des ordinateurs, mais c'est surtout grâce à la mise au point du laser mégajoule qui permet l'inflammation et la combustion de matières thermonucléaires à une micro-échelle.

    Ce programme de simulation, qui devrait débuter en 2006 à puissance réduite puis en 2010 à pleine puissance, est très ambitieux et dès lors très coûteux puisqu'il pourrait, selon les estimations actuelles, s'élever à près de 16 milliards de francs.

    Si on a procédé jusqu'à maintenant à des essais en vraie grandeur, c'est que les phénomènes extraordinairement complexes qui régissent le fonctionnement des armes nucléaires ne pouvaient être étudiés qu'au cours d'expériences permettant d'obtenir des températures, des pressions et des vitesses comparables à celles qu'on aurait obtenues en faisant exploser une arme réelle.

    À partir du moment où la France avait décidé de se doter d'armes nucléaires, les essais étaient nécessaires.

    Comme le notait M. Lucien Michaud, un des responsables de la Direction des Applications Militaires (DAM) du CEA 35: "Un engin nucléaire est un objet trop complexe pour être simplement conçu par le calcul sans aucune mise au point expérimentale. Sans confirmation possible par l'expérience, aucune innovation scientifique ou technologique n'aurait pu être introduite dans les armes dont nous disposons, aucune arme nouvelle n'aurait pu être créée."

    Il faut d'ailleurs remarquer que tous les pays qui se sont dotés de l'arme atomique ont procédé à de multiples essais : - 1 057 aux États-Unis,
    - 715 en URSS,
    - 45 en Grande-Bretagne,
    - 46 en Chine. Avec les 210 essais français, on arrive ainsi à un total de plus de 2 000 explosions expérimentales dans le monde.

    Comme dans tous les autres secteurs de la recherche, les résultats des expériences ont servi à concevoir des engins plus puissants, plus précis ou répondant mieux aux attentes des utilisateurs et, dans ce cas particulier, aux demandes spécifiques des militaires.

    L'énergie dégagée par une explosion n'est, de fait, pas le seul paramètre intéressant.
    Les moyens de mesure de plus en plus sophistiqués qui ont été utilisés permettaient en effet d'obtenir de nombreuses autres indications telles que la température, la pression, les flux de déplacement des éléments ou encore les réactions de ces différents éléments entre eux. Tous ces paramètres scrupuleusement enregistrés devaient permettre, une fois comparés aux prévisions théoriques, soit de valider soit de modifier les processus de fabrication des armes.

    Engagées dans une course sans fin pour augmenter la puissance de leurs armes, les grandes puissances ne pouvaient pas renoncer aux essais. À partir du moment où on acceptait de rentrer dans une logique de compétition entre États et entre blocs, il fallait obligatoirement faire progresser la puissance et l'efficacité de ses armes pour ne pas prendre de retard sur les autres.

    Ainsi la France, en une trentaine d'années, est passée de la simple bombe A aux bombes à fission renforcée pour en arriver comme les autres aux bombes H utilisant les réactions thermonucléaires. (...)

    Malgré les précautions prises, il est indéniable que tous ces essais ont entraîné des retombées radioactives et ont généré des déchets. La seule manière d'éviter les conséquences écologiques et sanitaires de ces essais aurait été de renoncer aux armes nucléaires. Il aurait fallu pour cela initier une autre politique de défense, mais ceci relève d'un autre débat (...)."

    Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, L'évolution de la recherche sur la gestion des déchets nucléaires à haute activité (tome II: les déchets militaires). Rapport de M. Christian BATAILLE, député (15 décembre 1997) [sur le site du Sénat]. Assemblée nationale: n° 541 (11ème législature) - Sénat: n° 179 (1997-1998)

    Documentation


    Revues et périodiques

    Bulletin of the Atomic Scientists. Publié par la Educational Foundation for Nuclear Science. On peut accéder au contenu en ligne des articles des numéros publiés depuis 1990


    Histoire du développement des armes nucléaires

    Stephane Groueff, Manhattan Project. The Untold Story of the Making of the Atomic Bomb. An Authors Guild Backprint.com Edition, 1988, 2000. Vous pouvez en faire la lecture en mode image sur le site iUniverse.com

    Don't let that crybaby in here again. Compte rendu de In the Shadow of the Bomb: Oppenheimer, Bethe and the Moral Responsibility of the Scientist, de S.S. Schweber; Atomic Fragments: A Daughter's Questions, de Mary Palevsky, par Steven Shapin (London Review of Books, vol. 22, no 17, 7 septembre 2000)

    Document sonore: La bombe atomique. Écoutez en Real Audio ce reportage de la série «Cent ans de science» (émission «Les Années lumière», Radio-Canada, 23 juillet 2000)


    Arsenaux nucléaires mondiaux

    France

    L'arsenal nucléaire français (un dossier du magazine L'Express)


    Armes nucléaires et relations internationales

    Peut-on se passer des armes nucléaires? Bulletin "Le maintien de la paix", Institut québécois des Hautes études internationales, no 39, mars 1999


    Essais nucléaires: conséquences pour la santé humaine et l'environnement

    National Cancer Institute (É.-U.), Estimated Exposures and Thyroid Doses Received by the American People from Iodine-131 in Fallout Following Nevada Atmospheric Nuclear Bomb Tests (rapport), 1997: "The report contains results from a study to assess Americans' exposures to radioactive iodine-131 fallout from atmospheric nuclear bomb tests carried out at the Nevada Test Site in the 1950s and 1960s. This report was mandated by Congress under Public Law 97-414."


    Problèmes posés par l'arsenal nucléaire de l'ex-Union soviétique

    Office of International Affairs, National Research Council, Protecting Nuclear Weapons Material in Russia, Washington, D.C., National Academy Press, 1999, 64 p. (texte intégral, mode image)

    Harold A. Feiveson (éd.), Bruce G. Blair, Jonathan Dean, Steve Fetter, James Goodby, et al., The Nuclear Turning Point: A Blueprint for Deep Cuts and De-Alerting of Nuclear Weapons, Brookings Institution Press, 1999

    Back from the Brink: End the Nuclear Threat Now. De-alerting Nuclear Weapons. Vidéo documentaire produit par le Center for Defense Information. On peut lire ici la transcription de cette vidéo

    Le terrorisme nucléaire

    Perspectives: Terrorisme chimique, biologique, radiologique et nucléaire, Service canadien du renseignement de sécurité, rapport no 2000/02, 18 décembre 1999

    Bruce G. Blair,
    What if the Terrorists Go Nuclear?, Center for Defense Information (Washington, É.-U.)

    Louis René Beres,
    How to Avoid Nuclear Terrorism Against the U.S. - Preventing "The Blood-Dimmed Tide", Strategic Review, vol. XXIV, printemps 1996 (International Policy Institute for Counter-Terrorism - ICT (Israël), 15 avril 1996)

    Scott Parrish,
    Are Suitcase Nukes on the Loose? The Story Behind the Controversy, Center for Nonproliferation Studies Reports, novembre 1997. Une enquête concernant les fameuses bombes atomiques de la taille d'une valise qui auraient disparu de l'arsenal de l'ancienne Union soviétique

    A. Robitaille et R. Purver,
    Contrebande de matières nucléaires spéciales, Service canadien du renseignement de sécurité, Commentaire, no 57, mai 1995

    Natalie Malinarich, Bin Laden's "Atomic Threat", BBC News, 26 octobre 2001
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Documents Associés
    Sénat français - Commission des Affaires étrangère
    désarmement, traité de non-prolifération nucléaire, bombe atomique, énergie nucléaire, Iran, Irak, Corée du Nord
    Commission de la Défense nationale et des Forces a
    prolifération, dissuasion
    Stéphane Stapinsky
    terrorisme, radioactivité, radiation, contamination, déchet radioactif
    Raccourcis
    Informations générales:
    Armement et désarmement nucléaire: un dossier en ligne de la Documentation française
    Weapons of Mass Destruction (Federation of American Scientists). Cette page, portant sur les armes de destruction massive en général, comporte de riches informations sur l'armement nucléaire
    Le Projet Manhattan (site personnel)
    Organismes militant en faveur du désarmement nucléaire:
    International Physicians for the Prevention of Nuclear War
    Nuclear Policy Research Institute; sa mission: "to produce massive, effective, ongoing public education campaigns in major U.S. media about the often-underestimated dangers of nuclear weapons and power programs and policies"
    Back from the Brink. A Campaign to Take Nuclear Weapons Off Hair-Trigger Alert: campagne visant à supprimer l'état d'alerte existant entre les États-Unis et la Russie quant au lancement de missiles porteurs d'ogives nucléaires; dans la situation actuelle, une simple fausse alerte pourrait déclencher une guerre nucléaire
    Nuclear Age Peace Foundation; The Nuclear Files (projet de la Fondation)
    Hiroshima:
    Hiroshima Archive (site créé par Mayu Tsuruya, avec la collaboration de Gerald Figal; sur le site du Lewis & Clark College)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.