• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Pline l'Ancien

    Le plus illustre apôtre de la science romaine

    René Pichon
    Pendant que l'histoire et l'éloquence, par suite des conditions politiques, languissent sans matière importante, quelques écrivains cherchent dans des études spéciales un aliment intellectuel plus sérieux. Il y a, au Ier siècle, une littérature scientifique ou technique, bien documentée, fort utile. (…)

    Le type de ces excellents auteurs techniques, qui ne sont ni penseurs ni écrivains, c'est Frontin. Ses ouvrages sont conçus à un point de vue strictement professionnel. (…)

    Bien au-dessus des Columelle et des Frontin, Pline l'Ancien s'élève comme le plus illustre apôtre de la science romaine. On sait son zèle infatigable pour l'étude, sa voracité de renseignements, son désir de voir et de savoir qui ne le quitte pas même aux moments les plus critiques, sa curiosité poussée jusqu'à l'héroïsme. Il a vécu pour la science, et est mort pour elle. De ses lectures incessantes poursuivies à table même et au bain, il avait tiré un grand nombre d'écrits. Nous n'en avons gardé qu'un seul, sa gigantesque Histoire naturelle, qui, à défaut d'autres mérites, imposerait le respect par ses dimensions. Elle comprend 36 livres contenant 20 000 faits, et représente la substance de 2000 ouvrages antérieurs écrits par cent auteurs différents. Encore Pline ajoute-t-il, sur un ton très simple, que c'est le travail seulement de ses moments perdus. Cette encyclopédie n'est pas moins variée que volumineuse. Elle commence par une astronomie, se continue par une géographie, puis par une histoire naturelle et médicale des animaux et des plantes, et se termine par une étude des divers minéraux et des arts qui s'en servent. Pline touche à tout, de la métaphysique à la gravure, en passant par la médecine.

    Cette diversité des connaissances met Pline bien plus haut que la plupart des savants antiques. Il s'en distingue encore parce qu'il a plus d'idées. Sa doctrine se présente d'abord comme une négation forte et hardie de la religion de son temps. C'est un des païens qui ont lancé contre le paganisme les plus dures critiques. Il ne croit pas à ces dieux ridicules, représentés avec toutes les misères et les faiblesses humaines, et n'est pas plus tendre pour ces personnifications allégoriques qui plaisent tant à l'esprit romain. L'idée même d'un polythéisme lui semble illogique. Dieu, pour lui, n'est que l'essence même du monde : Fragilis et laboriosa mortalitas in partes ista digessit, ut portionibus coleret quisque quo maxime indigeret.
    « C'est la fragile et inquiète humanité qui partage l'être divin en individualités, pour que chacun puisse vénérer la puissance céleste dont il a le plus besoin. » Beaucoup de philosophes en ont dit autant : Pline va plus loin. C'est à l'idée religieuse même qu'il s'en prend, ou même à la tendance métaphysique : Furor est egredi ex eo, et, tanquam interna ejus cuncta plane sunt notata, scrutari externa;... effigiem Dei quaerere, imbecillitatis humanae est.
    « C'est une folie de sortir du monde et de chercher ce qu'il y a hors de lui comme si l'intérieur en était bien connu... Chercher la nature de Dieu, voilà bien la faiblesse de l'homme ! » À supposer qu'une divinité existe, elle ne peut pas s'occuper de nous : « Elle serait ridicule, irridendum; elle serait souillée d'un trop ennuyeux ministère, tam tristi et multiplici ministerio pollui. » De même, en morale, le seul devoir est d'aider les autres hommes, c'est là la vraie divinité : Deus est mortali juvare mortatem. Par suite, l'homme est grotesque en prétendant sortir de sa sphère, et se ravale au-dessous des animaux, qui du moins vivent tranquillement. Il n'y a pas d'être plus malheureux ni plus orgueilleux : miserius aut superbius.

    Le scepticisme de Pline aboutit donc, d'une part à une sorte de positivisme, d'autre part à un pessimisme aussi sombre que celui de Lucrèce. L'homme, pour lui, n'est pas le roi, mais le déshérité du monde : ... nudum in nuda humo ad vagitus statim et ploratum; feliciter natus jacet, manibus pedibusque devinctis, flens animal ceteris imperaturum, a suppliciis vitam auspicatur, unam ob culpam, quia natum est.
    « Il est jeté nu sur une terre nue, pour gémir et pleurer: cette heureuse créature gît pieds et poings liés; cet être dominateur commence par pleurer; il débute par des supplices, sans autre crime que d'être né. » Pline répète plusieurs fois cette forte antithèse; il apostrophe les tyrans ou les puissants en les rappelant à l'humilité de leur origine, et triomphe de cet homme qu'un rien peut tuer. – Encore cette vie serait-elle supportable si l'homme ne la gâtait pas à plaisir : Nulli vita fragilior, libido major.
    « Nul n'a une vie plus frêle ni une passion plus ardente. » Les animaux ne se déchirent point entre eux; l'homme est le plus cruel ennemi de l'homme, homini plurima mala ex homine. Enfin, après cette vie, pas d'autre à attendre : Quae ista dementia est ! perdit profecto ista credulitas praecipuum naturae bonum, mortem.
    «Quelle folie est-ce de souhaiter une autre vie! C'est se priver du seul bien réel qu'offre la vie, de la mort.»
    Cette parole, digne de Léopardi ou de Schopenhauer, résume bien les déclamations amères de Pline.

    Avec des idées aussi nettes et profondes, Pline aurait pu être un Lucrèce en prose. Il l'est quelquefois, mais habituellement son oeuvre ne s'élève pas au-dessus de l'érudition décousue. D'abord il manque de critique, raconte gravement des histoires à dormir debout, sur des peuples fantastiques, sans pieds, sans tête, ou sans yeux, et croit toujours naïvement à la parole de ses prédécesseurs. Passe quand c'est Aristote, mais souvent ce sont des historiens ou des voyageurs sans autorité. – Comme la critique, la méthode lui fait défaut; on ne voit pas d'après quel plan les matières de son livre sont disposées; vers la fin surtout, la confusion entre la partie scientifique et la partie médicale enlève toute clarté. – Enfin les idées qui le rendent si intéressant, voire même si poignant, ne sont que des remarques accessoires, qui ne dominent pas son exposition scientifique, mais sont énoncées au hasard, par accident. Pline est un savant qui philosophe quelquefois; il ne connaît pas la philosophie de la science.

    Ces défauts expliquent qu'il n'ait pas eu plus d'influence. D'ailleurs, de son temps même, les études scientifiques sont battues en brèche par la philosophie. Sénèque, par exemple, est fort indifférent aux questions de science pure; il ne fait grâce qu'aux spéculations métaphysiques, celles que Pline repousse, et juge futiles les recherches positives. Or c'est lui qui finit par l'emporter. Aussi la science du premier siècle a pu produire des oeuvres utiles, solides, parfois originales : mais elle n'a pas eu d'influence générale sur tous les esprits; elle est restée en marge du mouvement des idées; elle n'a pas été un principe de vie. Cette gloire était réservée à la philosophie stoïcienne.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    René Pichon
    Mots-clés
    Sciences naturelles, science, histoire des sciences, encyclopédie, pessimisme, compilation, Dieu
    Extrait
    «Sénèque [...] par exemple, est fort indifférent aux questions de science pure; il ne fait grâce qu'aux spéculations métaphysiques, celles que Pline repousse, et juge futiles les recherches positives. Or c'est lui qui finit par l'emporter. Aussi la science du premier siècle a pu produire des oeuvres utiles, solides, parfois originales : mais elle n'a pas eu d'influence générale sur tous les esprits; elle est restée en marge du mouvement des idées; elle n'a pas été un principe de vie. Cette gloire était réservée à la philosophie stoïcienne.»
    Documents associés
    Pline le Jeune
    Description des œuvres de Pline l'Ancien
    Pline le Jeune
    Pline l'Ancien, sciences naturelles, volcan, Pompéi, Vésuve
    Paul Albert
    Pessimisme, athéisme, condition humaine, homme
    Ferdinand Hoefer
    zoologie, animal, animal fabuleux, sciences naturelles, baleine, abeille, soie
    Charles-Augustin Sainte-Beuve
    sciences naturelles, homme, animal, Émile Littré, Pline le Jeune, encyclopédie, compilation
    François Laurent
    pessimisme, scepticisme, Lumières, athéisme, Dieu, décadence morale, moralisation, foi, cosmopolitisme, Rome antique, Empire romain
    Georges Cuvier
    Pline l'Ancien, encyclopédie, Aristote
    Alexis Pierron
    Pline l'Ancien, littérature romaine, vulgarisation scientifique, jugement de Buffon sur Pline
    Charles Daremberg
    Médecine populaire, compilation, remède, plantes médicinales, superstition
    Georges Cuvier
    sciences naturelles, zoologie, botanique, animal, plante, minéral, encyclopédie, compilation

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.