• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Jardin

    Verger

    Anna de Noailles

    Dans le jardin, sucré d’œillets et d’aromates,

    Lorsque l’aube a mouillé le serpolet touffu,

    Et que les lourds frelons, suspendus aux tomates,

    Chancellent, de rosée et de sève pourvus,

     

    Je viendrai, sous l’azur et la brume flottante,

    Ivre du temps vivace et du jour retrouvé ;

    Mon cœur se dressera comme le coq qui chante

    Insatiablement vers le soleil levé.

     

    L’air chaud sera laiteux sur toute la verdure,

    Sur l’effort généreux et prudent des semis,

    Sur la salade vive et le buis des bordures,

    Sur la cosse qui gonfle et qui s’ouvre à demi;

     

    La terre labourée où mûrissent les graines

    Ondulera, joyeuse et douce, à petits flots,

    Heureuse de sentir dans sa chair souterraine

    Le destin de la vigne et du froment enclos.

     

    Des brugnons roussiront sur leurs feuilles, collées

    Au mur où le soleil s’écrase chaudement ;

    La lumière emplira les étroites allées

    Sur qui l’ombre des fleurs est comme un vêtement.

     

    Un goût d’éclosion et de choses juteuses

    Montera de la courge humide et du melon,

    Midi fera flamber l’herbe silencieuse,

    Le jour sera tranquille, inépuisable et long.

     

    Et la maison, avec sa toiture d’ardoises,

    Laissant sa porte sombre et ses volets ouverts,

    Respirera l’odeur des coings et des framboises

    Éparse lourdement autour des buissons verts ;

     

    Mon cœur indifférent et doux aura la pente

    Du feuillage flexible et plat des haricots

    Sur qui l’eau de la nuit se dépose et serpente

    Et coule sans troubler son rêve et son repos.

     

    Je serai libre enfin de crainte et d’amertume,

    Lasse comme un jardin sur lequel il a plu,

    Calme comme l’étang qui luit dans l’aube et fume,

    Je ne souffrirai plus, je ne penserai plus,

     

    Je ne saurai plus rien des choses de ce monde,

    Des peines de ma vie et de ma nation,

    J’écouterai chanter dans mon âme profonde

    L’harmonieuse paix des germinations.

     

    Je n’aurai pas d’orgueil, et je serai pareille,

    Dans ma candeur nouvelle et ma simplicité,

    À mon frère le pampre et ma sœur la groseille

    Qui sont la jouissance aimable de l’été ;

     

    Je serai si sensible et si jointe à la terre

    Que je pourrai penser avoir connu la mort,

    Et me mêler, vivante, au reposant mystère

    Qui nourrit et fleurit les plantes par les corps.

     

    Et ce sera très bon et très juste de croire

    Que mes yeux ondoyants sont à ce lin pareils,

    Et que mon cœur, ardent et lourd, est cette poire

    Qui mûrit doucement sa pelure au soleil...

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Anna de Noailles
    Mots-clés
    Poire, salade, germination, haricot, tomate, soleil
    Documents associés
    Georges Duhamel
    Henri Grappin
    Le Nôtre, Jean-Jacques Rousseau, Ermenonville, Fénelon, Bossuet, Delille, jardins antiques, jardins anglais
    Julien Vallières
    Jardin, présence, cueillette
    Léon Bloy
    Michèle Drissen
    Jardin, art paysager, Irak, Babylone, Mésopotamie, Antiquité
    Michèle Drissen
    Les jardins privés, dits d'agrément, ont eu aussi, leur histoire.
    Michèle Drissen
    Quelques observations tirées du quotidien de vie jardinière
    Élisabeth Gauthier
    Le jardin et l'école
    Antoine Ouellette
    Histoire du jardin, oiseau, chants d'oiseaux, chant grégorien, Messiaen, Ravel, Couperin
    Contes des Mille et Une Nuits
    Arabe, civilisation, nature

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.