Symbole

«Une extrême confusion, notait Gilbert Durand en 1964, a toujours régné dans l'emploi des termes relatifs à l'imaginaire. Image, signe, allégorie, symbole, emblème, parabole, mythe, figure, icône, idole sont utilisés indifféremment l'un pour l'autre par la plupart des auteurs»1 Dans quelle mesure la confusion a-t-elle été dissipée depuis?

Les définitions proposées par Gilbert Durand demeurent un excellent point de départ pour ceux qui veulent échapper à la confusion. Il distingue d'abord deux grands types de connaissance, la connaissance directe, «où la chose elle-même semble présente à l'esprit, comme dans la perception ou la simple sensation» et la connaissance indirecte, «lorsque la connaissance ne peut se présenter en chair et en os à la sensibilité.»2

Signe est le terme générique pour désigner la connaissance indirecte. Dans le monde des signes, il y a à un extrême le signal, un feu rouge par exemple, qui renvoie automatiquement à une chose ou un concept; au milieu, il y a le signe proprement dit, «purement indicatif, qui renvoie à une réalité sinon présente du moins toujours présentable» et à l'autre extrême, le symbole, qui renvoie à une réalité non représentable, invisible, métaphysique. Il n'y a pas d'inconvénient à choisir un signal ou un signe arbitrairement, tandis que, comme nous le rappelle A. Lalande par la définition qu'il en donne, le symbole doit avoir un rapport naturel avec la chose invisible dont il est le témoin: «le symbole est un signe concret évoquant, par un rapport naturel, quelque chose d'absent ou d'impossible à percevoir.»3

Il faut aussi distinguer le symbole de l'allégorie. Souvenons-nous de l'allégorie de la caverne: une idée abstraite, la libération de l'intelligence est représentée par une série de signes: le prisonnier au fond de la caverne, la chaîne qu'il a au cou, le feu derrière lui, etc. Un oiseau volant vers la lumière pourrait être le symbole d'une idée encore plus élevée et mystérieuse de la même liberté. «L'allégorie part d’une idée abstraite pour aboutir à une figure, alors que le symbole est d’abord et de soi une figure, et comme telle, source, entre autres choses, d’idées. »4 «La différence, précise Fr. Creuzer, entre une représentation symbolique et une représentation allégorique réside dans le fait que la dernière rend uniquement une notion générale, ou une idée qui est différente d’elle-même, tandis que la première est l’idée elle-même, rendue sensible, incarnée.»5

«Le symbole, ajoute Gilbert Durand, est comme l’allégorie, reconduction du sensible, du figuré au signifié, mais en plus il est par la nature même du signifié inaccessible, épiphanie, c’est-à-dire, apparition de l’indicible, par et dans le signifiant.»6 L’icône dans l’art religieux byzantin est l’exemple parfait du symbole.

Pour Carl Jung, «le symbole est la meilleure figure possible d’une chose relativement inconnue que l’on ne saurait donc tout d’abord désigner d’une façon plus claire ou plus caractéristique.» 7

1-Gilbert Durand, L’imagination symbolique, Paris, Presses universitaires de France, 1964, p. 3.
2- Ibid., p. 4
3- A. Lalande, Vocabulaire critique et technique de la philosophie, article symbole, sens no 2.
4- P. Godet, Sujet et symbole dans les arts plastiques, in Signe et Symbole, p. 125.
5-Symbolik und Mythologie der altern Volker, I, p.70.
6- Gilbert Durand, op. cit., p. 7
7- C. G. Jung, Psychologische Typen, p. 642.

***


«Symbole vient du grec symbolon, terme qui désigne un morceau de terre cuite qui était partagé en deux et dont chaque morceau était conservé par deux familles vivant dans des lieux séparés: quand un membre d'une famille devait être reçu chez l'autre, il lui était possible d'exhiber le morceau manquant du symbolon et de le recoller à l'autre, en montrant par là qu'il s'agissait bien d'un membre de la famille alliée. On héritait du symbolon que l'on se transmettait à travers les générations.»
Jean Lassègue, Qu'est-ce qu'un symbole?

«Le symbole est un signe: il permet le passage du visible à l'invisible. Le signe est un acte ou un geste du composé humain formé de deux valeurs, charnelle et spirituelle, indissolublement liées entre elles mais de qualités différentes, l'une étant supérieure à l'autre en perfection.»
Christian Vanden Berghen, Symbole, symbolique et symbolisme

«Ce que nous appelons symbole est un terme, un nom ou une image qui, même lorsqu'ils nous sont familiers dans la vie quotidienne, possèdent néanmoins des implications, qui s'ajoutent à leur signification conventionnelle et évidente. Le symbole implique quelque chose de vague, d'inconnu, ou de caché pour nous.»
C. G. Jung L'homme et ses symboles, Robert Laffont, 1964, p. 20.

Essentiel

Dans La perte des sens, Illich note aussi «que le statut polémique de l'image est un trait distinctif de l'histoire occidentale et que tout récemment encore la dissension sur la nature des images était vécue comme une question éthique.»

Le choix des choses bonnes à voir a été au coeur de l'éthique au même titre que le choix des choses bonnes à dire et à entendre. D'où la guerre iconoclaste. Comment ne pas voir dans la tolérance actuelle à l'égard des images le signe de l'atrophie en nous de cette imagination (ou de cet imaginaire) qui tantôt crée les images, tantôt les transforme en nourriture?

Essentiel

Dans La perte des sens, Illich note aussi «que le statut polémique de l'image est un trait distinctif de l'histoire occidentale et que tout récemment encore la dissension sur la nature des images était vécue comme une question éthique.»

Le choix des choses bonnes à voir a été au coeur de l'éthique au même titre que le choix des choses bonnes à dire et à entendre. D'où la guerre iconoclaste. Comment ne pas voir dans la tolérance actuelle à l'égard des images le signe de l'atrophie en nous de cette imagination (ou de cet imaginaire) qui tantôt crée les images, tantôt les transforme en nourriture?

Articles


Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ