Neige

La neige constitue la forme principale des précipitations atmosphériques solides. Elle résulte d’une condensation lente et progressive de la vapeur d’eau contenue dans l’atmosphére à une température voisine de 0°. Cette condensation se fait le plus souvent en cristaux en formes d’étoiles à six branches. Par temps très froid (moins de – 20°) elle peut se faire sous forme de longues aiguilles prismatiques très minces. Si les cristaux subissent au contraire une fusion partielle, ils s’agglomèrent au cours de leur chute pour former des flocons. C’est sous cette forme que la neige est familière à l’habitant des régions tempérées. Dans les régions équatoriales enfin, la neige — limitée ici comme bien l’on pense aux sommets des hautes montagnes — revêts souvent la forme de cristaux grossiers, agglomérés en grains, parfois mêlés de véritables grêlons. Il n’est pas rare qu’elle soit accompagnée de phénomènes électriques, chose exceptionnelle aux lattitudes tempérées.

Charles-Pierre Péguy, La Neige, 2e édition mise à jour, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1968, p. 9.

Essentiel

Un absolu de vide et de silence :

La neige apparaît donc bien dans sa qualité acoustique comme une matière poétique, et par là comme un tremplin métaphysique. Remonte-pente vers l’absolu, elle nous révèle cependant une forme particulière de cette absoluité. C’est un absolu de vide et de silence. Peut-être touchons-nous là un des caractères fondamentaux de la rêverie neigeuse : elle est rêverie négatrice, elle est antithèse.

Gilbert Durand, « Psychanalyse de la neige », dédié à Gaston Bachelard, in Mercure de France, no 1080, août 1953, p. 621.

Essentiel

Un absolu de vide et de silence :

La neige apparaît donc bien dans sa qualité acoustique comme une matière poétique, et par là comme un tremplin métaphysique. Remonte-pente vers l’absolu, elle nous révèle cependant une forme particulière de cette absoluité. C’est un absolu de vide et de silence. Peut-être touchons-nous là un des caractères fondamentaux de la rêverie neigeuse : elle est rêverie négatrice, elle est antithèse.

Gilbert Durand, « Psychanalyse de la neige », dédié à Gaston Bachelard, in Mercure de France, no 1080, août 1953, p. 621.

Articles


La neige

Émile Verhaeren

Soir d’hiver

Émile Nelligan

« Les étoiles de neige »

Henry David Thoreau

Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ