Navire

Essentiel

« Chaque navire est une création complète; ceux qui l’ont lancé sur les eaux l’ont doué d’un caractère, d’une individualité, de qualités et de défauts. D’autres apprendront à le connaître dans une intimité plus grande que celle de l’homme avec l’homme, à l’aimer d’un amour presque aussi grand que celui de l’homme pour la femme et souvent aussi aveugle dans son infatuation.

Un navire est une créature délicate; il faut tenir compte de ses idiosyncrasies, si vous voulez qu’il s’en tire à son honneur et au nôtre dans les vicissitudes de ce monde. Le bon navire s’affirme dans les épreuves; dans la tempête il révèle son courage, son agilité, l’exhibition constante de qualités d’élite… Il y a des navires qui voient certainement : s’il n’en était pas ainsi, je ne pourrais comprendre pourquoi certaine barque de 1000 tonnes – de ma connaissance – refusa un jour d’obéir à la barre et sauva de la sorte deux vaisseaux d’une collusion terrible et de plus la réputation d’un homme de mérite. Je connaissais ce navire depuis deux ans et jamais auparavant il n’avait rien fait de semblable. »

JOSEPH CONRAD, passage tiré de The Mirror of the Sea – The Fine Art. Traduction française (édition non précisée, vraisemblablement Mercure de France) citée par Joseph de Smet, « Joseph Conrad », Mercure de France, 1er mai 1912, p. 69.

Essentiel

« Chaque navire est une création complète; ceux qui l’ont lancé sur les eaux l’ont doué d’un caractère, d’une individualité, de qualités et de défauts. D’autres apprendront à le connaître dans une intimité plus grande que celle de l’homme avec l’homme, à l’aimer d’un amour presque aussi grand que celui de l’homme pour la femme et souvent aussi aveugle dans son infatuation.

Un navire est une créature délicate; il faut tenir compte de ses idiosyncrasies, si vous voulez qu’il s’en tire à son honneur et au nôtre dans les vicissitudes de ce monde. Le bon navire s’affirme dans les épreuves; dans la tempête il révèle son courage, son agilité, l’exhibition constante de qualités d’élite… Il y a des navires qui voient certainement : s’il n’en était pas ainsi, je ne pourrais comprendre pourquoi certaine barque de 1000 tonnes – de ma connaissance – refusa un jour d’obéir à la barre et sauva de la sorte deux vaisseaux d’une collusion terrible et de plus la réputation d’un homme de mérite. Je connaissais ce navire depuis deux ans et jamais auparavant il n’avait rien fait de semblable. »

JOSEPH CONRAD, passage tiré de The Mirror of the Sea – The Fine Art. Traduction française (édition non précisée, vraisemblablement Mercure de France) citée par Joseph de Smet, « Joseph Conrad », Mercure de France, 1er mai 1912, p. 69.

Articles


Le navire

Tristan L'Hermite



Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ