Disque

Essentiel

"Pourtant c'est aux exemples perpétués par le disque que tant de musiciens d'aujourd'hui doivent leurs plus décisifs exemples. Un Furtwängler, un Fischer ont aujourd'hui une influence que leurs contemporains leur ont marchandée. Les disques sont des stimulants de la sensibilité. Ils nous aident tous à trouver notre oreille, si nous ne sommes qu'auditeurs, notre voix (notre voie) si nous sommes interprètes. Le moindre accent y pourvoit. [...] Voix de Gérard Philippe dans Le Cid ou de Jouvet dans L'École des femmes, partie de cartes pour Raimu ou notes de Schubert boulées par Fischer, mais avec quelle vie unique, le disque est notre mémoire à tous, notre guide-oreille, sans rien de sectoriellement spécialisé. Le patrimoine du discophile averti, c'est son oreille, riche en mémoire, agile en comparaisons. À sa manière elle est un instrument de musique, sûrement au niveau (au moins) d'un diplômé des conservatoires sans carrière. Ceux qui ont inventé le disque croyaient fabriquer une mémoire artificielle, pour de beaux instants que la nature fait éphémères. En un siècle, il s'est fait sa formidable fonction de formation, pluridisciplinaire, éduquant l'oreille tous azimuts. Disque voulait dire: mémoire. Il veut dire: école d'imagination."

Source: André Tubeuf, «A l'école du disque», Diapason-Harmonie, no 387, novembre 1992, p. 93

Essentiel

"Pourtant c'est aux exemples perpétués par le disque que tant de musiciens d'aujourd'hui doivent leurs plus décisifs exemples. Un Furtwängler, un Fischer ont aujourd'hui une influence que leurs contemporains leur ont marchandée. Les disques sont des stimulants de la sensibilité. Ils nous aident tous à trouver notre oreille, si nous ne sommes qu'auditeurs, notre voix (notre voie) si nous sommes interprètes. Le moindre accent y pourvoit. [...] Voix de Gérard Philippe dans Le Cid ou de Jouvet dans L'École des femmes, partie de cartes pour Raimu ou notes de Schubert boulées par Fischer, mais avec quelle vie unique, le disque est notre mémoire à tous, notre guide-oreille, sans rien de sectoriellement spécialisé. Le patrimoine du discophile averti, c'est son oreille, riche en mémoire, agile en comparaisons. À sa manière elle est un instrument de musique, sûrement au niveau (au moins) d'un diplômé des conservatoires sans carrière. Ceux qui ont inventé le disque croyaient fabriquer une mémoire artificielle, pour de beaux instants que la nature fait éphémères. En un siècle, il s'est fait sa formidable fonction de formation, pluridisciplinaire, éduquant l'oreille tous azimuts. Disque voulait dire: mémoire. Il veut dire: école d'imagination."

Source: André Tubeuf, «A l'école du disque», Diapason-Harmonie, no 387, novembre 1992, p. 93

Articles


Le 78 tours et la qualité du son

André Tubeuf
Extrait de: «La matière première», Diapason-Harmonie, no 392, avril 1993, p. 73.

Le CD-ROM

Comment ça marche



Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ