Auguste

63 av. J.-C.-14
Portrait de l'homme (Camille Jullian, La Grande Encyclopédie)
«Cet homme extraordinaire, qui a créé la monarchie romaine à l'intérieur et l'empire romain à l'extérieur, qui a pour ainsi dire posé et fixé la marche de l'humanité, pendant six siècles, est tout aussi intéressant et étrange dans la vie privée. Je crois, malgré les beaux éloges et les touchantes paroles qu'il a su provoquer de la part d'Horace et de Virgile, malgré les phrases à effet et les déclamations sentimentales dont il ne se priva guère, je crois que le fond, chez lui, devait être d'une sécheresse, d'une froideur effrayante; que tout, dans sa vie, dans ses actes, dans ses paroles, devait être pesé, mesuré, calculé: qu'il n'y eut pas, dans toute sa conduite, la moindre part laissée à l'instinct, au sentiment, à l'impulsion du moment, au penchant du cœur. Tout fut calculé et raisonné: Auguste est peut-être, de tous les hommes de l'antiquité, celui qui a le moins connu ce qui était faiblesse et sentiments de l'honneur. Du reste, cela s'explique quand on songe que, dès l'âge de dix-huit ans, il se montra étonnamment mûr pour le rôle le plus difficile qu'on pu imaginer, qu'il triompha dès lors de tous les obstacles et se joua de tous les hommes, qu'à vingt ans il n'avait plus de scrupules et était déjà un des maîtres du monde, et que pendant cinquante ans il appliqua au gouvernement de la terre toutes les ressources d'une intelligence d'élite, d'une volonté de fer, tous les moments de sa vie et toutes les pensées de son âme.
[...]
Les jugements les plus divers furent portés sur lui à Rome. On en fit le meilleur des citoyens et le plus désintéressé des hommes: on en fit aussi un hypocrite consommé, ennemi du bien public. Auguste n'a été ni l'un ni l'autre, ou plutôt à la fois l'un et l'autre. Il a eu un double but dans sa vie, constitution de la monarchie, constitution de l'empire: il y a marché dès le premier jour, fermement, sans hésitation, ne reculant devant aucun moyen, tour à tour vertueux et cruel, désintéressé et avare, hypocrite et droit, suivant l'intérêt de son œuvre. Cette œuvre, il l'a merveilleusement achevée, établie pour des siècles. Par elle, il a donné au monde des années de paix et de prospérité. Sans Auguste, nous n'aurions pas eu Marc-Aurèle ou Julien. Julien détestait l'homme, il n'a pu s'empêcher d'admirer l'œuvre de cet empereur, dont le génie, quatre siècles après sa mort, guidait encore la marche du monde romain.»

Voir cette biographie d'Auguste par Camille Jullian.


*******



Jugements sur Auguste et son règne

MONTESQUIEU
«Auguste établit l'ordre, c'est-à-dire une servitude durable; car dans un État libre où l'on vient d'usurper la souveraineté, on appelle règle tout ce qui peut fonder l'autorité sans bornes d'un seul, et on appelle trouble, dissension, mauvais gouvernement tout ce qui peut maintenir l'honnête liberté des sujets» (Grandeur et décadence des Romains)

Articles


Auguste dans les Annales de Tacite

Tacite
Les Annales de Tacite ouvrent sur la fin du règne d'Auguste et la prise de pouvoir de Tibère. Pour l'historien romain, le règne d'Auguste marquait la fin des moeurs républicaines et il se fait fort de le faire comprendre dans ce passage. En aboli

Politique et administration intérieure sous Auguste

Camille Jullian
Deuxième partie de la biographie d'Auguste publiée dans la Grande Encyclopédie (1885-1902). CONSTITION D'AUGUSTE: Suppression des pouvoirs extraordinaires accordés aux triumvirs. — La restituta res Republica: la rénovation de l'État rép

Politique militaire et administration des provinces sous Auguste

Camille Jullian
Troisième partie de la biographie d'Auguste de Camille Jullian publiée dans la Grande Encyclopédie (1885-1902): Réforme de l'armée romaine. — Création de nouveaux corps: cohortes urbaines et cohortes vigiles. — Restauration de la di

Portrait de l'homme

Camille Jullian
Quatrième et dernière partie de la biographie d'Auguste publiée dans La Grande Encyclopédie (1885-1902). Un homme froid et calculateur. Les moeurs de l'empereur. Drame familial: exil de ses enfants, ses «troies plaies et ses trois cancers». 



Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ