Asclépiade incarnate

Plante vivace, TIGE glabre, ramifiée, charnue, FEUILLES opposées, lancéolées ou oblongues-lancéolées, profondément nervurées, INFLORESCENCE en ombelles, FLEUR à cinq sépales rouges ou pourpre très ouverts, et cinq pétales roses pâle très courts.
Odeur très délicate.

Fleurit en été, à peu près en même temps que l'Asclépiade commune. Forme de très petites colonies à proximité des cours d'eau.

La fleur est plus petite et plus délicate que celle de l'Asclépiade commune.

Cette plante est considérée toxique pour le bétail.

Les amérindiens l'ont utilisée comme plante textile.

Usage médicinal:

Les principes actifs se trouvent dans la racine, qui n'a pas l'odeur des fleurs mais possède en revanche un goût prononcé, d'abord sucré puis amer.

On l'a utilisée notament contre des affections rhumatismale, asthmatique, catarrhale, et syphilitique. Elle peut aussi servir de vermifuge

Essentiel

«Auprès de cette grotte sombre
Où l'on respire un air si doux,
L'onde lutte avec les cailloux,
Et la lumière avecque l'ombre.

(...)

C'est un des miroirs où le Faune
Vient voir si son teint cramoisi,
Depuis que l'amour l'a saisi,
Ne serait point devenu jaune.

L'ombre de cette fleur vermeille
Et celle de ces joncs pendants
Paraissent être là dedans
Les songes de l'eau qui sommeille.»

Tristant l'Hermite, Le promenoir des deux amants
(voir le poème entier en document associé)

Essentiel

«Auprès de cette grotte sombre
Où l'on respire un air si doux,
L'onde lutte avec les cailloux,
Et la lumière avecque l'ombre.

(...)

C'est un des miroirs où le Faune
Vient voir si son teint cramoisi,
Depuis que l'amour l'a saisi,
Ne serait point devenu jaune.

L'ombre de cette fleur vermeille
Et celle de ces joncs pendants
Paraissent être là dedans
Les songes de l'eau qui sommeille.»

Tristant l'Hermite, Le promenoir des deux amants
(voir le poème entier en document associé)

Articles


Le promenoir des deux amants

Tristan L'Hermite

Dossiers connexes




Nos suggestions