Animal

Jacques Dufresne

«À propos de l’animal, les opinions des contemporains sont partagées en deux camps: pour les uns ils sont des machines, objets à la disposition des hommes; pour les autres, ce sont des êtres vivants sensibles, sujets à la souffrance.»1

Quand on dit que les bêtes souffrent, il faut toutefois comprendre qu’elles ont quelque conscience de cette souffrance et qu’à leur douleur purement physique s’ajoute une douleur morale d’autant plus vive que leur sort leur paraît moins justifié. Une souffrance qui ne s'accompagnerait ni de conscience ni d'un sentiment, au moins diffus d’injustice, ne serait rien d’autre qu’un bris de la machine et les cartésiens auraient alors raison de dire que le cri de la bête torturée n’est que le bruit que font en elle les ressorts brisés.
Les animaux auraient-ils donc une âme? Chez les êtres humains, l’âme est à la fois principe vital, principe intellectuel et un principe spirituel, source de la sensibilité au bien et au mal, «bête divine» disait Nietzsche. Il est devenu difficile de définir le principe vital tant la science l’a fait régresser vers la matière, rejetant au passage l’animisme et le vitalisme. Le principe intellectuel semble absent de bien des êtres humains souffrant de déficiences graves sur ce plan. L'étincelle spirituelle continue toutefois de brûler au fond de toutes les souffrances et de briller au fond de toutes les joies, chez tous les êtres humains, de même que chez les animaux à un degré moindre et chez les plantes à un degré encore moindre. Si l'on refuse de prêter aux animaux une sensibilité au bien et au mal, peut-être pourrait-on reconnaître qu'ils sont sensibles à ce qui leur fait du bien ou du mal, sans avoir au même degré que l'être humain la capacité intellectuelle de remonter jusqu'aux idées de bien et de mal. Les scolastiques, saint Thomas en tête, à défaut d'attribuer aux animaux une âme intellective et immortelle, qui aurait accru les obligations de l'homme à leur endroit, leur reconnaissait une âme sensitive et par suite une faculté, l'estimative, leur permettant de se rendre compte qu'une chose est bonne ou mauvaise pour eux.
Après les scolastiques, après Descartes, après Kant, pour qui l'animal n'est qu'un moyen, le philosophe anglais Jeremy Bentham renversa la perspective en ces termes: «The question is not, can they reason? or can they talk, but can they suffer?» Puisqu'ils peuvent souffrir, il va de soi, poursuit Bentham, qu'on leur reconnaisse des droits. Nous sommes en 1780.
La question des rapports entre les hommes et les animaux est incontestablement l'un des point faibles de la tradition chrétienne. Dans la préface à un livre sur les animaux, paru en 1986, le philosophe catholique Gustave Thibon reconnaît qu'à «quelques exceptions près, la morale religieuse a laissé dans l'ombre cette question qui touche pourtant de si près au mystère de la création et de la rédemption.»2 Il cite ensuite ce vers de Hugo: Les bêtes dont les âmes de rêve et de stupeur sont faites... «Il est évident, poursuit Thibon, que nous avons abusé de cette stupeur pour transformer ce rêve en cauchemar. Abus de pouvoir d'autant plus révoltant qu'il est facile et exempt de risques, l'inconscience des bêtes, cette inconscience qui est aussi innocence, les livrant sans recours aux plus cruelles entreprises des hommes. Nous n'avons pas créé l'animal. Il fait partie comme nous de la création animée, il sent et il souffre comme nous, et la conscience de cette solidarité cosmique nous dicte le devoir de respecter sa nature et de ne pas lui infliger des souffrances inutiles ou d'une utilité incertaine.»3

1. GEORGE CHAPOUTHIER, Le statut de l'animal: ni homme ni objet, dans la revue Pour la science, no 271, mai 2000.
2. JEAN GAILLARD, Les animaux, nos humbles frères, Paris, Fayard, 1986.
3. idem
(J.D)

Si l’animal n’est pas une machine, s’il a une âme, une grande partie de l’agriculture productiviste, celle que les anglo-saxons appellent le factory farming,est condamnée et les expériences de laboratoire sur les animaux sont extrêmement difficiles à justifier, avec toutes les conséquences pratiques que cela entraînerait. Il se pourrait par contre que les rapports des êtres humains entre eux en soient adoucis, s’il est vrai, comme tant d’historiens et d’anthropologues l’ont affirmé, que c’est la domination de l’homme sur les animaux qui a servi de modèle et de prélude à la domination de l’homme sur ses semblables. 1
«L'homme s'empara de quelques espèces pour les asservir et les élever à son profit. De ce jour le monde animal fut divisé en deux parties: les esclaves et les ennemis. Les esclaves, ce furent par exemple, le mouton, le cheval, le porc, ainsi que le chien, à la fois serviteur de l'homme et garde-chiourme des animaux domestiques. Mais déjà cet asservissement des bêtes se retournait contre l'homme. L'esclavage, le despotisme s'introduisirent dans la société humaine sous la forme qu'on avait imaginée pour les bêtes. Le despote se mit à gouverner les troupeaux d'êtres humains de la même façon que le berger gouvernait les troupeaux de boeufs et de moutons».
1- HENRI F. ELLENBERGER, Étude en hommage à Roger Mucchielli, Paris, Éditions E.S.S., 1984, p. 59. (J.D)

Essentiel

De passage à Turin, Nietzsche s'est indigné contre un cocher en train de frapper son cheval à coup de cravache. Il s'est ensuite jeté au cou de la bête en pleurant. Cet événement a inspiré le commentaire suivant au romancier Milan Kundera: «La vraie bonté de l'homme ne peut se manifester en toute liberté et en toute pureté qu'à l'égard de ceux qui ne représentent aucune force. Le véritable test moral de l'humanité (le plus radical, qui se situe à un niveau tel qu'il échappe à notre regard), ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci: les animaux. Et c'est ici que s'est produite la plus grande déroute de l'homme, débâcle fondamentale dont toutes les autres découlent.»
MILAN KUNDERA, L'insoutenable légèreté de l'être, Paris, Gallimard, 1984, p. 265) (J.D)

Essentiel

De passage à Turin, Nietzsche s'est indigné contre un cocher en train de frapper son cheval à coup de cravache. Il s'est ensuite jeté au cou de la bête en pleurant. Cet événement a inspiré le commentaire suivant au romancier Milan Kundera: «La vraie bonté de l'homme ne peut se manifester en toute liberté et en toute pureté qu'à l'égard de ceux qui ne représentent aucune force. Le véritable test moral de l'humanité (le plus radical, qui se situe à un niveau tel qu'il échappe à notre regard), ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci: les animaux. Et c'est ici que s'est produite la plus grande déroute de l'homme, débâcle fondamentale dont toutes les autres découlent.»
MILAN KUNDERA, L'insoutenable légèreté de l'être, Paris, Gallimard, 1984, p. 265) (J.D)

Articles


Animaux d'Amérique

François-René de Chateaubriand
Chateaubriand n'est pas Buffon. Si ses descriptions des animaux d'Amérique ne sont pas dignes de figurer dans les grands traités de zoologie, les légendes amérindiennes auxquelles il fait souvent allusion sont fort intéressantes.

L'animal dans l'univers

Rina Lasnier
On a pris l'habitude de faire naître la vie de la matière inanimée. Voici la vision opposée: gravité des étoiles écartées du destin du sang, mal-aimées recluses aux étages lactés.

L'homme et l'animal

Thierry Gontier
Si l'animal est une machine, alors l'homme est-il lui-même autre chose? Ne peut-on pas réduire les actions du vivant à une simple mécanique complexe? Les enjeux sont aujourd'hui plus importants que jamais car, si l'homme est une mécanique comple

Attitudes devant l'animal

Jacques Dufresne
Certains indices, comme la puissance des organismes de défense des animaux, nous incitent à penser que le début du troisième millénaire sera marqué par une transformation profonde du rapport des hommes avec les animaux; d'autres indices, tel le

La grande peur

Josette Lanteigne
Faut-il craindre la maladie ou apprendre à vivre avec? Publié dans le magazine L'Agora, vol 8, no 3, juin-juillet 2001.

Le plaisir de manger les animaux

Claude Gagnon
Ce texte tend à démontrer que la préoccupation pour le sort des animaux ne date pas d'hier, même si on hésite encore à considérer leur souffrance comme évitable.

Les souris et le chat-huant

Jean De La Fontaine
Fin connaisseur de l'homme et de l'animal, de l'animal par l'homme et de l'homme par l'animal, La Fontaine ne pouvait que s'indigner devant la théorie cartésienne de l'animal-machine.

Les technologies et la vie

Line Mc Murray
Ces animaux et cet être humain que nous connaissons si peu. « Pis encore, les anthopologues soutiennent que l’être humain a été domestiqué par le chien. Eh oui ! Que lorsqu’il ne restait de toute la généologie humaine sur terre que l’ho

L’homme sans animaux

Pierre-Jean Dessertine
Nous, humains, avons toujours vécu dans la proximité des animaux. Aujourd’hui nous ne faisons plus très attention aux animaux car nous sommes très occupés par les objets. Peut-être n’avons-nous m&e

Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ