Nous mourrons tous dans la soixantaine

Jacques Dufresne

Cet article a d'abord paru dans Le Devoir du 16 avril 2015

Nous mourrons tous dans la soixantaine si nous cessons de consommer des médicaments antihypertenseurs et anticholestérol. C’est le pronostic que Claude Lafleur attribue au docteur Rémi Quirion dans un article intitulé Le scientifique en chef en appelle aux chercheurs, paru dans Le Devoir du 11 avril 2015.

Claude Lafleur attribue aussi à Rémi Quirion ces propos sur la tuberculose : « Une maladie infectieuse contagieuse qui semait la terreur chaque fois qu’une personne, souvent jeune, développait une infection pulmonaire — la fameuse crainte de se retrouver en sanatorium ! Combien de destins bouleversés pour des jeunes cloués au lit pendant des mois, voire des années. Il a fallu des décennies d’intenses recherches pour finalement concevoir des vaccins et des antibiotiques efficaces pour la contrer, dans les années 1950.»


Vraiment? René Dubos n’a-t-il pas démontré vers 1950 que la médecine, la streptomycine en particulier, n’avait eu qu’une influence négligeable sur la courbe du déclin de la tuberculose.1 En Occident, cette maladie mourait de sa belle mort depuis cent ans. Cette découverte marqua le début de cette critique de la médecine que vous réduisez à des croyances, mot qui dans le contexte québécois actuel est une allusion à une certaine secte de la région de Joliette.

L’OMS fait sans doute partie de cette secte puisque dans un rapport qu’elle a publié en 1997, elle présente la «confiance exagérée dans le BCG (vaccin), comme l’une des causes de l’échec de la lutte contre la tuberculose. 2

Monsieur le scientifique en chef ignorerait-il par hasard que les maladies ont une histoire, largement indépendante de l’effet de la médecine sur elle? Dans un article paru dans la New-York Review of Books du 9 novembre 1978, Richard C Lewontin, après avoir repris à son compte la thèse de Dubos sur la tuberculose, n’hésite pas à écrire :« L’histoire de la tuberculose c’est celle de la plupart des maladies les plus mortelles du XIXème siècle. La coqueluche, la fièvre scarlatine, la rougeole, toutes avec un taux de mortalité de 1000 par un million d’enfants, ont connu un déclin constant, sans qu’on ait observé le moindre effet de la découverte d’un agent causal , d’une immunisation ou d’une chimiothérapie. La seule exception fut la diphtérie, dont le déclin a commencé en 1900 suite au recours à l’anti-toxin. Elle fut éradiquée aux États-Unis 5 ans après le lancement de la campagne d’immunisation»3

Je n’en conclurai pas que le vaccin contre la rougeole est inutile. Je ne fais pas ici un plaidoyer contre la vaccination, mais pour la science.
Revenons à la mort dans la soixantaine: «enlevez les antihypertenseurs et les anticholestérols et on va tous recommencer à mourir dans la soixantaine ! »

Le ton de la boutade ici n’excuse rien. C’est là, et je pèse mes mots, un recours à la rhétorique de la peur aussi grossier que faux Les ignorants dont je suis, qu’avec condescendance vous voulez initier à la science, vous demandent en chœur, monsieur le scientifique en chef, de citer vos sources sur la question de la mort dans la soixantaine. Autre question : Quel cas faites-vous du consensus parmi vos collègues selon lequel on n’a jamais démontré que les statines (anticholestérol) ont un effet tangible sur le taux de mortalité? Vous devez savoir aussi que cette démonstration est également à faire pour tes antihypertenseurs dans l’hypertension bénigne.

Vous voulez organiser un forum pour expliquer à «monsieur et madame Tout- le-monde» comment fonctionne la science médicale. Vous présiderez sans doute ce débat? Si vous devez le faire dans l’esprit des propos rapportés par Claude Lafleur, je vous conseille de vous refugier dans le silence et de faire appel aux lumières d’Émilie Corriveau. Elle signe dans le même Devoir du 11 avril un article sur le VPH beaucoup plus scientifique que vos propos.

Je réclame un forum sur un autre sujet : la vraie prévention de la mortalité prématurée passe d’abord par le statut économique, éducationnel, environnemental, occupationnel et social, suivi du mode de vie qui en dépend largement, et non pas de pilules dites préventives prescrites ‘à vie’ à des bien portants pour le grand bonheur des actionnaires des mondiales du médicament. On sait que le Big Pharma influence indûment – pour être poli - une bonne partie de la réglementation du médicament, de la formation des médecins, de la recherche clinique, des institutions médicales, des revues savantes et de la conception de la santé et, en conséquence, du savoir médical et pharmaceutique.4

 

Notes

1- René Dubos et Jean-Paul Escande, Quest, Harcourt Brace Jovanovitch, New-York, 1979, p. 38
2- http://whqlibdoc.who.int/hq/1997/WHO_TB_97.220_fre.pdf
3- http://www.nybooks.com/articles/archives/1979/jan/25/death-of-tb/
4- http://encyclopedie.homovivens.org/Dossiers/medicalisation




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ