Michael Gove et les experts – une mise au point

Stéphane Stapinsky

Pauvre Michael Gove! Le ministre conservateur et l’un des chefs de file du camp du Brexit n’aurait sans doute jamais pensé faire un jour partie du dictionnaire des citations historiques…

Je dis « pauvre Michael Gove », même si je ne me sens pas beaucoup d’affinités avec ce politicien anglais ultralibéral sur le plan économique et de tendance néo-conservatrice en politique étrangère. Mais l’honnêteté doit tout de même reprendre ses droits.

La fameuse phrase qu’on lui attribue (« I think people in this country have had enough of experts” – « Je pense que les habitants de ce pays en ont assez des experts. »), prononcée lors d'une entrevue télévisée sur Sky News, est en vérité une citation tronquée. Lorsqu’on la lit telle qu’elle a été reprise ad nauseam dans les journaux, les revues, à la télé, sur les réseaux sociaux, les blogues, dans sa version tronquée, elle semble avoir une portée très générale. Pour Gove, les Anglais en aurait marre des experts quels qu’ils soient, qui leur disent quoi faire, qui leur empoisonnent la vie. 

 

En vérité, la portée de ce commentaire était bien plus limitée. Voici la transcription exacte du passage incriminé. La deuxième partie de la phrase est, il est vrai, peu audible, car Gove est en face d’un intervieweur hostile, qui manifeste beaucoup d’agressivité et lui coupe fréquemment la parole. Voici la transcription exacte : « I think people in this country have had enough of experts of organizations with acronyms saying they know what is best and getting it consistently wrong, because these people are the same ones who got consistently wrong what has been happening.” La référence aux organisations connues par leurs acronymes (FMI, OCDE, BCE, etc.) et le contexte de l’entretien montre qu’il fait référence à la crise de 2008 et à celle de l’euro. Il ne s’agit donc pas d’un remise en question de toute expertise.

Cette phrase (tronquée) de Gove fut tordue dans tous les sens. Certains ont demandé au ministre s’il refuserait dorénavant d’aller consulter un médecin s’il était malade. Des physiciens, des médecins, des sociologues, se sont vus remis en question par les propos du leader du camp du « Remain » et ont protesté. Gove fut vilipendé, on le traita d’obscurantiste, de populiste, de démagogue, on lui demanda s’il envisageait bientôt de faire des autodafés. Que de mots pour ce qui n’était, en vérité, qu’une simple critique du travail des experts dans un contexte bien précis.

A quelques jours du vote, Gove revenait sur ces propos dans le cadre d’une entrevue à BBC Radio 4. Il est très clair sur le sens de ses propos antérieurs :

« Monsieur Robinson (l’intervieweur) demande alors : « Fait-il partie de ces experts dont vous avez dit que nous ne devions pas tenir compte car vous semblez pensez que nous devrions ignorer ce que disent tous les experts. »

Monsieur Gove lui répond : “Je n’ai jamais dit que nous devions rejeter ce que disent TOUS les experts. J’ai dit précisément, et cela s’applique...”

Mais monsieur Robinson intervient alors et ajoute : "’’Nous avons assez entendu les experts”, était votre propos. »

Ce à quoi monsieur Gove a répliqué : “Ce n’est là que la moitié de ce que j’ai dit. En vérité, la phrase complète était la suivante : “Nous en avons assez des experts des organisations désignées par des acronymes qui ont échoué dans le dossier de la monnaie unique européenne.’’ (‘’We’ve had enough of experts from organisations with acronyms that got the single currency wrong.")

A ce jour, je n’ai pas trouvé de commentateur ni d’analyste qui rende justice aux propos exacts de Gove. On s’en tient toujours à la version initiale de la phrase (« I think people in this country have had enough of experts”), qui autorise tout un chacun à faire de grandes tirades sur le populisme, l’anti-intellectualisme et l’obscurantisme des leaders du camp pro-Brexit.

Certains diront que le ministre Gove aura fait preuve de cynisme en prononçant ces mots. Il devait assurément s'attendre à ce que certains en étendent la portée à la question de l'expertise en général,et que cela donnerait des munitions aux partisans d'un anti-intellectualisme primaire. C'est bien possible, car tout est possible en politique. Le présent article n'a cependant pas la prétention de trancher sur cette question. Et ceux qui voudront faire son procès devront s'appuyer sur autre chose que cette citation incomplète. 


Transcription d’extraits de l’entrevue de Michael Gove à BBC Radio 4

« Earlier in the EU referendum campaign, Mr Gove said that voters had "had enough of experts".

Mr Robinson asked Mr Gove on BBC Radio 4's Today programme how he felt about the warning from billionaire currency trader George Soros that a vote to Leave the EU would trigger a plunge in the value of the pound greater than Black Wednesday.

Mr Gove began his answer by stating that Mr Soros "is an advocate of the single currency" and an "advocate of greater European integration", having previously said that "the single currency would be a good thing for Europe and an anchor of stability".
Mr Robinson then asked: "Is he one of those experts that you say we should simply ignore because apparently you think we should ignore all experts these days?"

Mr Gove replied: "I have never said that we should ignore all experts. I specifically said, and this applies..."

But Mr Robinson then intervened and said: "'We've heard enough from experts' was your line."

To which Mr Gove replied: "That was half of the line. Actually, the full line was we've had enough of experts from organisations with acronyms that got the single currency wrong."

Mr Robinson then said: "You sound like a man though who says that when I'm ill, let's not go and rush and see a doctor - they are an expert - perish me no. What we ought to do instead, is pop down the pub and take a survey of opinion."

Mr Gove replied: "If economic forecasters were as reliable as doctors or airline pilots, then everyone would be a billionaire.

"The truth is that economic forecasters like George Soros have got things wrong in the past."

Source : Gove and Robinson clash over 'expert opinions', The Belfast Telegraph, 21 juin 2016
http://www.belfasttelegraph.co.uk/business/news/gove-and-robinson-clash-over-expert-opinions-34819553.html

À lire également du même auteur

Le temps homogénéisé
Qu’en est-il du temps libre aujourd’hui? Alors que dans les années 1960 et 1970,

Une sous-famille au sein des « radicalités convergentes » : le postlibéralisme (Blue Labour-Red Tories)
Le mot conservateur reviendra souvent dans ce texte. Même dans une expression comme conservateur de

Hors du Réseau point de salut
Quand la lutte contre le terrorisme sert de prétexte pour  inculper les objecteurs de co




Nos suggestions