Beaucoup de science...

Jacques Dufresne

À propos de Darwin, le hasard et Dieu,par le professeur Michel Delsol. Qu'importe que les animaux aient en partage une partie des dons autrefois associés, en exclusivité, à l'âme immortelle de l'homme, si cet homme conserve, seul parmi la multitude des espèces animales, le don de dominer ses sécrétions hormonales.

 

Beaucoup de science...
À propos de Darwin, du hasard et de Dieu, par le professeur Michel Delsol


Jacques Dufresne

«Devant l'homme souverain, Dieu pas à pas se retirant (en lui-même).» Je me permets d’ajouter cette parenthèse à ce mot du poète provençal Frédéric Mistral. C'est le meilleur résumé que je puisse faire du livre de Michel Delsol. Chaque progrès qu'accomplit la science enlève du visage de Dieu un masque qui était la projection sur lui de l'ignorance et de l'impuissance de l'homme. Si la science fait de Dieu une hypothèse inutile pour expliquer les phénomènes, elle révèle aussi son vrai visage. Si l'homme peut prévoir les ouragans, c'est la preuve que Dieu a créé le monde en lui donnant assez d'autonomie pour se dispenser d'intervenir lui-même dans la chaîne des causes secondes.

Michel Delsol est un éminent biologiste, spécialiste des batraciens dans la première partie de sa carrière, qui a toujours été préoccupé par les questions ultimes, ce qui l'a rendu humble, capable de dialoguer avec les philosophes et les théologiens sans faire peser sur eux le prestige de la science. Il a toujours eu pour la recherche du pourquoi un intérêt tel qu'il a obtenu un doctorat en philosophie. Il détient donc deux titres de docteur. S'il n'a pas de doctorat en théologie, il a, en tant que catholique éclairé, un sens aigu de la dignité de cette discipline.

Savant, philosophe et catholique! Comment vivre en harmonie avec soi-même dans de telles conditions? C'est à cette question qu'il répond dans son livre, non pas en dialoguant savamment avec ses collègues, mais en laissant une synthèse unique, la sienne, en héritage à ses enfants et à tous ceux qui, dans l'avenir, attacheront de l'importance au siècle passé, lui-même bien ingrat à l'égard du passé! Ingratitude à laquelle a échappé Michel Delsol et ce n'est pas là le moindre de ses mérites.

Quand je l'ai connu à Lyon, au début de la décennie 1960, il m'a donné l'occasion de rencontrer l'un de ses maîtres, Jean Rostand; il aussi attiré mon attention sur un autre de ses maîtres, Pierre-Paul Grassé. Je devais plus tard découvrir dans ce second maître, le plus brillant critique, avec Arthur Koestler, du darwinisme, ancien et nouveau. D'où chez moi un certain étonnement à la lecture du livre de Delsol, Darwin, le hasard et Dieu,un livre qui donne raison au célèbre biologiste anglais et à ses disciples contemporains.

La brève passion sans lendemain qui m'a permis, il y a vingt ans, d’étudier la question de l'évolution ne m'autorise pas à me prononcer aujourd'hui sur ce sujet toujours délicat et de plus en plus complexe. Je ferai mienne, pour les fins de cet article, l'opinion de Michel Delsol qui lui-même rejoint l'ensemble de ses collègues: « Les spécialistes des théories explicatives de l'évolution admettent presque tous les idées de Darwin. Il y a seulement des variantes à l'intérieur du système darwinien.1» Au demeurant, ce n'est pas sa position sur l'évolution qui m'apparaît comme la chose plus importante dans son livre, c'est l'ensemble des concessions qu'il fait à la science et à son réductionnisme, sans pour autant s'éloigner de Dieu, en s'en rapprochant au contraire.

L'intelligence se réduit au cerveau, proclame le prix Nobel Edelman, que cite Michel Delsol. Gloire au Dieu qui, dans l'éclosion primordiale, trop souvent confondue avec l'explosion du Big Bang, a enfermé assez de possibles pour que l'intelligence humaine semble à certains savants être l'oeuvre du cerveau. Quand la matière atteint un tel degré de perfection, est-elle encore la matière? Et qu'est-ce que la matière? La glaise informe de la tradition ou une forme si complexe, imprégnant si totalement la glaise, qu'on les confond l'une et l'autre?

«La matière vivante n'est que la chimie.» Cette idée revient à plusieurs endroits dans le livre de Delsol. Dans le même esprit, il se plaît à souligner la ressemblance entre l'homme et l'animal, ce qui donne au lecteur l'occasion d'apprendre des choses fort intéressantes, par exemple, sur la mémoire de ces deux chimpanzés qui, après une séparation de cinq ans, se retrouvent avec un luxe de marques d'affection qui donnent à réfléchir sur la mémoire et la fidélité des humains.

Mais de même que la cendre prouve l'existence de la flamme encore plus qu'elle ne prouve la non-existence de l'arbre brûlé, de même la réduction partielle de l'homme à l'animal ajoute plus d'intelligence à Dieu qu'elle n'enlève de dignité à l'homme. Qu'importe que les animaux aient en partage une partie des dons autrefois associés, en exclusivité, à l'âme immortelle de l'homme, si cet homme conserve, seul parmi la multitude des espèces animales, le don de dominer ses secrétions hormonales. «Ce que j'ai fait, aucun animal ne l'aurait fait », disait Guillaumet à la fin du récit d'une aventure où il avait dû surmonter les pires souffrances. Michel Delsol reprend la même thèse en termes plus savants: «L'intelligence humaine, faisant suite directement à l'intelligence primitive du singe, est capable de dominer ses sécrétions hormonales et ses passions.»2

Cette capacité de s'exposer, entre autres, à la mort par principe est l'une des preuves de cette liberté qui habite même celui qui la nie, puisqu'il s'appuie sur elle pour la nier. Ce qui vaut au lecteur la plus belle page du livre de Michel Delsol:

«On pourrait rêver d’un monde où tout serait pour le mieux. Dans cet univers, celui qui a envie d’envoyer un coup de poing a un voisin qui l`a injurié sentirait, au moment de l'acte, les muscles de son bras s’arrêter et sa bouche marquer un sourire aimable. ll pourrait même ne pas exister d’injures. Dans cet univers, le blé pourrait pousser toujours seul, planté par les oiseaux, et la pluie tomberait sur le champ exactement au niveau où elle doit tomber. Ne voit-on pas que dans cet univers les hommes ne seraient plus que des marionnettes gouvernées par un déterminisme total ? Il n’y aurait plus de malheur, mais plus aucune trace de liberté humaine. Chacun exécuterait seulement des actes que depuis toujours il aurait été destiné à faire, tel jour, à telle heure, à tel endroit. Pour que le monde soit un monde parfait. il faudrait que tout soit déterminé. On peut se demander ce que préféreraient vivre des êtres humains qui auraient le choix entre ces deux situations possibles: l'état de marionnettes ou le libre-arbitre.»3

En associant ainsi la liberté au malheur, Michel Delsol s'élève au niveau de l'inspiration de Simone Weil: «L'inflexible nécessité, la misère,la détresse, le poids écrasant du besoin et du travail qui épuise, la cruauté, les tortures, la mort violente, la contrainte, la terreur, les maladies, tout cela c'est l'amour divin. C'est Dieu qui par amour se retire de nous afin que nous puissions l'aimer. Car si nous étions exposés au rayonnement direct de son amour, sans la protection de l'espace, du temps et de la matière, nous serions évaporés comme l'eau au soleil.»4

En préférant le libre-arbitre, Michel Delsol rejoint Gustave Thibon, celui qui a révélé Simone Weil au monde. Dans un dialogue philosophique futuriste, en forme de pièce de théâtre, intitulé Vous serez comme des dieux, Thibon nous présente une humanité où la science a si bien tenu ses promesses qu'elle a triomphé à la fois de la mort et du malheur. L'héroïne de la pièce, Amanda, a le courage de rompre le consensus en marquant sa préférence pour la mort, le malheur et le libre-arbitre, plutôt que pour le destin de marionnettes dans le paradis sur terre où tout est soumis à un déterminisme dirigé par les maîtres humains de ce jeu divin. «Ah! Cette mort que nos pères redoutaient comme un châtiment inévitable et que j'implore comme une récompense impossible.»5

Le livre de Michel Delsol se termine par le même appel vers un Dieu dépouillé de la fausse puissance que l'homme dans son ignorance lui attribuait à défaut de la posséder lui-même. Du Dieu des armées, on passe ainsi au Dieu désarmé, selon les mots de Thibon. Selon la thèse de Michel Delsol, on passe d'un Dieu interventionniste - guère plus intelligent que les hommes - à un Dieu magnanime ayant laissé à sa création assez d'autonomie pour exposer les hommes à la tentation de croire que le plus est sorti du moins, que c'est la matière qui a engendré cette intelligence humaine capable de la comprendre. Le livre de Michel Delsol est une résistance exemplaire à cette tentation. Le mot de Pascal s'impose : «Peu de science éloigne de Dieu, beaucoup de science en rapproche.»

NOTES
1.Michel Delsol, Darwin, le hasard et Dieu, Paris, Vrin, 2007, p.122.
2.Ibid., p 87.
3.Ibid., p.115.
4.Simone Weil, La pesanteur et la grâce, Paris, Plon, 1948, p.37.
5.Gustave Thibon, Vous serez comme des dieux, Paris, Fayard, 1959, p.131.

Voir aussi l'article de Michel Delsol dans le dossier «Hasard et déterminisme» de la revue Laval théologique et philosophique (sous la direction du philosophe Thomas De Koninck) vol.61, no.3, octobre 2005: «Le hasard dans la nature et son "sel" épistémologique dans les phylogenèses de l'évolution biologique».

Autres articles associés à ce dossier

Science, bon sens, complotisme et science critique. En compagnie de Pierre Biron.

Jacques Dufresne

Science sans critique est ruine de la raison. Science sans bon sens est ruine du sens « Science sans conscience n’est que ruine de l&rsq

La science victime d’elle-même : en marge de la manifestation mondiale de Stop 5G du 26 septembre 2020

Jacques Dufresne

Science trop bavarde est ruine de l’âme, dirons-nous pour paraphraser Rabelais.

Pitié pour la science

Depuis toujours et aujourd’hui plus que jamais, les amis de la science regrettent de la voir confondue avec l’opinion du premier venu, mai

Quand la science fait la une

Jean Hamann

Les universitaires ont leur mot à dire pour contrer le sensationnalisme des médias sur les questions scientifiques. Article publié dans le magazine

La tragédie de la science

William Alfred Fowler

Le sens de l'humour de l'homme de science à son meilleur.

La science nous trompe-t-elle?

Andrée Mathieu

Trois métaphores, celles du stréréoscope, du grand angulaire et de la chaîne d'arpenteur, nous aident à acqu&eac

La foi dans la science

Charles Lichtenhaeler

La foi du charbonnier ou celle de l'homme de science? L'espoir en une transcendance est le même, qu'il se rencontre chez le philosophe, le théologie

La culture scientifique des Québécois

Conseil de la science et de la technologie

Cette enquête est une réalisation du Conseil de la science et de la technologie, dans le cadre de son Plan stratégique 2001-2004, qui devait prendr

L'homme et le monde

Werner Heisenberg

La technique rend l'homme étranger à lui-même dans le moment même où elle le prend pour «la mesure de toutes choses» (Protagoras).

L'apport des sciences humaines

Jacques Dufresne

Le regard de l'anthropologue n'est-il pas comparable à celui du primitif? Il voit des choses bizarres là où on est en pleine normalité.

De la science

Jean le Rond d'Alembert

Extrait du Discours préliminaire de L'Encyclopédie dans lequel D'Alembert présente les grands principes qui ont présidé à l'organisation et à l

À lire également du même auteur

Journal de l’été 2021. 2) Rapport du GIEC et Jeux olympiques
Le dernier rapport du GIEC sur les changements climatiques, plus alarmiste encore que les pré

Science, bon sens, complotisme et science critique. En compagnie de Pierre Biron.
Science sans critique est ruine de la raison. Science sans bon sens est ruine du sens « Scie

La philosophie aujourd’hui, par Marco Jean
Philosopher aujourd’hui pour retrouver la valeur intrinsèque des choses par-delà

Journal de l’été 2021. 5) L’ Afghanistan des talibans
La leçon sur les imprévus de l’histoire qu’on peut en tirer

Journal de l’été 2021. 3) Autochtones : droits, obligations et contributions.
À la recherche d’un équilibre entre la question des droits et celle des responsa

La pierre de Satan, par Mario Pelletier
Ce grand livre, aussi français et américain que québécois, et même

Journal de l'été 2021. 4) Covid 19, 20,21… Écologie, ploutocentrisme, anthropocentrisme
Comment rendre la maison commune dont rêvent les écologistes compatible avec le d&rsquo




Nos suggestions