L’ordre inverse de la science et de la nature

André Lalande

Car le propre de la science est justement de marcher dans un ordre inverse de celui de la nature. La nature est continue, la science discontinue; la nature évolutionniste, et tendant toujours à la différenciation, la science généralisatrice et par conséquent tendant à l’identité. La pensée humaine n’existe qu’en divisant la nature. Supprimer cette division, qui mutile évidemment l’objet connu, c’est donc faire évanouir la pensée juste dans la mesure où l’on revient ainsi à l’intégralité de ce qui est la matière de la connaissance. Travailler à la restituer tout entière, avec son plein caractère individuel et total, c’est rendre la connaissance par degrés de plus en plus insaisissable et vague; à la limite, c’est la faire disparaître en tant que connaissance pour poser purement et simplement la chose dans ce qu’elle a d’infini, d’exclusivement propre à soi et par conséquent de radicalement inintelligible. Tel est l’être dont Gorgias disait avec raison qu’on ne pouvait ni le penser, à supposer qu’il fût, ni l’exprimer, à supposer qu’on le pensât.

Autres articles associés à ce dossier

Science, bon sens, complotisme et science critique. En compagnie de Pierre Biron.

Jacques Dufresne

Science sans critique est ruine de la raison. Science sans bon sens est ruine du sens « Science sans conscience n’est que ruine de l&rsq

La science victime d’elle-même : en marge de la manifestation mondiale de Stop 5G du 26 septembre 2020

Jacques Dufresne

Science trop bavarde est ruine de l’âme, dirons-nous pour paraphraser Rabelais.

Pitié pour la science

Depuis toujours et aujourd’hui plus que jamais, les amis de la science regrettent de la voir confondue avec l’opinion du premier venu, mai

Quand la science fait la une

Jean Hamann

Les universitaires ont leur mot à dire pour contrer le sensationnalisme des médias sur les questions scientifiques. Article publié dans le magazine

La tragédie de la science

William Alfred Fowler

Le sens de l'humour de l'homme de science à son meilleur.

La science nous trompe-t-elle?

Andrée Mathieu

Trois métaphores, celles du stréréoscope, du grand angulaire et de la chaîne d'arpenteur, nous aident à acqu&eac

La foi dans la science

Charles Lichtenhaeler

La foi du charbonnier ou celle de l'homme de science? L'espoir en une transcendance est le même, qu'il se rencontre chez le philosophe, le théologie

La culture scientifique des Québécois

Conseil de la science et de la technologie

Cette enquête est une réalisation du Conseil de la science et de la technologie, dans le cadre de son Plan stratégique 2001-2004, qui devait prendr

L'homme et le monde

Werner Heisenberg

La technique rend l'homme étranger à lui-même dans le moment même où elle le prend pour «la mesure de toutes choses» (Protagoras).

L'apport des sciences humaines

Jacques Dufresne

Le regard de l'anthropologue n'est-il pas comparable à celui du primitif? Il voit des choses bizarres là où on est en pleine normalité.

De la science

Jean le Rond d'Alembert

Extrait du Discours préliminaire de L'Encyclopédie dans lequel D'Alembert présente les grands principes qui ont présidé à l'organisation et à l

Beaucoup de science...

Jacques Dufresne

À propos de Darwin, le hasard et Dieu,par le professeur Michel Delsol. Qu'importe que les animaux aient en partage une partie des dons autrefois ass

À lire également du même auteur

Le langage philosophique et l’unité de la philosophie (incipit)
Dans ce texte, l’auteur défend la nécessité de s’entendre entre philosophes sur le sens des m




En marge de la Conférence de Glasgow