Hélas! le crime paie

Jacques Dufresne

La difficulté pour ceux qui sortent de prison est double: ils doivent réintégrer la communauté, mais celle-ci doit aussi être prête à les recevoir.

Les plus grands pauvres de la société sont ceux qui se sont enrichis de façon criminelle et qui ont tout perdu lorsqu'ils ont été emprisonnés : les vendeurs de drogues. Aux jours fastes, ils gagnaient 2 000$ ou davantage par semaine. Comment les empêcher de retomber dans la filière, comment les amener à se contenter d'un faible revenu lorsque, leur peine terminée, ils se réintègrent à la société? « Une seule façon, répond le sociologue Alain Roy, leur présenter un autre code de valeurs, les faire sortir de la société de consommation. La richesse que leur apportait leur acte criminel, ils l'ont payée durement par l'emprisonnement, la perte de la liberté. Ils tiennent à la liberté retrouvée. Il faut leur montrer que cette liberté est d'abord quelque chose d'intérieur, et que les biens de consommation qu'ils accumulaient les entraînaient dans le cercle vicieux qui les a conduits en prison. Ils vendaient leurs drogues pour pouvoir consommer des choses dont ils avaient à peine le temps de jouir. Les vraies valeurs, les vrais biens, ils doivent les découvrir : les relations avec les autres, les liens amoureux ou amicaux, la liberté de circuler, les loisirs au grand air. Des mois ou des années de réclusion ou de réflexion peuvent les conduire à faire plus facilement qu'on croit ce changement de valeurs... Je connais d'anciens toxicomanes qui vivent de rien dans la nature et qui n'échangeraient plus cette vie pour celle qu'ils ont connue antérieurement ».

Autres articles associés à ce dossier

Repas de pauvres

Charles-Louis Philippe

Extrait du roman Charles Blanchard (Paris, Éd. de Nouvelle revue française, 1913). Le père du petit Charles Blanchard est mort; sa mère vit misé

Quand la misère chasse la pauvreté

Majid Rahnema

Le sort des miséreux dans les sociétés économicisées rappelle à bien des égards celui de ces personnages embarqués à bord de vieux bateaux su

La puissance des pauvres

Hélène Laberge

Voici un essai destiné à connaître une longue carrière tant à cause du passé insolite des deux auteurs, que rien ne destinait à se connaître,

La pauvreté

Léon Bloy

Seul Villon, qui a lui aussi passé sa vie dans la pauvreté, aurait pu trouver grâce aux yeux de Léon Bloy, qui connut une vie de misère indescrip

La pauvreté

Majid Rahnema

Conférence prononcée par Majid Rahnema, dans le cadre du Colloque Philia/L'Agora, le 18 octobre 2003, à Orford au Québec.

Les statistiques

Jacques Dufresne


L'autonomie

Jacques Dufresne

L'heureuse pauvreté selon Charles Péguy

Les pauvres gens

Victor Hugo


Un pauvre riche

Jacques Dufresne


À lire également du même auteur

Journal de l’été 2021. 2) Rapport du GIEC et Jeux olympiques
Le dernier rapport du GIEC sur les changements climatiques, plus alarmiste encore que les pré

Science, bon sens, complotisme et science critique. En compagnie de Pierre Biron.
Science sans critique est ruine de la raison. Science sans bon sens est ruine du sens « Scie

La philosophie aujourd’hui, par Marco Jean
Philosopher aujourd’hui pour retrouver la valeur intrinsèque des choses par-delà

Journal de l’été 2021. 5) L’ Afghanistan des talibans
La leçon sur les imprévus de l’histoire qu’on peut en tirer

Journal de l’été 2021. 3) Autochtones : droits, obligations et contributions.
À la recherche d’un équilibre entre la question des droits et celle des responsa

La pierre de Satan, par Mario Pelletier
Ce grand livre, aussi français et américain que québécois, et même

Journal de l'été 2021. 4) Covid 19, 20,21… Écologie, ploutocentrisme, anthropocentrisme
Comment rendre la maison commune dont rêvent les écologistes compatible avec le d&rsquo




Nos suggestions