Ingres et le souci du contour

David d'Angers
Quand on veut agacer les nerfs d’Ingres, il suffit de lui montrer un Rubens ou un Rembrandt.

Je viens de voir un portrait peint par Ingres. La couleur de la chair est, comme toujours, d’un ton qui s’éloigne le plus possible de la nature. Des êtres de cette carnation ne pourraient pas vivre. En revanche, la couleur et les détails du costume sont d’une vérité digne des Flamands. Le peintre semble dire : « Voyez ce que je pourrais faire si je le voulais pour rendre mon coloris toujours vrai, mais je méprise ce que vous appelez la vie des chairs; c’est à la vie morale que je voudrais atteindre : celle-ci survit à l’autre. »

Un soir, nous assistions, Ingres et moi, à une représentation de voltige donnée par des écuyers français à Rome. Ingres, en voyant ces beaux jeunes gens, hommes et femmes, qui développaient leurs membres pleins de souplesse, couverts d’un simple maillot très-fin, me dit : « Regardez ces contours coulants; il semblerait que les Grecs ont dû habiller ainsi leurs modèles, afin de faire disparaître les détails. » Voilà bien ce qui a trop préoccupé ce peintre! Le contour est tout pour lui, l’intérieur d’une figure presque rien. Cependant le dessin doit être cherché sur les méplats, dans les milieux comme sur les contours, mais les détails, dans ces parties médianes, demandent à être traités avec une telle finesse qu’au premier aspect ils ne laissent apercevoir que les masses et le contour d’ensemble.

Notes autographes de David appartenant à la famille (*).

(*) Au moment de la publication de cet ouvrage, soit à la fin du 19e siècle.

Autres articles associés à ce dossier

Monsieur Ingres

Anatole France


Ingres à l'Exposition universelle de 1855

Charles-Pierre Baudelaire


Notes et pensées d'Ingres sur la peinture et le dessin

Jean-Auguste Dominique Ingres

Ingres et Delacroix furent les deux grands piliers de la peinture française au XIXe siècle. On trouverait difficilement deux personnalités aussi co

Ingres et Manet

Gustave Kahn


Ingres au Salon de 1845

Charles-Pierre Baudelaire

Critique des oeuvres exposées par Ingres au Salon de 1845. Passage tiré des Curiosités esthétiques.




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ