Différents sens du mot information

Jacques Dufresne

L'origine philosophique du mot information.

Peut-être aurions-nous intérêt à revenir au sens premier du mot information. Selon le Dictionnaire Philosophique Lalande, le verbe informer a d'abord signifié: donner une forme à une matière. Nous sommes ici en contexte aristotélicien, où forme est synonyme d'âme. Donner une forme à une matière, c'est lui donner une âme. Or l'âme est le principe de la vie. Informer c'est donc donner la vie.

Le second sens du verbe informer, toujours selon Lalande, nous est plus familier: faire connaître quelque chose à quelqu'un, ce second sens est dérivé du premier. C'est dans l'œuvre de Descartes que se serait opérée de la façon la plus significative la dérive d'un sens à l'autre. L'auteur du Discours de la méthode dit que «les idées informent l'esprit». L'ancien sens subsiste, mais ce n'est plus la matière qui reçoit une forme, c'est l'esprit. On se rapproche ainsi du sens actuel du verbe informer.

Autres articles associés à ce dossier

L'information et la vie

Jacques Dufresne

La démesure du progrès a toujours rendu le philosophe mélancolique. Il ne peut que condamner la démesure et suivre le progrès, comme tout le mond

À lire également du même auteur

Les talismans intérieurs Vol 1
J’appelle talismans intérieurs ces souvenirs nourriciers qui ressurgissent en nous au m

Les consolations de Noël
Les hommes ont chanté et dansé  en des temps généralement plus durs

Des reliques et des objets jetables
La relique est par excellence l’objet durable, si bien qu’elle pourrait servir de mod&eg

La fin de la Chrétienté, un livre de Chantal Delsol
Interrogations, tensions, contradictions, puits de lumière dans la pensée d’une

Jean Rochon ou l’efficience d’aujourd’hui alliée à la sociabilité d’hier
Jean Rochon nous a quittés le 16 octobre 2021. Il avait été ministre de la sant

L'homme intégral
Celui qui intègre son passé à son présent. Souviens-toi de ce que tu as

Les ailes du texte: un regard kikuyu sur le style
Dans La ferme africaine, Karen Blixen raconte la fascination qu'exerçait le coucou de son




En marge de la Conférence de Glasgow