Guerre et émulation

Paul Léautaud
Autrefois, quand les guerres étaient faites par des armées de métier, pour la seule ambition d’un roi ou sa seule mésentente avec un monarque voisin, la guerre était un objet d’effroi et de répugnance pour les populations qu’après cela elle laissait indifférentes. Aujourd’hui que tout le monde est contraint d’y prendre part et exposé à y laisser sa vie, la guerre ne rencontre qu’émulation, elle est devenue une chose sacrée, c’est une tache que de n’y pas prendre part, et il est devenu beau de mourir au « champ d’honneur ». Ce qu’on appelle, sans doute, le progrès des esprits ?

Autres articles associés à ce dossier

Pacifisme

Jacques Duifresne

L'expression contradictoire militant pacifiste définit bien le pacifisme. Il consiste en un engagement pour la paix qui a quelque chose de

Les trois Nixon contre les trois Brejnev ou la guerre jouée

Jacques Dufresne

Pensée publiée parmi d'autres propos sur le jeu. Voir «Jouer le jeu».

Joseph de Maistre et la guerre

Chronique des lettres françaises

Un résumé des idées du célèbre théoricien contre-révolutionnaire savoyard sur le problème de la guerre.

Croyances en guerre. L'effet Kosovo

Numéro 8 (2e trimestre 1999) des Cahiers de médiologie. Extrait de la présentation : «Les Cahiers de médiologie sont un regroupement de chercheur

À lire également du même auteur




Nos suggestions