Le Canada choisit Facebook

Jacques Dufresne

On dit que les Canadiens sont plus solidaires que les Américains. Ils sont même solidaires des Américains au point d'être beaucoup plus nombreux qu'eux, proportionnellement, à manifester leur solidarité sur Facebook.

En janvier 2008, Facebook comptait 60 millions de membres et la croissance était de 2 millions de nouveaux sociétaires par semaine. Avec 8 millions de membres, représentant 25 % de la population et 13% de celle de Facebook, le Canada mérite le titre de paradis de la sociabilité virtuelle manière Facebook. Le mot paradis est ici d'autant plus justifié que l'un des principaux actionnaires de l'entreprise californienne, Peter Thiel, a fait l'apologie des paradis fiscaux tels que Monaco, les îles Cayman, la Barbade, Vanuatu. Une banque située au Vanuatu, a-t-il précisé, ne risque pas d'être occupé par un groupe d'ouvriers en révolte. Facebook vaut aujourd'hui 15 milliards. Merci aux Canadiens.

Il n'y a pour le moment que 18 millions d'Américains sur Facebook, soit 8% de la population du pays, 7 millions d'Anglais, 2 millions de Français. Cette sociabilité virtuelle semble attirer surtout les Nord Américains et les Européens. La Chine et le Japon ne comptaient en novembre 2007 qu'un peu plus de 100 000 membres chacun, l'Inde n'en était qu'à 300 000 membres et le Brésil était ailleurs, sur Orkut, le site social de Google. Après le Canada, la Norvège, avec 882 000 en novembre, sans doute 1 million aujourd'hui semble être le pays le plus intéressé par ce type de chaleur humaine, à croire que le froid est le meilleur partenaire des actionnaires de Facebook. Mais est-ce aussi le froid qui explique le fort pourcentage de femmes sur Facebook? Nul n'étant tenu de déclarer son sexe en remplissant les formulaires, il est difficile d'établir avec précision le pourcentage d'hommes et de femmes. Sur un total de 6,2 millions de Canadiens en novembre 2007, on comptait 2,2 millions d'hommes, mais un nombre indéterminé de personnes n'ont pas révélé leur sexe.

J'ai d'abord identifié Facebook à Peter Thiel parce que c'est ce « philosopher-venture capitalist-neoconservative » californien qui est sans doute le plus influent des trois membres du conseil d'administration de Facebook. C'est lui qui a avancé le premier 500 000$ au fondateur, le jeune étudiant de Harvard, Mark Zuckerberg, venu le rencontrer à cette fin en Californie en 2004, en compagnie de deux de ses confrères. Le troisième membre, James Brewer, est lié au réseau entourant In-Q-Tel, l'entreprise de capital de risque que la C.I.A a créée en 1999, dans le but, il faut le présumer, d'offrir aux Canadiens un lieu de rencontre dont ils avaient, sans le savoir, un urgent besoin et dont ils n'avaient pas su se doter eux-mêmes, contrairement à leurs grands-parents qui, en 1932, avaient créé Radio-Canada pour protéger leur souveraineté culturelle dans le domaine de la radiodiffusion.



Si la porte régionale de la grande Maison de verre est largement ouverte à tous les Canadiens, l'incitation à en franchir le seuil vient aussi de haut. Sur l'une des pages principales du site du parti libéral du Canada, on trouve cette invitation à adhérer à Facebook: «Les Canadiens, partout au pays, demandent à devenir ami avec Stéphane Dion sur le réseau Internet Facebook. Stéphane Dion prend régulièrement le temps de répondre à certaines des nombreuses questions qu’il reçoit de ses amis en ligne. Pour en savoir plus sur Stéphane Dion ou pour lui poser une question, . » Ce Stéphane Dion pourrait très bien être le prochain Premier ministre du Canada.

Le parti conservateur du Canada est plus discret ou plus prudent, même s'il a plus d'affinités que le parti libéral avec la philosophie des propriétaires de Facebook, mais dans ce cas c'est Facebook qui fait le rabattage. Pouvoir oblige: le chef de ce parti est aussi le Premier ministre du Canada. La méthode est simple. On publie sur une page Web les photos de quelques amis de Steven Harper et on invite les internautes à venir les rejoindre. Ces amis s'appellent Tony Ferrys, Fred Loewen, Bobby Ward. En cliquant sur la photo de l'un d'entre eux, on accède au guichet de Facebook... et au formulaire à remplir pour entrer, photo et curriculum en mains, dans le cercle des amis.

Pauvres Canadiens! Ou bien nous sommes naïfs au point de penser que les propriétaires de Facebook sont innocents et désintéressés et nous approuvons à l'avance, et sans examen de la question, l’usage des milliards que nous leur apportons en tant que cibles volontaires pour leur publicité, ou bien, en personnes responsables, nous sommes remontés jusqu'aux sources et alors on pourra à juste titre nous accuser de complicité avec le néoconservatisme américain le plus cynique et le plus méprisant pour le commun des moutons de la planète.

 

Autres articles associés à ce dossier

Face à face avec Facebook

Jacques Dufresne

Sachons au moins qui nous enrichissons et à qui nous donnons accès à notre vie privée quand nous nous nous bousculons à la porte de la maison de

À lire également du même auteur

René Dubos (1902-1982)
Penser globalement, agir localement.» René Dubos est l’auteur de cette maxime universellement co

René Laurin, ex-maire de Joliette, une cité éducative
Bel exemple d’une symbiose entre une école et une cité. Les symbioses de ce genr

Les examens sans écoles
Voici un article buissonnier faisant une large place à l’école buissonniè

Éducation
Éducation, formation, enseignement, instruction...

Une mémoire pour l'école
L'école éclatée, extrait du chapitre huit de Après l'homme...le

La crise de l'école en Occident
La perspective historique la plus longue possible est la voie royale pour préciser le diagnos




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.