La coccinelle asiatique s'apprête à retourner dans la nature

À la faveur du temps doux des derniers jours, on peut observer de plus en plus de coccinelles asiatiques qui s'activent sous les chauds rayons du soleil, particulièrement sur le bord des fenêtres. Elles sont parfois des milliers et dérangent bien des citoyens et citoyennes. Aprèsavoir profité du confort de nos habitations pour se protéger du froid pendant l'hiver, elles n'ont qu'une idée en tête: retourner vers l'extérieur qui constitue leur milieu naturel pendant la belle saison.

Que faire de toutes ces coccinelles asiatiques massées dans les maisons?

On peut tout simplement favoriser leur départ vers l'extérieur en ouvrant les fenêtres et en retardant l'installation des moustiquaires. Si la nuisance est insupportable, l'utilisation de l'aspirateur peut s'avérer nécessaire.

L'utilisation de pesticides n'est surtout pas recommandée.

Originaire du Sud-Ouest asiatique, la coccinelle asiatique a été introduite il y a une vingtaine d'années en Amérique du Nord par les Américains pour être utilisée comme prédateur d'insectes dans certaines cultures. Par la suite, l'expansion de cette coccinelle a été fulgurante. En quelques années seulement, elle s'est établie presque partout en Amérique du Nord. Son arrivée au Québec, qui date de 1994, résulte de l'expansion de son aire de distribution à partir des Etats-Unis.

Au stade adulte, la coccinelle asiatique mesure environ 7 mm de long et se présente sous plusieurs colorations différentes, d'orange à noir. De la mi-avril à la mi-octobre, on la trouve dans les milieux agricoles et forestiers, où elle se nourrit d'une grande variété de pucerons, de cochenilles et d'acariens nuisibles. C'est un redoutable prédateur qui constitue une solution
alternative aux insecticides de synthèse.

Paradoxalement, l'introduction de la coccinelle asiatique a eu deux effets indésirables. D'abord, pour contourner le problème des hivers rigoureux, la coccinelle asiatique a adopté un comportement particulier. À l'automne, elle envahit par milliers les habitations afin de se protéger du froid. Ce comportement d'agrégation a suffi pour lui conférer un statut d'insecte nuisible auprès de nombreux citoyens! De plus, la coccinelle s'est tellement adaptée à nos conditions climatiques qu'elle pourrait déloger des espèces de coccinelles indigènes et avoir un impact négatif sur la diversité biologique de nos communautés d'insectes!

Pour plus d'information, consultez le dépliant sur la coccinelle asiatique à l'adresse Internet suivante: www.agr.gouv.qc.ca/dgpar/arico/coccinelles/ .

Autres articles associés à ce dossier

La coccinelle

Victor Hugo





Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.