Civilisation et immobilité

Antoine de Saint-Exupéry
Mais je comprends aussi que rien de ce qui concerne l’homme ne se compte, ni ne se mesure. L’étendue véritable n’est point pour l’œil, elle n’est accordée qu’à l’esprit. Elle vaut ce que vaut le langage, car c’est le langage qui noue les choses.

Il me semble désormais entrevoir mieux ce qu’est une civilisation. Une civilisation est un héritage de croyances, de coutumes et de connaissances, lentement acquises au cours des siècles, difficiles parfois à justifier par la logique, mais qui se justifient d’elles-mêmes, comme des chemins, s’ils conduisent quelque part, puisqu’elles, puisqu’elles ouvrent à l’homme son étendue intérieure.

Une mauvaise littérature nous a parlé du besoin d’évasion. Bien sûr, on s’enfuit en voyage à la recherche de l’étendue. Mais l’étendue ne se trouve pas. Elle se fonde. Et l’évasion n’a jamais conduit nulle part.

Quand l’homme a besoin, pour se sentir homme, de courir des courses, de chanter en chœur, ou de faire la guerre, ce sont déjà des liens qu’il s’impose afin de se nouer à autrui et au monde. Mais combien pauvres ! Si une civilisation est forte, elle comble l’homme, même si le voilà immobile.

Dans telle petite ville silencieuse, sous la grisaille d’un jour de pluie, j’aperçois une infirme cloîtrée qui médite contre sa fenêtre. Qui est-elle? Qu’en a-t-on fait? Je jugerai, moi, la civilisation de la petite ville à la densité de cette présence. Que valons-nous une fois immobiles?

Dans le Dominicain qui prie il est une présence dense. Cet homme n’est jamais plus homme que quand le voilà prosterné et immobile. Dans Pasteur qui retient son souffle au-dessus de son microscope, il est une présence dense. Pasteur n’est jamais plus homme que quand il observe. Alors il progresse. Alors il se hâte. Alors il avance à pas de géant, bien qu’immobile, et il découvre l’étendue. Ainsi Cézanne immobile et muet, en face de son ébauche, est d’une présence inestimable. Il n’est jamais plus homme que lorsqu’il se tait, éprouve et juge. Alors sa toile lui devient plus vaste que la mer.


Étendue accordée par la maison d’enfance, étendue accordée par ma chambre d’Orconte, étendue accordée à Pasteur par le champ de son microscope, étendue ouverte par le poème, autant de biens fragiles et merveilleux que seule une civilisation distribue, car l’étendue est pour l’esprit, non pour les yeux, et il n’est point d’étendue sans langage.

Autres articles associés à ce dossier

La « Cancel Culture » et quelques brèves remarques sur la pensée de l’histoire, de la politique et de la culture

Claude Karnoouh

Sur cette question controversée, le point de vue savant et polémique de Claude Karnoouh, un philosophe et anthropologue français

Pour un dialogue des civilisations: une entrevue avec Gilles Bibeau

Hélène Laberge

Comme Montaigne qu'il admire tant, et avec les moyens d'un occidental moderne, Gilles Bibeau a non seulement parcouru les principaux continents mais s

La tectonique des civilisations

Jacques Dufresne

Dans ce texte écrit au lendemain des événements du 11 septembre 2001 à New York, l'auteur, en précisant des critères pour juger des civilisati

La civilisation

Victor Hugo


L'homme naturel et l'homme civilisé

Honoré de Balzac

Balzac définit en quelques mots ce qui distingue l'homme naturel, le Sauvage comme il l'appelle, de l'homme civilisé.

Les civilisations. Éléments et formes

Marcel Mauss

Exposé présenté à la première Semaine internationale de synthèse, Civilisation. Le mot et l'idée, La Renaissance du livre, Paris, 1930.

Le rapport entre les civilisations.

Marc Chevrier

Marc Chevrier a rassemblé dans ce document des passages de trois auteurs, Samuel Huntington, Simone Weil et Jacques Ellul sur un même sujet.

À lire également du même auteur

Apprivoisement
L'amitié avec un animal passe par l'apprivoisement.




Nos suggestions