Un homme occupé n'est pas un homme pressé

Werner Sombart
La démarche pleine de dignité, l'aspect quelque peu rigide et pédantesque du bourgeois vieux style étaient une expression extérieure de ce calme et de cet équilibre intérieurs. La longue pelisse qui était à la mode à l'époque de la Renaissance, la culotte courte et la perruque des siècles suivants n'étaient certes pas des attributs d'hommes pressés. Et des contemporains dignes de foi nous décrivent le négociant comme un homme à la démarche réfléchie et pondérée, comme un homme qui ne se presse jamais, précisément parce qu'il a quelque chose à faire. Un Florentin du xve siècle, Messer Alberto, qui était lui-même un homme occupé, avait l'habitude de dire qu'il n'avait jamais vu un homme occupé marcher autrement qu'avec lenteur . Et voici ce qu'un bon témoin nous dit au sujet de Lyon. "A Paris on court, on se presse, parce qu'on y est actif ; ici (à Lyon) l'on marche posément, parce que l'on y est occupé" ».

Autres articles associés à ce dossier

Embourgeoisement et gentrification

Office de la langue française du Québec

«La question étant d'actualité, l'Office québécois de la langue française a le plaisir de vous transmettre l'information terminologique suivante

Servitudes du bourgeois

Jules Michelet

Le bourgeois, issu du peuple, de la paysannerie, ne tarde pas à s'en isoler. «Plus de contact avec le peuple. Il ne le connaît plus que par les gaz




Nos suggestions