Le vingtième siècle

Victor Hugo
Le message de Hugo est le même que celui d'Auroville. Seulement, comme dit la «mère», notre époque n'est pas prête pour une telle évolution.
... Car le passé s'appelle haine,
Et l'avenir se nomme amour.
Oh ! voyez la nuit se dissipe
Sur le monde qui s'émancipe
Oubliant Césars et Capets
Et sur les nations nubiles
S'ouvrent dans l'azur immobile
Les vastes ailes de la paix.

Les vastes ailes de la paix! Elles ont plutôt recouvert les champs minés que l'azur immobile!
Et parlant également du désarmement que devait évidemment connaître ce XXe siècle, il écrit:

Les rancunes sont effacées,
Tous les coeurs, toutes les pensées,
Qu'anime le même dessein,
Ne font plus qu'un faisceau superbe.
La rouille mord les hallebardes.
De vos canons, de vos bombardes,
Il ne reste pas un morceau
Qui soit assez grand, capitaines,
Pour qu'on puisse prendre aux fontaines,
De quoi faire boire un oiseau.

Autres articles associés à ce dossier

Vale (extrait)

Catherine Pozzi

«L'avenir, nous le fabriquons dans notre imagination. Seul le passé, quand nous ne le refabriquons pas, est réalité pure.» (Simone Weil)

À lire également du même auteur

Le bonheur de l'homme à pied
La marche et la rêverie, voire la réflexion, font bon ménage.




Nos suggestions