Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Prunelle vulgaire

Plante à souche rampante, elle est à vos pieds, comme le thym ou le lotier, qui sont parfois ses voisins, mais vous n'aurez aucune peine à la distinguer d'eux, car le lotier est jaune et le thym sent le thym.

On l'appelait Brunella, à cause de la couleur brune du calice après la floraison.
«D'après la théorie médicale des signatures, note Marie-Victorin, cette couleur indiquait un usage de la plante contre «l'esquinancie» ou amygdalite. Linné, sans aucune raison plausible a changé Brunella pour Prunella et cette dernière forme doit nécessairement prévaloir.» (Flore laurentienne)





Usage médicinal:

Les tanins contenus dans les parties extrenes de la plante (tige, feuilles, fleurs) font qu'on l'a utilisée comme astringent , cicatrisant, détersif et vulnéraire.

Essentiel

Même si la science ne nous autorise pas à établir un lien entre la prunelle du sol et celle des yeux, ces vers de Hugo s'appliquent aussi bien à l'une qu'à l'autre.
(...)Le crapaud sans honte, sans effroi, sans colère,
Doux, regardait la grande auréole solaire ;
Peut-être le maudit se sentait-il béni, pas de bête qui n’ ait un reflet d’ infini ;
Pas de prunelle abjecte et vile que ne touche
L’ éclair d’en haut, parfois tendre et parfois farouche ;
Pas de monstre chétif, louche, pur, chassieux,
Qui n’ ait l’ immensité des astres dans les yeux. »

Victor Hugo, La légende des siècles.

Articles