Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Peste

"Aperçu général

La peste est avant tout une maladie des rongeurs mais l’homme peut aussi la contracter. Elle se transmet d’un rongeur à l’autre, de même qu’à l’être humain, par l’intermédiaire des piqûres de puces infectées. Le contact direct avec des tissus animaux infectés représente une autre voie de contamination possible pour l’homme. Comme de nombreuses zoonoses transmissibles à l’être humain par des vertébrés, la peste est une maladie très grave avec un taux de létalité de 50 à 60 % en l’absence de traitement.

La peste prend trois formes chez l’homme : bubonique, septicémique et pulmonaire.
  • La peste bubonique résulte de la piqûre d’un insecte. Le bacille, introduit dans l’organisme à ce moment-là, migre vers le ganglion le plus proche par le biais du système lymphatique. Il y déclenche une inflammation puis la formation du bubon, qui constitue la réaction à l’invasion de Yersinia pestis, le bacille de la peste.
  • La peste septicémique survient lorsque l’infection se propage directement dans la circulation sanguine. Cette forme est généralement mortelle en l’absence d’antibiothérapie.
  • La peste pulmonaire survient lorsque le bacille infecte les poumons. Le taux de létalité est également très élevé.

La peste est endémique dans de nombreux pays d’Afrique, d’Amérique et d’Asie. En 1999, 14 pays ont notifié à l’OMS 2 603 cas (dont 212 mortels). Ces chiffres se situent dans la moyenne des dix années précédentes (qui s’établit à 2 547 cas par an, dont 181 mortels, de 1988 à 1997). Au cours de la dernière décennie, l’Afrique a notifié 76,2 % des cas et 81,8 % des décès."

Source: La peste. Aide-mémoire no 267, janvier 2002 (Organisation mondiale de la santé)


"L'agent infectieux de la maladie est le Yersinia pestis, bacille à Gram négatif, ovoïde, 0,5 à 0,8 µm de largeur sur 1 à 3 µm de longueur; coloration bipolaire (aspect d'épingle de sûreté), intracellulaire facultatif, non mobile.

Pathogénicité: maladie épizootique; la peste bubonique s'accompagne de lymphadénite des ganglions satellites du point de morsure de la puce, touchant les ganglions lymphatiques et la région inguinale, et de fièvre; le taux de létalité est de 50 % en l'absence de traitement; peut évoluer vers la forme septicémique par dissémination sanguine vers les méninges; pneumonie, médiastinite et épanchement pleural caractérisent la peste pulmonaire secondaire; les formes pulmonaires et septicémiques non traitées sont fatales

Épidémiologie: peste des rongeurs sauvages en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Afrique, au Proche et au Moyen-Orient, en Asie centrale, dans le Sud-Est asiatique et en Indonésie; foyers de peste en URSS: la peste urbaine est maîtrisée dans la plupart des régions; des cas de peste humaine sont survenus récemment en Afrique; endémique en Birmanie et au Vietnam; cas sporadiques survenus en Amérique du Nord et en Amérique du Sud par suite d'une exposition à des rongeurs sauvages ou à leurs puces (aucune transmission interhumaine aux États-Unis depuis 1925)

Gamme d'hôtes: plus de 200 espèces de mammifères

Dose infectieuse: inconnue

Mode de transmission: par suite de l'introduction de l'humain dans le cycle (sylvatique) de la zoonose ou par la pénétration des rongeurs ou des puces infectées dans l'habitat humain et par morsure de puces infectées; les animaux de compagnie peuvent être porteurs de puces infectées par la peste; le contact des rongeurs commensaux et de leurs puces avec les rongeurs sylvatiques peut déterminer une épizootie et une épidémie de peste; manipulation de tissus infectés; transmission par voie aérienne de gouttelettes provenant d'humains ou d'animaux de compagnie atteints de peste pulmonaire; négligence dans la manipulation des cultures de laboratoire; transmission interhumaine par l'intermédiaire des puces de l'humain

Période d'incubation: 2 à 6 jours; peut durer quelques jours de plus chez les sujets vaccinés; peste pulmonaire primaire : 1 à 6 jours, habituellement courte

Transmissibilité: les puces demeurent infectieuses pendant des mois; la peste bubonique n'est pas habituellement transmise directement d'une personne à l'autre; la peste pulmonaire peut être hautement transmissible dans les conditions climatiques appropriées (l'encombrement facilite la transmission)

Dissémination

Réservoir: les rongeurs sauvages (rats) constituent le réservoir naturel; lagomorphes (lapin, lièvre) et carnivores peuvent infecter l'humain

Zoonose: oui - morsure de puces d'un animal infecté; contact avec un animal infecté ou morsure d'un animal infecté

Vecteurs: puces de rongeurs sauvages, particulièrement la puce du rat (Xenopsylla cheopsis); puces de l'humain, à l'occasion (Pulex irritans)

Viabilité

Sensibilité aux médicaments: sensible à la streptomycine, à la tétracycline, au chloramphénicol (dans les cas de méningite), kanamycine (pour les nouveau-nés)

Résistance aux médicaments: rarement un problème; une souche multirésistante médiée par un plasmide transférable a été isolée

Sensibilité aux désinfectants: sensible à de nombreux désinfectants - hypochlorite de sodium à 1 %, éthanol à 70 %, glutaraldéhyde à 2 %, iode, composés phénolés, formaldéhyde

Inactivation par des moyens physiques: sensible à la chaleur humide (121 °C pendant au moins 15 minutes) et à la chaleur sèche (160-170 °C pendant au moins 1 heure)

Survie à l'extérieur de l'hôte: sang - 100 jours; corps humain - jusqu'à 270 jours"

Source: Yersinia pestis (Fiche technique santé et sécurité - matières infectieuses, Bureau de la sécurité des laboratoires, Direction générale de la santé de la population et de la santé publique - copyright © Santé Canada, 2001; reproduction pour utilisation publique non commerciale autorisée)

Articles


La peste d'Athènes

Thucydide
Au moment le plus sombre de son histoire, pendant que les Spartiates campaient sous ses murs, Athènes a été frappé par la peste. «J'en parlerai, écrit Thucidyde, en homme qui en fut lui-même atteint et qui vit souffrir d'autres personnes.»