Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Wittgenstein Ludwig

1889-1951
Il n'a publié de son vivant qu'un livre (le Tractatus) et un article («On Logical Form», où l'essentiel de son effort consistait à miner les bases de l'atomisme logique de son premier ouvrage). Pourtant, il a écrit des milliers de pages et comme Heidegger, il continue de publier de nouveaux livres bien au-delà de sa disparition.

Wittgenstein était un être hors du commun: il a changé le monde deux fois. Une première fois, avec son ouvrage Le Tractatus, il a établi les bases non positivistes du langage. Dans les Recherches philosophiques, il a donné au langage le statut de problème numéro 1, comme Heidegger avait réussi à imposer la question de l'être.

Pourtant, comme dit Jacques Bouveresse, spécialiste français de Wittgenstein,
«Wittgenstein était bien autre chose et beaucoup plus qu'un philosophe du langage (...) pour lui, la philosophie ne consiste pas à formuler des opinions ou des thèses philosophiques déterminées. Elle n'est pas une activité théorique, mais un travail que l'on entreprend sur soi-même et, plus précisément, contre soi-même. De cela, Wittgenstein a donné lui-même un exemple frappant, puisque son deuxième ouvrage majeur, les Recherches philosophiques, publié en 1953, est, pour une part essentielle une critique du premier, le Tractatus logico-philosophicus (1921).

Articles


Réflexions en marge de Wittgenstein

Josette Lanteigne
TABLE DES MATIÈRES Chapitre III: Réflexions en marge de Wittgenstein Introduction Section I: Scepticisme et usage commun Section 2: Le jeu de langage du soldat qui faisait des rapports justes sans y souscrire. Section 2.1: Usage et représentation